03/2014 Tunis | Workshop « Politiques urbaines »

28 & 29 mars 2014

Politiques urbaines
et production des inégalités socio-spatiales

en Méditerranée à l’heure néolibérale :
tendances de fond et évolutions en cours

sous la responsabilité de
Hend Ben Othman Bacha, IRMC, Tunis
Olivier Legros, CITERES-EMAM, Tours

APPEL À COMMUNICATIONS

Sur le pourtour méditerranéen comme ailleurs, les villes ont, en quelques décennies, été profondément reconfigurées par l’urbanisme néolibéral. Caractérisé par l’urbanisme de projet, tout particulièrement les grands projets, et par les politiques de libéralisation qui affectent tout autant la gestion urbaine que la production foncière et immobilière (en ce qui concerne la Tunisie, cf. Ben Othman, 2009, 2011), l’urbanisme néolibéral a manifestement accentué les inégalités socio-spatiales. En effet, les travaux sur la question montrent qu’il a à la fois contribué au renforcement de la division sociale de l’espace et à la production de nouvelles inégalités avec, d’un côté, des espaces très valorisés tels que les quartiers d’affaires, les secteurs dédiés au tourisme international ou encore les opérations immobilières de standing, et, de l’autre, des marges urbaines, soit des espaces dévalorisés et stigmatisés qui occupent le bas de « la hiérarchie des places qui constituent la métropole » (Wacquant, 2006).

Ces dernières années, la crise économique et financière qui concerne le bassin méditerranéen comme tant d’autres régions à l’échelle de la planète, et les transitions politiques qui ont fait suite aux soulèvements populaires en Tunisie, en Libye et en Égypte, ont par ailleurs profondément affecté les sociétés et les modes de fabrication urbaine. Outre la dégradation du pouvoir d’achat qui touche au premier chef les couches populaires, il faut compter avec le tarissement, plus ou moins prononcé selon les cas, des sources de financement de l’urbanisation (grands investissements mais aussi épargne populaire). À cela s’ajoute, dans certains pays comme la Tunisie ou l’Égypte, l’affaiblissement des contrôles opérés par les pouvoirs publics dans le domaine de la fabrication urbaine. La remarque vaut probablement aussi en Espagne, en Italie ou en Grèce, où les pouvoirs en place ont été affaiblis sous l’effet conjoint de la crise financière, de la crise de la dette souveraine et des mesures d’austérité budgétaire imposées par l’Union européenne. En Tunisie et en Égypte, pour se limiter à ces deux exemples, le relâchement des contrôles effectués par les pouvoirs publics a en particulier favorisé l’urbanisation illégale, le développement  de l’économie informelle et celui des activités de rue (cf. Colloque international Révoltes et transitions dans le monde arabe : vers un nouvel agenda urbain, Le Caire, nov. 2012, organisateurs : P.-A. Barthel, R. Stadnicki & L. Vignal).

Dans quelle mesure les processus en cours interfèrent-ils avec les modes de fabrication urbaine impulsés par l’urbanisme néolibéral et les formes socio-spatiales qui en résultent ? La crise et les transformations politiques exacerbent-elles à leur tour les inégalités socio-spatiales qui se sont dessinées durant les dernières décennies ? Observe-t-on de nouvelles formes de marginalité socio-spatiale dans les villes méditerranéennes ? Si c’est le cas, quels sont les processus à l’œuvre ? Sur la base des travaux récents et privilégiant l’approche comparative, ce premier workshop du programme Marges piloté par N. Semmoud et organisé par l’UMR CITERES, équipe EMAM (CNRS/Univ. Tours) et  l’IRMC (Tunis), a pour objectif d’identifier les tendances de fond dans la formation des inégalités socio-spatiales induites par l’urbanisme de projet et par les politiques de libéralisation, et de poser les premiers jalons d’une recherche sur les évolutions en cours. Si la fabrication urbaine est toujours une coproduction des acteurs publics et des acteurs privés (Berry-Chikhaoui, Deboulet, 2000), ce premier workshop accordera une attention particulière au rôle des pouvoirs publics dans le procès d’intégration ou, ou contraire, de marginalisation socio-spatiale. Au-delà des politiques urbaines, auxquelles ne se limite d’ailleurs pas l’action des pouvoirs publics sur l’urbain, espaces et sociétés confondus, ce sont toutefois les rapports de force et de domination qui sous-tendent le partage de la rente foncière, la fabrication urbaine et par conséquent la production des inégalités socio-spatiales que nous chercherons à décrypter lors de cette rencontre.

Trois grandes thématiques

Notre atelier s’articulera autour de trois thématiques principales : les processus de marginalisation liés à l’urbanisme de projet ; la production des inégalités socio-spatiales dans les périphéries urbaines ; les réponses institutionnelles aux développements récents de l’habitat précaire.

1. Les processus de marginalisation
liés à l’urbanisme de projet

Au sud comme au nord de la Méditerranée, les marges urbaines sont des terrains de prédilection pour l’urbanisme de projet qui affecte souvent des espaces sous-investis (Barthel, Verdeil, 2008) et parfois aussi des territoires habités. Dans ce cas, la conquête des marges par l’urbanisme de projet peut entraîner le déménagement de tout ou partie de la population résidente (Berry-Chikhaoui et al., 2008). Sur la base des travaux récents ou en cours, il s’agira donc de comparer les pratiques d’éviction des populations, ainsi que leurs effets. On cherchera notamment à savoir dans quelle mesure et par quel biais les pouvoirs publics participent à la levée de l’obstacle foncier au profit des grands investisseurs privés. La comparaison des pratiques et des stratégies d’éviction pourra porter sur les procédures légales mais aussi sur les modes d’action informels, par exemple les transactions et les arrangements entre les acteurs privés les acteurs publics, mais également entre ces derniers et les « délogés ». En effet, par quels moyens les pouvoirs publics règlent-ils la situation des personnes déplacées (relogement, indemnisation…) et quelles régulations ces actions traduisent-elles? Enfin, on pourra se demander si les évolutions récentes, en particulier l’arrivée au pouvoir de nouvelles équipes, ont remis, ou non, en cause les pratiques en cours.

Par ailleurs, il s’agira de savoir si la dynamique d’intégration impulsée par l’urbanisme de projet ne produit pas elle-même de nouvelles marges urbaines. Quels sont les parcours résidentiels des personnes « en partance » des espaces transformés par l’urbanisme de projet ? Où trouvent-elles finalement à se loger ? Comment sont catégorisés les nouveaux lieux d’habitat par les individus et les familles nouvellement installées et par le reste de la société, pouvoirs publics compris ? Peut-on, à partir de l’analyse des modes de qualification sociale en vigueur, assimiler ces lieux à des marges urbaines (cf. travaux de L. Zaki sur Casablanca) ? La réflexion peut aussi bien porter sur la situation des personnes expropriées ou expulsées de leur domicile à l’occasion des opérations d’ « accaparement » ou de « libération » des terrains – tout dépend du point de vue adopté –, que sur l’évolution du peuplement dans les secteurs voisins où la hausse des prix fonciers et immobiliers a, en effet, souvent conduit au départ des populations les moins dotées, notamment au sein des locataires.

Enfin, que sont devenus les espaces dédiés à l’urbanisme de projet en temps de crise financière et de transitions politiques et quels sont les effets sur les quartiers situés à proximité ? L’arrêt des chantiers, la suspension des financements et le retrait éventuel des investisseurs pèsent évidemment sur le devenir des espaces en question et sur les espaces limitrophes qui avaient fait l’objet d’une grande spéculation foncière suite à l’annonce des grands projets. Si ceux-ci ne constituent pas forcément de nouvelles marges, on peut s’interroger sur l’émergence de nouvelles filières de production foncière et immobilière dans ces espaces et sur les jeux d’acteurs en cours, afin de voir si l’on observe ou non de nouvelles alliances ou de nouveaux arrangements entre la sphère politico-administrative et le monde des affaires, de nouveaux rapports de force qui exprimeraient la transformation en cours des « régimes urbains » (Stone, 1989) et des réseaux d’action publique qui s’étaient développés dans le cadre de l’urbanisme néolibéral, avant les crises économiques et politiques en cours.

2. La production des inégalités socio-spatiales
dans les périphéries urbaines

Comme l’ont montré les travaux réalisés dans le cadre du programme de recherche « Faire la ville en périphérie(s) ? Territoires et territorialités dans les grandes villes du Maghreb » (coord. P. Signoles, UMR CITERES, équipe EMAM), les périphéries sont des espaces privilégiés de la fabrication urbaine. De fait, les opérations d’équipement et de promotion immobilière qui y ont lieu, de même que les politiques foncières ou encore l’urbanisation non réglementaire dessinent tout à la fois la trame matérielle et la division sociale de l’espace urbain à venir (concepts de trame matérielle et de division sociale de l’espace empruntés à Roncayolo, 1996). Aussi peut-on chercher à analyser et à comparer les lignes de fracture ou de séparation socio-spatiale en formation, ainsi que les processus qui y sont liés.

Dans quelle mesure l’intervention des pouvoirs publics oriente-t-elle l’action des investisseurs privés, le développement urbain et par conséquent la division sociale de l’espace ? Quel est le rôle des instruments d’urbanisme, qui définissent les espaces en devenir, les modes d’occupation du sol et les programmes d’équipements (schémas directeurs, plans d’aménagements) et celui des politiques foncières (périmètres d’intervention foncière, réserves foncières, classement des terrains…) ? La réflexion pourra notamment porter sur trois catégories d’espaces : les banlieues populaires, éventuellement en mutation sous l’effet des opérations de réhabilitation et de gentrification ; les espaces en cours d’urbanisation car ils sont les lieux privilégiés des politiques foncières, de la spéculation et de l’urbanisme non règlementaire ; et les grandes opérations immobilières qui, pour prendre le cas espagnol, sont abandonnées avant d’être achevées et, pour cette raison, semblables à de nouvelles friches résidentielles. Dans tous les cas, quelles inégalités socio-spatiales sont aujourd’hui en cours de formation dans les périphéries urbaines ?

Comment ont  par ailleurs, évolué les systèmes de pouvoir locaux qui sous-tendent la fabrication urbaine ? Jusqu’à présent, les relations de clientèle et le recours aux intermédiaires ont largement structuré les modes d’articulation des dynamiques locales à la sphère politico-administrative dans les périphéries urbaines, et ce tout particulièrement dans les quartiers non réglementaires. Dans quelle mesure ces modes de régulation sociale ont-ils été remis en question par les crises économiques et les transitions politiques ? Quels sont les nouveaux acteurs locaux qui émergent, suite à l’éviction des anciennes notabilités liées aux anciens régimes politiques, et quels nouveaux rapports se dessinent entre ces derniers et les pouvoirs publics ? Si de nombreux auteurs s’accordent à reconnaître une recrudescence des mobilisations locales au nom du droit à la ville, faut-il pour autant en conclure l’ouverture des arènes et la démocratisation des pratiques politiques locales ? Comment les évolutions en cours se combinent-elles avec la tendance à l’individualisation des rapports habitants-pouvoirs publics, tendance que les recherches récentes sur les villes du Monde arabe ont mise en évidence (Navez-Bouchanine, 2012). Enfin, on pourra s’interroger sur les connexions possibles entre les systèmes de pouvoir locaux et les gouvernements urbains, et sur leur évolution récente.

3. Les pouvoirs publics face à l’habitat précaire
en temps de crise

Sur la rive nord comme sur la rive sud, la période actuelle est marquée par une recrudescence de l’habitat précaire, soit les occupations de terrains ou bien d’immeubles « sans droit ni titre ». Aujourd’hui, les pratiques de squat sont attestées en Italie et en Espagne, où elles sont éventuellement le fait des personnes chassées de leur logement pour cause de surendettement. En Tunisie, les soulèvements populaires et le relâchement des contrôles exercés par les pouvoirs publics ont également favorisé des comportements similaires.

Aussi peut-on s’interroger sur les pratiques de squat et, bien sûr, les lieux concernés par ces pratiques : s’agit-il de marges en formation ? Quelles sont, par ailleurs les réactions des pouvoirs publics souvent affaiblis par les crises et en quête de légitimité sur le plan politique ? Que ces réactions penchent vers la répression ou l’intégration, l’habitat précaire semble bien constituer un nouvel objet de négociation, soit explicite, soit implicite, entre les différents protagonistes. En cela, il constitue un observatoire pertinent des modes de régulation sociale et politique à l’échelle locale dans les villes méditerranéennes aujourd’hui.

Les crises économiques et, bien entendu, les guerres qui ont sévi ou sévissent encore aujourd’hui, ont accentué la mobilité des individus à l’échelle nationale et internationale, y compris celle des personnes les moins bien dotées financièrement parlant. Pour ces migrants pauvres, les marges urbaines constituent évidemment une ressource de premier ordre : c’est en effet le principal, voire l’unique point d’ancrage à leur disposition dans les villes d’accueil. Mais la présence des migrants peut aussi constituer un « problème public » au sens des politologues, c’est-à-dire un « état de fait [qui forme] un enjeu de réflexion et de protestation et une cible pour l’action publique » (Gusfield, 2003). Plus que les pratiques des individus ou des groupes, ce sont les réponses institutionnelles qu’il s’agira d’analyser. Oscillant entre rejet et accueil, ces mesures forment des dispositifs d’hospitalité publique, l’hospitalité étant définie, à la suite de Gotman (2004) comme un ensemble de règles et de pratiques visant à encadrer le séjour des hôtes, tout en éloignant les indésirables. In fine, ce sont donc ces dispositifs d’hospitalité qu’il s’agira de comparer pendant le workshop. Selon cette perspective, les travaux récents et les études en cours sur les politiques en direction des migrants roms en situation précaire dans les villes européennes (Legros, Vitale, 2011) pourront fournir d’utiles contrepoints.

Bibliographie

  1. Barthel P.-A., Verdeil É., 2008, « Experts embarqués dans le « tournant financier ». Des grands projets urbains au sud de la Méditerranée », Annales de la Recherche Urbaine, n° 104, p. 38-48.
  2. Ben Othman H., 2009, « Pratiques et enjeux des acteurs d’une production foncière publique : Ennasr II (Tunis), un territoire négocié ? », Les Cahiers d’EMAM, n° 17 (Les effets territoriaux des politiques publiques dans les périphéries urbaines. Exemples au Maghreb), p. 43-54.
  3. Ben Othman H., 2011, « Les promoteurs immobiliers en Tunisie : enjeux d’un groupe professionnel en mutation », p. 227-253, in Zaki L. (dir.), L’action urbaine au Maghreb : enjeux professionnels et politiques, Paris, Karthala.
  4. Berry-Chikahoui I., Deboulet A., 2000, Les Compétences des citadins dans le Monde arabe. Penser, faire et transformer la ville, Paris/Tunis/Tours, Karthala/IRMC/URBAMA.
  5. Berry-Chikahoui I., Deboulet A., Roulleau-Berger L., 2008, Villes internationales. Entre tensions et réactions des habitants, Paris, La Découverte.
  6. Gotman A. (dir.), 2004, Villes et hospitalité. Les municipalités et leurs « étrangers », Paris, Éd. de la Maison des Sciences de l’Homme.
  7. Gusfield J., 2003, « Action collective et problèmes publics » (entretien avec Daniel Cefaï et Dany Trom), p. 63-78, in Cefaï D., Pasquier D. (dir.), Les sens du public. Publics politiques, publics médiatiques, Paris, PUF, CURAPP-CEMS.
  8. Legros O., Vitale T. (dir.), 2011, Géocarrefour, n° 86, « Roms migrants en ville : pratiques et politiques en Italie et en France ».
  9. Navez-Bouchanine F., 2012, Effets sociaux des politiques urbaines. L’entre-deux des politiques institutionnelles et des dynamiques sociales, Paris, Karthala.
  10. Roncayolo M., 1996, Les grammaires d’une ville. Essai sur la genèse des structures urbaines à Marseille, Paris, Éd. de l’EHESS.
  11. Stone C., 1989, Regime Politics: Governing Atlanta, 1946-1988, Lawrence, University Press of Kansas.
  12. Wacquant L., 2006, Parias urbains. Ghetto-banlieues-État, Paris, La Découverte.
  13. Zaki L., 2007, « Après le bidonville : le deuil d’une « identité difficile » ? Entre déni et nostalgie, les relogés de Lahjajma (Casablanca) », p. 277-294, in Alfa. Maghreb et sciences sociales, Paris, Maisonneuve et Larose.

Comité scientifique

Nacima Baron-Yelles, Univ. Marne-la-Vallée & LVMT

Agnès Deboulet, Univ. Paris 8 Vincennes-Saint-Denis & CRH-LAVUE

Madani Safar Zitoun, Univ. Alger 2

Nora Semmoud, Univ. Tours & CITERES-EMAM

Pierre Signoles, Univ. Tours & CITERES-EMAM

Tommaso Vitale, Sciences-Po Paris

 

PROGRAMME


Vendredi 28 mars 2014


• MATINÉE

Mot de bienvenue
Karima Dirèche

Présentation du programme
Nora Semmoud

Introduction : cadrage et présentation des axes
Hend Ben Othman Bacha, Olivier Legros

AXE 1
LES PROCESSUS DE MARGINALISATION
LIÉS À L’URBANISME DE PROJET

Discutants : Agnès Deboulet & Éric Denis

Urbanisme de projet et recompositions territoriales
dans le Grand Tunis
Morched Chabbi

Les grands projets d’aménagement comme producteurs
de nouvelles marges urbaines. Exemples à travers les cas
des « villes nouvelles » d’Ali Mendjeli (Constantine)
et de Tamansourt (Marrakech)
Jean-Marie Ballout

Politiques urbaines néolibérales versus augmentation
des inégalités. Constatations pour le cas barcelonais
Nuria Benach, Rosa Tello
Une stratégie de libération foncière différenciée
de la part de l’Agence pour l’Aménagement de la Vallée
du Bou Regreg : « la carotte et le bâton »
Hicham Mouloudi

– Débat

• APRÈS-MIDI

AXE 2
PRODUCTION DE L’ESPACE ET RÉGULATION
SOCIO-POLITIQUE DANS LES PÉRIPHÉRIES URBAINES

Discutants : Ridha Ben Amor & Morched Chabbi

L’implantation industrielle dans l’axe Mornaguia‐Borj El Amri
(ouest du Grand Tunis) : une illustration d’une transition urbain/rural
non contrôlée ?
Marouen Taleb

Dynamique urbaine à El Mornaguia
et évolution de ses quartiers périphériques
Souhir Bouzid

Le rendez‐vous manqué des Frères musulmans
avec la « question urbaine » en Égypte (2012‐2013)
Roman Stadnicki

Les enjeux politiques et sociaux de l’informalité.
Périphérie est d’Alger
Nora Semmoud


Samedi 29 mars 2014


• MATINÉE

AXE 3
LES POUVOIRS PUBLICS FACE À L’HABITAT PRÉCAIRE
Discutants : Valérie Clerc & Pierre Signoles

Lotissements clandestins et accaparement frauduleux
des domaines de l’État à la Corniche de Bizerte :
acteurs, enjeux et dimension territoriale
Mourad Ben Jelloul

Le quartier de Tayouri (Sebha), de la marginalisation
à l’insurrection. Anthropologie d’une fracture ethnique
dans une ville libyenne
Rafaa Tabib

Les politiques urbaines et l’habitat précaire des migrants Roms
en Italie. L’exemple de Turin
Elisabetta Rosa

Le contrepoint historique à la réflexion sur les relations
entre économie immobilière, pouvoirs publics et exclusion
sur le marché du logement en Espagne
Charlotte Vorms

Le paradoxe des politiques de relogement à Alger :
une intégration désintégrante ?
Madani Safar Zitoun

– Débat

Conclusion du Workshop & Débat de clôture
Hend Ben Othman Bacha, Olivier Legros

FIN DU WORKSHOP


Ce Workshop a donné lieu à la publication
des Cahiers d’EMAM n° 27.

couv-ok-12-format


À télécharger

LA PHOTO DES PARTICIPANTS

group-tunis-2014

LES AUTRES PHOTOS DU WORKSHOP

img_3195img_3196img_3197img_3201-2

Crédits Photos : Hend Ben Othman Bacha.