Les origines systémiques de la résistance à Gezi Park

Un regard sur les politiques socio-spatiales du gouvernement AKP

 

gezi-foto

La Turquie est secouée depuis maintenant plus de trois semaines, par des manifestations et contestations dans différentes villes, structurées comme point de départ par la tentative du gouvernement de détruire un parc public situé dans le quartier central de Taksim. Les organisations et associations luttant depuis de longues années contre le processus de transformation urbaine, entrepris dans un cadre néolibéral, ont décidé, dès le 27 Mai, de défendre ce parc, seul espace vert dans cette partie de la ville (1). Au départ limitée à quelques centaines de personnes venues investir le parc pour constituer une veillée, la contestation a attiré des milliers d’individus sur place, indignés par les images d’évacuation violente de ces militants par la police à 5h du matin sous leur tente.

On peut considérer le mouvement de protection de Gezi Park comme un déplacement accidentel du couvercle de la marmite, au sens de Paul Veyne (1971), permettant le déclenchement de l’ébullition de la société turque. Les mécontentements en son sein s’accroissaient progressivement depuis la deuxième victoire du pouvoir de l’AKP lors des élections législatives en 2007 sans qu’ils débouchent sur une mobilisation massive ou une sanction électorale. La plupart des mobilisations, notamment dans le domaine de l’urbanisme et de l’environnement, restaient sectorielles et locales sans créer un véritable écho dans la société. C’est dans ce climat de faiblesse des moyens de la société civile turque (accès limité ou inexistant aux médias, censure, intimidations des journalistes, accusations de terrorisme, etc.) pour constituer un véritable contre-pouvoir que le gouvernement AKP a été reconduit pour la troisième fois en 2011. Depuis cette date, le gouvernement turc a entrepris une stratégie offensive face à ses adversaires politiques et économiques et le Premier ministre R.T. Erdogan a progressivement durci le ton dans ses discours politiques, devenant de plus en plus menaçant face à ses opposants y compris Kurdes. L’été 2011 s’est soldé par l’intensification du conflit avec le PKK (plus de 100 soldats ont perdu la vie en deux mois) et la démission des chefs d’état-major de l’armée turque. Le Premier-ministre a commencé à parler de levée de l’immunité des députés kurdes. Une véritable chasse aux sorcières a été entamée dès 2009, avec l’emprisonnement de nombreux militants politiques du BDP (Parti de la paix et de la démocratie), parti pro-kurde, y compris ses maires et élus locaux, qui ont été envoyés derrière les barreaux, attendant parfois deux ans leur jugement. Entre-temps, R.T. Erdogan lançait une politique de conquête à l’étranger afin d’améliorer l’image de la Turquie, et adoptait une posture de défenseur des opprimés dans le monde entier. Dans cet objectif, de nombreuses écoles de la communauté de Gülen se sont étendues dans l’ensemble de l’Afrique et de l’Asie. Turkish Airlines a au passage ajouté des destinations dans les pays où se développaient ces écoles, et R.T. Erdogan n’hésita pas à défier Israël lors du Forum économique mondial à Davos, tout en envoyant un bateau d’aide internationale en Palestine, entraînant une intervention de l’armée israélienne. Cet incident a détérioré pour longtemps les relations entre les deux pays. Après les printemps arabes, de nombreux journalistes ont commencé à parler de la Turquie et du gouvernement d’Erdogan comme modèle idéal pour la période d’après-révolution dans la région, son gouvernement constituant l’exemple parfait démontrant la possibilité de la démocratie dans un pays musulman. Ainsi, Erdogan a incontestablement obtenu une place parmi les leaders mondiaux, d’après une enquête réalisée en 2010 par l’Université de Maryland et Zogby International  (TIME, 28 Novembre 2011). Cette orientation de politique étrangère se dessinait autour des idées de « néo-ottomanisme » et de « zéro problème avec les voisins », chères à Ahmet Davutoglu, ministre des affaires étrangères.

Pendant que la Turquie visait le statut de puissance régionale sur le plan international, les affaires internes n’allaient pas de pair avec cette image positive du pays décrit comme une démocratie musulmane prospère, alors que nombreux pays européens souffraient de la crise économique depuis 2008. On peut avancer l’idée que cette euphorie économique et politique a rendu les responsables du gouvernement AKP arrogants et méprisants, R.T. Erdogan n’hésitant pas à se moquer explicitement des difficultés économiques de l’Europe. Il expliqua à plusieurs reprises que la Turquie n’avait plus besoin de l’Europe mais plutôt l’inverse (DHA-13/11/2012 ; AA 4/02/2013). Une des anecdotes concernant cette position a été le comportement d’un membre du gouvernement, Burhan Kuzu, jetant à la poubelle, en octobre 2012, devant des journalistes, le rapport d’avancement de l’Union européenne sur la Turquie(2). C’était également l’attitude de R.T. Erdogan la semaine dernière après la décision du parlement européen d’appeler la Turquie à ne pas employer la violence policière face aux manifestants pacifiques (3). Il déclara qu’il ne reconnaissait pas cette décision, précisant que le PE n’avait pas vocation à s’exprimer sur la Turquie. Simultanément, les relations avec la Syrie se sont progressivement tendues. La Turquie, tout en accueillant sur son sol les réfugiés syriens fuyant le régime de Bashar Al-Assad, a durci sa politique vis-à-vis de ce dernier. Elle soutint même ouvertement les combattants islamistes proches d’Al Nusra, leur fournissant des armes et ouvrant sa frontière pour leur passage régulier. Une conséquence de cette politique offensive fût l’explosion d’une bombe à Reyhanli, causant la mort de 53 personnes. R.T. Erdogan ne se rendit sur place que dix jours après mais cela ne l’empêcha pas de déclarer seulement six heures après l’explosion que l’attentat avait été commis par le pouvoir d’Al Assad. Le principe « zéro problème avec les voisins » de la politique étrangère turque disparaissait donc progressivement (4).

Sur le plan intérieur, les signes de cette arrogance et d’une politique offensive apparurent dès l’été 2011. Le gouvernement décida d’interdire les terrasses des cafés et restaurants, notamment dans le quartier de Beyoglu, lieu hautement touristique, condamnant de facto les établissements à une baisse d’activité et une moindre vente de boissons alcoolisées, sources principales de leurs revenus. Cette décision a été prise du jour au lendemain, sans concertation ni réglementation préalable. Par la suite, le Premier ministre a relancé le débat sur la peine de mort, précisant que sa volonté personnelle était de la rétablir. En décembre, il y  eut une bavure militaire près de la frontière irakienne à Uludere : 34 civils kurdes ont été tués par un bombardement de l’armée turque ayant cru cibler la guérilla du PKK. Le gouvernement n’a pas su gérer la crise et n’a pas fait montre  de bonne volonté pour trouver les responsables de cette bavure. Des excuses officielles n’ont pas été présentées aux familles des victimes, le gouvernement se contentant de fixer une indemnité financière. L’attitude du gouvernement lors de cet événement fut peu appréciée par une partie de la société en raison de la tentative de minimiser son acte par des suppositions selon lesquelles les victimes n’étaient pas aussi innocentes que l’on pourrait le croire (Taraf, 24/12/2012). Récemment, un tribunal a même condamné les familles des victimes à une amende pour avoir protesté sans autorisation (Radikal, 17/06/2013). Puis, en mai 2012, le Premier ministre a lancé une polémique sur les conditions d’avortement et de recours à des césariennes en Turquie. Il s’est opposé à ces pratiques, les considérant comme des méthodes de stérilisation progressive ayant pour objectif de réduire la population turque (il a répété ces propos cette semaine, après les événements de Gezi). Il est même allé jusqu’à affirmer que « chaque avortement est un Uludere », comparant la pratique de l’avortement à la mort de 34 individus.

Le caractère répressif et conservateur du gouvernement s’est révélé également par d’autres politiques, d’abord dans le domaine scientifique, ensuite sur l’usage de l’espace public et sa restructuration. Outre le fait que les postes clés dans les universités et la présidence du Conseil de l’enseignement supérieur ont été attribués à des personnes proches du gouvernement et de la communauté Gülen (5), l’activité scientifique s’est progressivement transformée au détriment de la rationalité et de la démonstration scientifique et en faveur des dogmes religieux et nationalistes. En 2009, un numéro de la revue du TÜBITAK (Centre de la recherche scientifique et technique de Turquie) dans lequel se trouvait un article de 15 pages sur la théorie de l’évolution de C. Darwin a été censuré par le Conseil d’administration de l’Institution, et les ouvrages sur cette théorie ont pendant longtemps été indisponibles à la vente. En 2012, un autre incident de censure eu lieu à l’Université d’Ankara concernant des publications du Centre d’études sur l’Afrique. Le numéro 3 de la Revue d’études africaines, préparé par ce centre, fut consacré à une étude ethnographique sur des résidents Africains en Turquie. Un article étudiait le cas de Festus Okey, tué dans un commissariat à Istanbul après son arrestation en tant que sans-papier, se référait aux théories de Frantz Fanon, et explorait les signes du racisme en Turquie vues par les Africains. Tous les articles passèrent la procédure d’évaluation anonyme par les pairs et étaient scientifiquement conformes à la publication. Entre-temps, la direction du Centre a été destituée et un enseignant de la Faculté d’ingénierie a été nommé à sa tête ! Ce nouveau directeur a censuré les articles,  soulignant qu’ils montraient les Turcs comme racistes et qu’il ne pouvait permettre que l’image du pays soit ternie par des citations de chercheurs étrangers qui voudraient montrer la Turquie comme un pays raciste (6).

On peut multiplier les exemples de politiques répressives et rétrogrades tentant de restructurer la vie quotidienne dans toutes ses dimensions. On peut également évoquer des déclarations répétitives du Premier ministre visant à contrôler le corps féminin. Allant des réglementations à Turkish Airlines visant à interdire le rouge à lèvres de couleurs vives des hôtesses et les tentatives pour allonger la longueur de leur jupe ; des conseils donnés aux femmes par le Premier ministre de faire au moins trois enfants, d’avertissement contre les couples qui s’embrassent dans les couloirs du métro afin de respecter les valeurs morales de la société, à l’opposition à la césarienne considérée comme une forme de stérilisation et à la limitation récente de la vente d’alcool utilisant des arguments de santé, le gouvernement et notamment le Premier ministre tentent de restructurer la société via le corps féminin et le corps humain dans sa globalité en s’attribuant le rôle d’ingénierie sociale conforme à l’Islam.

Le dernier volet de la tendance autoritaire du gouvernement Erdogan trouve corps via les projets urbains et de développement entrepris à une grande vitesse depuis 2006 dans toute la Turquie. Si la résistance est née à partir de la volonté de la protection d’un parc public, ce n’est pas complètement un hasard. Elle signifie également une réclamation d’utilisation de l’espace urbain selon les besoins et les désirs des habitants et donc du droit à la ville. Les contestations organisées contre les politiques liberticides du gouvernement et la réponse répressive de ce dernier contre les tentatives de manifester comme ce fut le cas lors de la Fête du travail en mai dernier, la destruction du cinéma historique d’Emek ou la restructuration de la place Taksim, tous s’inscrivent dans une lutte d’appropriation de l’espace. On peut davantage pousser l’analyse au-delà du caractère autoritaire du gouvernement et parler de la nature néolibérale de sa volonté de restructurer l’espace. Depuis 2006, ne serait-ce qu’à Istanbul, plus de 10 quartiers ont fait l’objet de transformation urbaine. Dans chaque cas, le projet a été imposé du haut, sans un processus participatif, aboutissant à un déplacement forcé des habitants vers des cités construites par le TOKI (Administration des logements collectifs) à la périphérie de la ville, et un repeuplement de ces quartiers plus centraux par des classes aisées. L’exemple le plus emblématique est le quartier Sulukule, où vivait une communauté Rom. En dehors de ces transformations, on a également observé l’émergence de villes « satellites », à l’instar de Basaksehir, où des populations sympathisantes de l’AKP ont été installées, créant de ce fait des « stocks électoraux » en faveur du gouvernement. Par ailleurs, ce phénomène a créé progressivement une fragmentation dans la ville et des communautés réunies autour de la même idéologie politique, du même style de vie ou de la même appartenance ethnique, se concentrant dans des quartiers bien définis, sans se mélanger. Alors que des quartiers comme Cihangir ou Bostanci abritent des populations « modernes », « kémalistes », « laïques » et/ou « progressistes », des quartiers comme Fatih ou Sultanbeyli sont connus pour leurs habitants ultraconservateurs. Des quartiers comme Gazi ou Mustafa Kemal abritent majoritairement les Alévis (alaouites) et les Kurdes, et les Roms se trouvaient à Sulukule. Les tensions sociétales et les fragmentations urbaines se sont intensifiées ces dernières années sans qu’elles n’alertent les responsables politiques. De nombreux projets de transformation urbaine ont déplacé des milliers d’habitants en les dépossédant de leurs ressources sociales comme l’emploi, la solidarité sociale et les relations de voisinage.

Au vu de l’analyse générale de tous ces projets, on constate que l’objectif principal devient la création de villes dont les centres sont réservés au monde des affaires, au tourisme et aux loisirs (shopping centers, cinémas, parcs d’attraction, musées, etc.) – la transformation du parc Gezi étant un exemple emblématique dans ce sens – où un type d’habitat et un style de vie sont imposés sans tenir compte des particularités culturelles, régionales et environnementales. Dans ce cadre, la ville n’est plus perçue comme un projet humain social mais plutôt comme une source de rentabilité. Ces visions antagonistes sur la ville nous renvoient à l’idée d’Henri Lefebvre concernant la production de l’espace. Pour lui, l’espace intègre, en soi, différentes interprétations possibles en fonction de la position des acteurs concernés. L’espace perçu et l’espace conçu constituent les deux dimensions majeures de l’espace (Lefebvre, 1974). Le premier renvoie à la perception quotidienne de l’espace par ceux qui l’habitent, tandis que le second désigne les constructions abstraites et techniques de l’espace, qui sont souvent celles des entreprises et des promoteurs immobiliers. Lefebvre considère l’espace perçu de la vie quotidienne comme un important lieu de résistance. Ce qui se passe dans Gezi Park et un peu partout en Turquie devrait être analysé également dans cette perspective.

La résistance que nous observons actuellement en Turquie est également une réaction de la société contre les politiques du gouvernement visant à transformer la Turquie par le biais des politiques spatiales et corporelles structurées autour d’une idéologie conservatrice dont les principes sont définis par un Islamisme sunnite décoré des motifs nationalistes et chauvins. R.T. Erdogan veut former une Turquie à son image, conservatrice, musulmane, sunnite et obéissante. Il déclara, en 2012, que l’objectif de son gouvernement était de « créer une jeunesse qui protège et revendique sa religion et sa vengeance » (7). Voici la Turquie future vue par son Premier ministre.

(1)       Parmi les groupes mobilisés se trouvent l’Union des chambres des architectes et urbanistes, le mouvement d’urbanisme pour le peuple, l’Atelier solidaire, les enseignants-chercheurs de plusieurs université et des associations de quartier (Fener-Balat, Sulukule, Derbent etc.)

(2)       On peut voir les images sur http://webtv.hurriyet.com.tr/2/39541/0/1/burhan-kuzu-ab-raporunu-boyle-cope-atti.aspx

(3)       Pour lire la déclaration entière, voir http://www.europarl.europa.eu/sides/getDoc.do?type =MOTION& reference=B7-2013    0309&format=XML&language=EN

(4)       Sur ce sujet, voir l’article « La Turquie et la drame syrienne », Le Monde, 17/05/2013, disponible surhttp://www.lemonde.fr/idees/article/2013/05/17/la-turquie-et-le-drame-syrien_3290005_3232.html

(5)       Secte très influente au sein de l’AKP et de l’administration public en Turquie. Pour une analyse détaillée de cette secte, voir « Fethullah Gülen’s Grand Ambition », http://www.meforum.org/2045/fethullah-gulens-grand-ambition?gclid=CKHkyqrKuqQCFQwTbAodQFQ8yw

(6)     Voir sur CNN Türk, l’article intitulé « Censure d’Afrique à l’Université d’Ankara »,https://www.cnnturk.com/2012/guncel/11/21/ankara.universitesinde.afrika.sansuru/685500.0/index.html, 21.11.2012 ; voir également la lettre publique des anciens directeurs du Centre sur ce sujet (en turc) :http://www.jiyan.org/2012/11/afrika-calismalari-merkezi-anadolu-kaplanlarina-yem-mi-oluyor/

(7)     Le discours d’Erdogan lors du Congrès de la section jeunesse de l’AKP le 19/02/2012, disponible sur :https://youtu.be/Ij9LJrLB_q8,

Bibliographie :

–    Henri Lefebvre, La Production de l’espace, Paris, Anthropos, 1974.

–    Paul Veyne, Comment on écrit l’histoire ?, Paris, Seuil, 1970.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *