01/2014 Tours | Séminaire « Catégorisations, qualifications »

9 & 10 janvier 2014
Faculté de Droit, d’Économie et Sciences sociales – Site Portalis

Les marges urbaines en question.
Catégorisations, qualifications

sous la responsabilité de
Nora Semmoud, CITERES-EMAM, Tours

APPEL À COMMUNICATIONS

Ce séminaire est conçu comme un moment de réflexion collective, axé particulièrement sur les fondements théoriques de la recherche autour des marges urbaines et sur les catégorisations et qualifications savantes dont elles font l’objet. Ainsi, c’est l’occasion de revisiter, le cadrage théorique initial de cette recherche, en le clarifiant davantage et en mettant en évidence les questions qui restent posées, avec en toile de fond les réalités que nous étudions. Il s’agit de saisir comment nous fabriquons les objets scientifiques sur lesquels on travaille, selon une posture réflexive. L’objectif est aussi de partager les ressources conceptuelles et sémantiques, pour construire une culture commune intégrant les points de vue divers du débat scientifique. Le travail sur les catégorisations et qualifications savantes, requiert nécessairement d’analyser leurs interactions avec les discours provenant, tant des acteurs institutionnels, des urbanistes et des promoteurs, que ceux des habitants dans leur diversité.

Dans cet univers des discours et des représentations, il s’agira de saisir qui parle, à qui, de quoi et dans quel but ? Les mots étant les cristalliseurs de ces discours et de ces représentations, comment alors circuler entre les langues et les contextes ? Comment décrire les significations et les usages d’un mot qui appartient à une langue, arabe, italien, espagnol et turc, en utilisant une autre langue, le français ? Il s’agit moins de trouver le mot juste ou la notion la plus appropriée que d’expliciter comment sont représentées les réalités étudiées, les processus et les enjeux qu’ils désignent. En sachant, qu’on aura à se prononcer sur l’adéquation entre les réalités étudiées et les façons de les catégoriser et de les qualifier, en tenant compte de leur labilité respective.

Nous proposons d’axer la réflexion sur les trois registres essentiels des programmes de recherche sur les marges urbaines (ANR Marges et GDRI MargMed / CNRS) :
1. Marges urbaines. Marginalisation. Marginalisé.
2. Modes de fabrique actuels de la ville.
3. Pratiques et stratégies d’intégration des habitants.
Bien entendu, le travail sur ces trois entrées, séparées pour des raisons de commodité, intègre nécessairement les liens et les interdépendances qui existent entre elles.

1. Marges urbaines. Marginalisation. Marginalisé

« Il est courant qu’un mot désignant un espace urbain qualifie en même temps les populations auxquelles on l’associe, en leur assignant une identité comme concentrée en un vocable » (Depaule [dir.],  2006). C’est bien cette tendance à la désignation, à l’étiquetage et au classement qui construit ce que nous nommons les marges urbaines. Elles seraient produites par les représentations et les pratiques de stigmatisation des acteurs dominants : une pensée hiérarchisante et homogénéisante qui fait et défait les marges. Elles deviennent ainsi un objet labile : elles ne sont pas seulement périphériques et peuvent être situées au centre ; elles recouvrent des réalités différentes, celles des bidonvilles, de l’habitat sous-intégré, de l’habitat informel, des grands ensembles, etc. et abritent des populations diverses, des pauvres et des couches moyennes.

Cette posture, qui est l’objet même de la recherche, mérite d’être débattue en lien avec les constructions savantes de la notion de marge, mais aussi à travers d’autres  discours. Quelles sont alors les différentes dénominations et désignations des quartiers sur lesquels nous avons choisi de travailler ? De quels discours (lexiques ?) proviennent-elles, celui des acteurs institutionnels, des urbanistes, des promoteurs, des habitants dans leur diversité, des journalistes, des littéraires, etc. ? Quels sont les enjeux sociaux et politiques que font apparaître les mots de ces discours (lexiques ?), ainsi que leurs interactions et leurs variations de sens ?

2. Modes de fabrique actuels de la ville

Envisager les marges urbaines comme un produit des pratiques et des représentations des acteurs urbains dominants, nous conduit nécessairement à analyser les formes contemporaines de fabrique de la ville et notamment, de ce que nous nommons l’urbanisme des grands projets, et les processus de marginalisation socio-spatiale ou d’intégration qu’ils induisent. De par son objet, les inégalités socio-spatiales, cette recherche s’inspire des réflexions de la géographie radicale, où la pensée néolibérale est considérée comme  hégémonique dans la fabrique de la ville, envisagée exclusivement comme un lieu d’investissement. Quels sont alors les écarts et/ou les proximités entre les réalités que nous étudions et ces analyses ? Quelles sont les interférences des discours qui servent à désigner ces processus  et leurs enjeux ? 

Le vocabulaire de l’action urbaine (réhabilitation, renouvellement, démolition, relogement, débidonvillisation, durabilité, attractivité, cohésion, etc.) mérite une analyse plus fine, afin de comprendre les glissements et changements de sens en lien avec l’évolution des logiques sociales et politiques de ces actions et avec leurs contradictions et paradoxes. Quels sont, par ailleurs, les enjeux des correspondances ou des écarts avec le vocabulaire savant et le vocabulaire commun ? Le même raisonnement doit concerner les dynamiques de privatisation, dérégulation et marchandisation de la ville qui caractériseraient cet urbanisme dit néolibéral et les modes de gouvernance qui lui sont associées.

3. Pratiques et stratégies d’intégration des habitants

 Nous postulons dans cette recherche que les pratiques des habitants des marges urbaines et leurs formes de sociabilité et de solidarité, ainsi que les ressources et les réseaux sociaux au sein et en dehors du quartier, auxquelles elles donnent lieu, témoignent avant tout d’une forte aspiration à l’intégration sociale et urbaine. Les théories et les concepts sur lesquels s’appuie cette hypothèse sont nombreux, certains auteurs analysent les pratiques comme des stratégies et insistent sur les compétences des habitants, dans la même veine, d’autres évoquent leur citadinité/urbanité et leurs aptitudes à fabriquer et à inventer la ville. Ce corpus recouvre t-il l’ensemble des facettes et des paradoxes des réalités que nous étudions ? À quels éclairages nous conduit le contexte actuel des mouvements protestataires dans de nombreuses villes méditerranéennes ?

Comment qualifier les pratiques diverses des habitants et leurs stratégies pour intégrer leur quartier et comment ces dernières basculent-elles dans les mouvements revendicatifs et de résistance ? A contrario, lorsque les stratégies deviennent tactiques et ruses « pour faire avec » ou détournement et contournement, etc. l’individualisation des interactions formelles et informelles avec les pouvoirs publics est-elle inéluctable ? Quel est, en somme, notre discours théorique sur les pratiques des habitants, quelles sont les catégories savantes que nous mobilisons et les qualifications que nous faisons ? Il s’agit également d’interroger les autres discours, celles des pouvoirs publics et des médias ainsi que les qualifications et catégorisations qu’ils portent. Quelles interférences, recoupements pouvons-nous identifier entre ces différents discours et quels enjeux représentent-ils ?  

Les participants sont invités à présenter des contributions à inscrire dans l’un des trois axes du séminaire. Les contributions peuvent prendre des formes diverses : des éclairages théoriques à partir de travaux empiriques, des comptes rendus de lecture, des essais de notices sémantiques, etc.

PROGRAMME


Jeudi 9 janvier 2014


• MATINÉE

Accueil & Introduction
Nora Semmoud

SESSION 1
Présidée par Jean-François Pérouse & Raffaele Cattedra

MARGES URBAINES. MARGINALISATION. MARGINALISÉ

Distance(s) et recherche en Sciences sociales :
la question des marges urbaines
Franck Chignier-Riboulon

Discours et idéologies autour de l’habitat précaire
Yankel Fijalkow

Marges, illégalité et territoires (Maroc)
Aziz Iraki

Inégalités et diversités socio-spatiales : une question de justice ?
Francesca Governa

Mécanismes et fondamentaux des mutations socio-spatiales
dans le Grand Rabat
Mohamed Hanzaz

Avec les yeux des marges : une proposition méthodologique
pour Sant’Elia (Cagliari)
Maurizio Memoli, Matteo Puttili

– Débat

• APRÈS-MIDI

SESSION 2
Présidée par Aziz Iraki & Maurizio Memoli

LA POLITIQUE ET LA MARGE

L’invention institutionnelle de la notion de la marginalité
dans le discours politique algérien. Du déni de la marge
à la réhabilitation symbolique
Madani Safar Zitoun

Traitement des marges urbaines et gestion du risque
à partir des cas de Quito et Lima
Alexis Sierra

Les mots de la marge. Désignation et catégorisation
du quartier Sant’Elia (Cagliari) à travers l’analyse de la presse
Raffaele Cattedra, avec la coll. de M. Tanca & A. Erbi

– Débat

Marginalisation et patrimonialisation des médinas tunisiennes
aux XIXe et XXe siècles. Les cas de Tunis et Monastir
Charlotte Jelidi

 Le projet de la vallée du Bou Regreg (Rabat) aux yeux des acteurs
locaux : entre discours d’autosatisfaction et pure légitimation
Hicham Mouloudi
Habitat précaire en Algérie et catégories statistiques

Saliha Ouadah

Dynamique de métropolisation et polarisation socio-spatiale.
Le cas de l’agglomération oranaise
Mohamed Madani

– Débat

• SOIRÉE

Visite-découverte du tram de Tours
Organisée par Jean-François Troin


Vendredi 10 janvier 2014


• MATINÉE

SESSION 3
Présidée par Gülçin Erdi-Lelandais & Bénédicte Florin

LES PRATIQUES ET STRATÉGIES D’INTÉGRATION
DES HABITANTS

Quel centre et quelle marge ? Création de centralité alternative
à valeur d’usage versus centralité d’échanges
Nuria Benach & Rosa Tello

La marge connectée au « village planétaire ».
Le cas de Sahrij Gnaoua à Fès
M’Hammed Idrissi Janati

L’aspect symbolique de la mobilisation : un registre explicatif
des processus d’intégration des marges urbaines
Wafae Belarbi

Marginalité comme ressource, intégration, exclusion.
Réflexions à partir des pratiques habitantes des migrants Roms
en situation précaire
Elisabetta Rosa

– Débat

Sens et réalité de la notion de marginalité chez les jeunes
des quartiers populaires d’Oran
Abdelkader Lakjâa

Tensions ou formes d’identification et de résistance communes
entre immigrés et autochtones (District Nord de Grenade) ?
Alberto Capote

Quelques éléments de réflexion autour du concept de mobilisation
en milieu bidonvillois
Habiba Essahel

– Débat

• APRÈS-MIDI

SESSION 4
ÉLÉMENTS DE SYNTHÈSE

Éléments de synthèse Session 1
par Jean-François Pérouse & Raffaele Cattedra

Éléments de synthèse Session 2
par Aziz Iraki & Maurizio Memoli

Éléments de synthèse Session 3
par Gülçin Erdi-Lelandais & Bénédicte Florin

Conclusions
par Madani Safar Zitoun & Pierre Signoles

– Débat général & Perspectives


INTERVENANTS

Wafae Belarbi
École nationale d’architecture (ENA), Rabat

Nuria Benach
Université de Barcelone

Alberto Capote
Université de Grenade

Raffaele Cattedra
Université de Cagliari, GRED Montpellier

Franck Chignier-Riboulon
Université de Clermont-Ferrand

Gülçin Erdi-Lelandais
CNRS, CITERES-EMAM-CoST

Habiba Essahel
Université de Tours, CITERES-EMAM

Yankel Fijalkow
École nationale supérieure d’architecture (ENSA) Paris Val-de-Seine

Bénédicte Florin
Université de Tours, CITERES-EMAM

Francesca Governa
Polytechnico Turin

Mohammed Hanzaz
Institut national d’architecture et d’urbanisme (INAU), Rabat

M’Hammed Idrissi Janati
Université Mohamed V, Rabat

Aziz Iraki
Institut national d’architecture et d’urbanisme (INAU), Rabat

Charlotte Jelidi
Université de Tours, CITERES-EMAM

Abdelkader Lakjâa
Université d’Oran

Mohammed Madani
Université d’Oran

Anna Madoeuf
Université de Tours, CITERES-EMAM

Maumau Memoli
Université de Cagliari, GRED Montpellier

Saliha Ouadah
Université d’Alger 2

Jean-François Pérouse
Institut français d’études anatoliennes (IFEA), Istanbul

Matteo Puttili
Université de Cagliari

Elisabetta Rosa
Polytechnico Turin

Madani Safar Zitoun
Université d’Alger 2

Nora Semmoud
Université de Tours, CITERES-EMAM

Alexis Sierra
Université de Cergy-Pontoise

Pierre Signoles
Université de Tours, CITERES-EMAM

Rosa Tello
Université de Barcelone


À télécharger

 LA PHOTO DES PARTICIPANTS

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

LES AUTRES PHOTOS DU SÉMINAIRE

OLYMPUS DIGITAL CAMERAOLYMPUS DIGITAL CAMERAOLYMPUS DIGITAL CAMERA OLYMPUS DIGITAL CAMERA OLYMPUS DIGITAL CAMERA Première matinée OLYMPUS DIGITAL CAMERA OLYMPUS DIGITAL CAMERA OLYMPUS DIGITAL CAMERA OLYMPUS DIGITAL CAMERAOLYMPUS DIGITAL CAMERA OLYMPUS DIGITAL CAMERA OLYMPUS DIGITAL CAMERACrédits Photos : Florence Troin.