08/2014 Ankara | WOCMES

18 au 22 août 2014
World Congress for Middle Eastern Studies

wocmes

Atelier
« Aux marges des villes :
formes et récits littéraires »

sous la responsabilité de
Anna Madoeuf, CITERES-EMAM, Tours

La ville, aujourd’hui mécanique à habiter, à vivre, à penser et à dire le monde, est un objet universel qui ouvre maintes perspectives à l’imaginaire littéraire, appréhendé comme « modèle d’énonciation » selon la formule de Pierre Lassave. Il semble désormais avéré que la littérature offre aux sciences sociales une source de récits pertinents et originaux ainsi que des modalités renouvelées de décryptage du monde actuel, notamment lorsqu’imaginé au travers de ses cités. Dès lors, le projet de cet atelier est de solliciter et de questionner cette ressource pour appréhender les champs et univers des marges et marginalités socio-spatiales des villes du Maghreb et du Moyen-Orient. Comment la littérature romanesque contemporaine évoque ou esquive ces thèmes et ces espaces ? Comment procède-t-elle à leur mise en récit, par quels biais, quels registres et quels mots ? Il s’agira ainsi de débusquer et sonder marges et marginalités, telles que questionnées et exprimées par la littérature, au travers de leurs lieux, itinéraires, figures, personnages, situations, fantasmes et images.

PARTICIPANTES

• Elena Chiti

elena

Aix-Marseille Univ. & IREMAM
« La marginalité à l’épreuve de l’histoire : perceptions arabes
et européennes d’Alexandrie (1879-1940) »

Dans l’imaginaire européen, Alexandrie entre la fin du XIXe siècle et le début du XXe est vue comme une ville excentrée, qui serait restée – culturellement et historiquement – en marge de l’Égypte. Condensée dans l’expression latine Alexandrea ad Aegyptum (« Alexandrie en marge de l’Égypte »), cette marginalité exprime une généalogie culturelle qui, fondée sur l’héritage hellénistique, relie Alexandrie à l’Europe. Les sources littéraires arabes nous offrent une image bien différente de la ville, présentée comme une ville séditieuse, toujours prête à se révolter.

• Anna Madoeuf

anna

Univ. Tours & CITERES-EMAM
« Le juge, l’officier et le visionnaire. Figurations et assignations à la marge de la ville ancienne du Caire »

À partir de récits littéraires et urbanistiques, il s’agit d’évoquer comment a été figurée et configurée la ville ancienne du Caire, des années 1950 à nos jours. Cette parabole sera esquissée depuis une chronologie en trois épisodes, correspondant à autant de temporalités, de récits et de figures de narrateurs. L’objectif sera de suivre la fabrique progressive et cumulative d’un paysage socio-spatial, en soulignant les aspects constitutifs (matériels et idéels) et les ajustements de cette modélisation, et de révéler diverses modalités d’assignation à la marge de cet espace.

• Muriel Rosemberg

muriel

Univ. Picardie (Amiens) & UMR Géographie-cités, équipe EHGO
« Les marges d’Istanbul, Istanbul en marge »

On se propose d’analyser dans des récits et nouvelles de la littérature stambouliote contemporaine la figure de la marge, c’est-à-dire non seulement les bords de ville ou les fractures dans la ville, mais également la marge en tant qu’elle représente l’ambiguïté même de la ville d’Istanbul, entre deux mondes, entre passé et présent.

• Nora Semmoud

nora

Univ. Tours & CITERES-EMAM
« Alger clair-obscur. Hôtel Saint-Georges de Rachid Boudjedra »

Le texte plonge le lecteur dans des allers-retours incessants entre Alger à l’époque coloniale et aujourd’hui, à travers l’histoire de protagonistes familiers de ces deux mondes.

• Florence Troin

flo

CNRS, CITERES-EMAM
« Fractures de la ville et de la société constantinoises.
Al Zilzàl de Tahar Ouattar »

Le roman met en scène Constantine en ville torturée, associant sa topographie chahutée, aux dynamiques sociales contradictoires, entre conservatisme et renouveau. Ce dernier émerge laborieusement du grouillement  et du chaos des marges de la ville.


LES PHOTOS DE L’ATELIER

dsc00228 dsc00230 dsc00231 dsc00236 dsc00237 dsc00240 dsc00241

Crédits Photos : Florence Troin.