Casablanca

Avertissement : version sans illustrations


1. Processus d’urbanisation de la ville de Casablanca

Casablanca forme le pivot de la nouvelle armature urbaine créée durant la colonisation (1919) autour de l’axe atlantique et des périmètres de colonisation agraire. Elle est restée, depuis, la capitale économique du Maroc, voyant sa population quintuplée depuis l’Indépendance.

Le grand Casablanca totalise 3 631 061 habitants en 2004 répartis entre Casablanca (2 949 805 habitants à l’intérieur du périmètre urbain), et les provinces de Médiouna (73 683 habitants), Mohammedia (241 962 habitants) et Nouaceur (60 089 habitants).

La répartition spatiale de la population de Casablanca est caractérisée par une très forte croissance périphérique, alors que la population de certaines zones centrales et péricentrales est en régression. Ainsi, nous assistons à une forme de redéploiement de la population au niveau de toute l’agglomération, mais aussi au niveau de ses marges périphériques.

Les périphéries urbaines de la ville de Casablanca, telles qu’elles se configurent aujourd’hui, sont le produit d’une croissance spatiale démesurée au cours de tout le XXe siècle. Cette croissance spatiale s’est caractérisée par un éclatement dans tous les sens avec des périodes de ralentissement et de stagnation.

1.1 Pendant la période coloniale 

La structure traditionnelle et typique de la ville marocaine, marquée par l’existence d’une médina intramuros bordée par des jardins privés et des espaces dédiés au commerce, va connaitre pendant la période coloniale des changements structurels. Ainsi les premières décennies du XXe siècle vont connaitre l’émergence de nouveaux quartiers, engageant un processus de spéculation foncière sans précédent. Ce processus va déclencher l´expansion non maitrisée de la ville jusqu’à nos jours.

La vague de migration vers la ville fut en effet très intense à l’époque, et spécialement pendant les années 1930. Des quartiers européens vont proliférer (Roches Noires, La Gironde, Bourgogne) ; de nouveaux quartiers de villas (Anfa, Palmier, Mers Sultan, L’Oasis, etc.) et des quartiers de petits immeubles comme à Maarif, Racine vont apparaître ; et un quartier des affaires va s’affirmer. Parallèlement, l´espace périurbain de la ville abrita au cours de cette période les premiers bidonvilles à l’est et au sud, lieux d’entassement de la population rurale. Ce processus continuera jusqu’aux années 1940 avec la croissance explosive des bidonvilles et l´apparition d`importants quartiers marocains.

Néanmoins, on peut considérer que le premier point d’inflexion dans l’histoire de l’urbanisation de Casablanca, se situe au moment de la confection du plan d’aménagement de Michel Écochard (1955) qui instaura les premières bases de la fabrication périphérique de la ville, aussi bien vers le sud-est que vers le sud-ouest. Ce plan proposa le concept de « cité linéaire littorale » correspondant à une extension linéaire de séquences d’habitat, d’industries et de coupures vertes, entre Casablanca et Mohammedia. Il proposa également l’ensemble des quartiers actuellement situés de part et d’autre de l’autoroute urbaine (Sidi Othmane, Aïn Chock, Les Crêtes), ainsi que les quartiers Oasis, Beauséjour et Aïn Diab. Le zonage est concentrique, avec des densités décroissantes du centre vers la périphérie.

Pour améliorer les conditions de l’habitat des populations défavorisées, Écochard introduisit des notions d’unité de voisinage (de 30 000 à 40 000 habitants) et de trame d’habitation 8X8. Des cités satellites entières à Casablanca ont été développées selon ces principes, comme les cités Hay Hassani, Hay Mohammadi, Aïn Chock ou Sidi Othmane.

Ces opérations seront, pendant les années 1970, encore une fois dupliquées sous une forme dite améliorée (Trames sanitaires améliorées [1]). Ainsi, plusieurs programmes verront le jour pour recaser [2] ou reloger les bidonvillois dans la périphérie sud-est. Elles sont toutes nées dans des contextes socio-politiques d’urgence, liés aux grandes émeutes urbaines du pays et de la ville de Casablanca en particulier, et ce depuis la période coloniale (Rachik, 2002).

1.2 Entre 1956 et 1984 :
incohérence des documents d’urbanisme et spéculation foncière

Cette période s’est caractérisée par la densification des quartiers déjà existants et la création de grands lotissements étatiques dans la périphérie.

Ce processus de densification progressive s’est traduit par une décroissance de la surface urbanisée par habitant qui est passée de 46 m²/hab. en 1960 à 39 m²/hab. en 1982 (SDAU, report 1984), et donc par une augmentation du nombre de personnes par ménage qui a atteint 5,5. Amplifiée par la rareté des terrains viabilisés et le retard cumulé dans la réalisation des projets d’infrastructure, cette situation n’a fait qu’accélérer l’extension des bidonvilles et des constructions illégales et stimuler encore plus la spéculation foncière.

L’espace périphérique a vu la création de certaines cités de relogement pour les bidonvillois durant les années soixante tels que la cité Lalla Meryem au sud de Casablanca. De même, les centres périphériques (Médiouna, Sidi Maarouf, etc.) ont abrité au cours de la même période des cités pour reloger les habitants des bidonvilles de ces centres dans le but d’inhiber l’immigration vers Casablanca.

1.3. Entre 1984 et 2004

Suite aux émeutes de 1981, la maîtrise de l’espace urbain périphérique de la ville s’est effectuée à travers une action politique et sécuritaire de découpages administratifs et d’implantations de commissariats. Il n’en demeure pas moins que l’État a opéré sa mainmise sur l’espace périphérique à travers des actions territoriales de redressement de l’espace public avec les élargissements de voies, l’installation d’équipements publics, mais aussi et surtout à travers la réalisation de grandes opérations de logements sociaux visant « l’éradication » de certains grands bidonvilles. En effet, le bidonville a toujours constitué la configuration autour de laquelle toutes les stratégies urbaines de la ville se sont articulées (stratégies de reconquête et de contrôle des périphéries).

Avec le concours de bailleurs de fonds internationaux, l’US-AID (United States Agency for International Development) et la BIRD (Banque internationale pour la reconstruction et le développement), des cités entières telles Aïn Chock, Sidi Othmane, Moulay Rchid et Lalla Myriem, ont été réalisées au sud de Casablanca, pendant les années 1980, afin de résoudre le problème des bidonvilles à Casablanca, et notamment le fameux bidonville de Ben Msik. Ce dernier fut considéré depuis la période d’Écochard comme un point noir dans la ville de Casablanca pour lequel de grands moyens doivent être investis. Ainsi, les unités de recasement pendant la période allant de 1982 à 1992, environ 14 668 unités ont été créées à Casablanca, soit 10 % du total national[3].

L’instauration du Schéma de développement et d’aménagement urbain (SDAU) de la région du grand Casablanca et la création de l’Agence urbaine en 1984 figurent également comme mesures structurelles prises par l’État.

Ce nouvel outil de régulation de l’urbain que fut le SDAU du cabinet Pinseau, supposé gérer la ville, a échoué dans ses prévisions stratégiques : développement linéaire de la ville sur son littoral vers la ville de Mohammedia (extension urbaine vers le nord-est), sans pour autant en limiter le développement urbain vers le sud-ouest. Dans la réalité, la ville de Casablanca s’est étalée dans toutes les directions (étalement radioconcentrique) créant ainsi de nouvelles périphéries, qu’elles soient planifiées ou non.

Ce développement périphérique a été accentué par la vocation économique et industrielle de la ville, à travers les délocalisations industrielles (formelles et informelles) et de logistique. Cet étalement spatial planifié ou non a créé plusieurs centralités dans la ville et a engendré des déséquilibres spatio-fonctionnels très importants, illustrés tant par la défaillance des services urbains que par les inégalités spatiales flagrantes entre l’est et l’ouest.

À cet égard, quatre grands équipements administratifs (Aïn Chock, Ben Msik, Aïn Sebaa et Mohammedia) ont été créés. Ces derniers ont réussi non seulement à remodeler l’organisation administrative de Casablanca, mais aussi à créer une dynamique urbaine autour d’eux.

Quant au sud et à l’est de Casablanca, on observe la création de petits lotissements réglementaires d’habitat économique, mais surtout le gonflement des agglomérations d’habitat non réglementaire juste au-delà du périmètre urbain comme les agglomérations de Lahraouiyine.

En outre, d´autres équipements structurants ont caractérisée cette période, tels que le Technopark au sud-ouest de Casablanca, le centre de conférences et d’expositions de Casablanca, le parc des affaires de Sidi Maarouf à proximité du Technopark, constituant aujourd’hui un espace incontournable au niveau des affaires à Casablanca.

Les centres périurbains qui gravitaient autour de Casablanca, et qui n’ont subi qu’une extension spatiale très limitée au début de cette période, ont connu dans les années 1990 une expansion remarquable sous forme d’habitat et d’industries et surtout par l’aménagement de grands lotissements étatiques d’habitat à Tit Mellil, Aïn Harrouda et Dar Bouazza. Les alentours immédiats de ces petits centres n’ont pas été épargnés de quelques constructions non réglementaires. Et les unités industrielles qui devaient s’étaler à l’est de Casablanca se sont plutôt installées le long des artères principales vers le sud et l’ouest de la ville.

L’habitat non réglementaire a trouvé dans l’espace péri-urbain les conditions économiques et sociales propices à sa diffusion. Cet espace péri-urbain a abrité également de nombreuses constructions non réglementaires d’activité industrielle, surtout dans les territoires des communes rurales non ouverts à l’urbanisation telles que Sidi Hajjaj-Oued Hassar, Chellalat, Bouskoura et Dar Bouazza.

1995 a marqué également le lancement du programme national pour les 200 000 logements qui a abouti à la production d’un habitat social plus dense et moins consommateur de foncier que par le passé.

1.4. À partir de 2004

Cette période est marquée par des programmes d’habitat social dense aux marges immédiates de la ville, que ce soit au sud, à l’est ou à l’ouest de Casablanca.

Dans l’espace périurbain, ces programmes se sont développés de manière très ordonnée le long des routes de Médiouna, Tit Mellil et Dar Bouazza. L’espace rural a été le théâtre d’une urbanisation dispersée et dans la majorité des cas en contradiction totale avec les plans d’aménagement. Le gonflement des agglomérations non réglementaires existantes et l’apparition de nouvelles se traduit par la création d’une ceinture d’habitats non réglementaires encerclant Casablanca dans tous les sens.

Au-delà des dernières disponibilités foncières dans la ville de Casablanca, l’enjeu primordial du développement urbain futur se fera en périphérie. En effet, aux alentours de Casablanca, les villes nouvelles d’Errahma et de Zénata – qui sont en cours de construction – supporteront avec les centres existants qui gravitent autour de Casablanca (Aïn Harrouda, Tit Mellil, Médiouna, Nouaceur et Bouskoura) l’urbanisation future de Casablanca.


2. Les quartiers périphériques dans l’urbanisation
du Grand Casablanca : des marges qui s’étalent
de plus en plus vers le sud et l’ouest

Le Grand Casablanca a gagné un demi-million d’habitants lors de la dernière décennie, soit un taux de croissance de 1,5 % par an, correspondant approximativement à la croissance naturelle de sa propre population. Le solde migratoire est quasi nul ; les entrées et les sorties sont égales. La faiblesse de la croissance d’ensemble masque une recomposition très rapide ; l’industrie marque des déplacements considérables depuis les quartiers centraux traditionnels vers les périphéries, de même que les migrations intérieures (vers les communes rurales) concernent des centaines de milliers de personnes.

Il en résulte une structure spatiale où se distinguent deux espaces, la zone urbaine dense et agglomérée qui compte deux millions huit cent mille habitants sur 150 km2, soit une densité de 19 000 habitants au km2. En dix ans, Casablanca dense est passée de 17 900 à 19 300 habitants au km2. Mais dans le même temps le processus de dédensification s’est engagé dans la zone hyperdense ; 350 000 personnes ont quitté cet espace pour se diriger, soit vers les autres communes de l’agglomération, à hauteur de 40 %, soit vers les périphéries et en particulier en zone rurale à hauteur de 60 % (plus de 200 000 personnes). La couronne externe de périurbanisation a gagné 300 000 habitants, passant de 500 à 800 000, soit un taux de près de 5 % par an. Cette croissance est très composite et surtout illégale. Que ce soit au niveau scolaire, sanitaire ou des équipements socio-culturels, on observe à peu de chose près les mêmes tendances ; l’essentiel des retards concerne la couronne externe du Grand Casablanca.

2.1. Quartiers périphériques et habitat insalubre

Comme toutes les métropoles, Casablanca a à relever le défi de la réponse aux besoins en logement et équipement des quartiers d’habitat insalubre. Le nombre de ménage concerné par atteint pour les seuls bidonvillois plus de 82 000 en 2005 à ajouter aux 58 000 ménages de l’habitat non réglementaire. Globalement, les communes périphériques de l’est de Casablanca, Sidi Moumen, Aïn Harrouda, Echellalate, Ahl Loughl, sont marquées par l’implantation de gros bidonvilles de plus de 500 ménages qui totalisaient en 1994 déjà 56 800 ménages alors que l’habitat non réglementaire s’est davantage développé à partir de la seconde moitié des années 1990 dans la périphérie sud-ouest de la métropole dans les communes de Lahraouiyine, Médiouna, Dar Bouazza et Bouskoura.

L’étude sommaire de la croissance démographique dans le grand Casablanca montre :
– Un taux de croissance annuel moyen (TAAM) qui se stabilise à 0,8% dans Casa-centre avec des taux négatifs dans les arrondissements les plus centraux et les plus forts taux enregistrés dans les arrondissements périphériques de la première couronne : Sidi Moumen, Hay Hassani, Ain Chock et Moulay Rachid.
– Une très forte croissance dans les provinces de Nouaceur et Médiouna (respectivement 10,1 % et 7 % de TAAM entre 94 et 2004), avec des taux exceptionnels dans les CR de Bouskoura (15 %), Dar Bouazza (10 %) et Lahraouiyine (12,6 %).

Ce sont ces communes rurales qui ont reçu le « trop plein » de population de Casablanca.

2.2. Des communes périphériques pauvres en équipements

Que ce soit au niveau scolaire, sanitaire ou des équipements socio-culturels, on observe à peu de chose près les mêmes tendances ; l’essentiel des retards concerne la couronne externe du Grand Casablanca (cartes d’accès à l’eau et assainissement).

Tableau 1. Conditions d’accès à des services domiciliaires
dans le Grand Casablanca.

  Maroc urbain Maroc rural Casablanca urbain Casablanca rural
   Électricité 89,9 % 43,2 % 94,1 % 67,3 %
   Eau potable 83,0 % 18,1 % 83,2 % 6,4 %
   Réseau public
assainissement
79,0 % 1,7 % 85,3 % 0,4 %
   Fosse sceptique 11,0 % 36,4 % 7,6 % 79,6 %

Le sous-équipement touche aussi bien l’alimentation en eau potable (AEP) (2 à 9% des ménages branchés contre un minimum de 68% dans les Arrondissements urbains [AU] de Casablanca), l’électrification (avec un taux de branchement de 43% à 83% contre minimum 92% dans les AU de Casablanca) et l’assainissement (0,4 % des ménages branchés contre 85,3% dans les AU) que la scolarisation et la surcharge des classes dans le primaire (68 à 80 élèves par classe contre 59 à 23 dans les AU) ou le passage au collège (5 à 15 élèves au secondaire pour 100 au primaire, minimum 68 dans les arrondissements urbains).

C’est aussi là que les taux d’analphabétisme des femmes est le plus élevé ; 50 à 53 % (contre un maximum de 36 % dans les AU).

Le pourcentage des femmes dans la population active atteint à peine 22 % contre au moins 27 % dans les AU.

2.3. Des circonscriptions administratives récentes
sans moyens financiers et/ou humains

Ces communes concernent administrativement des Collectivités locales rurales et urbaines inscrites dans de nouvelles provinces (Médiouna et Nouaceur) ayant à leur tête des gouverneurs. Le niveau provincial est surtout marqué par les structures déconcentrées de l’État (forte présence des différents départements sectoriels et essai de coordination à travers le gouverneur) et par un organe élu (conseil provincial) ayant peu de légitimité (élection indirecte, exécution des décisions du conseil par le gouverneur qui reste l’ordonnateur). Ces provinces font partie du grand Casablanca et bien entendu la wilaya du grand Casablanca les coiffe. Le grand Casablanca a bien un wali qui assure la coordination, mais chaque gouverneur garde la main dans son périmètre de commandement.

Au niveau décentralisé, le Grand Casablanca bénéficie aussi d’une collectivité territoriale, la région du Grand Casablanca. Mais, sans stratégie [4], ni force de frappe, elle reste soumise au bon vouloir du wali qui en reste l’ordonnateur. En fait, cette structure renforce le pouvoir du wali qui peut utiliser ses moyens financiers comme d’un levier au niveau du grand Casablanca.

Ainsi, les communes urbaines et rurales périphériques de Casablanca, en tant qu’organe élus (ayant des compétences propres en matière d’équipement et de développement, la légitimité des urnes et un budget à exécuter) sont le plus souvent sollicitées par le conseil de la ville de Casablanca ou par le wali pour signer des conventions permettant leur intégration dans les réseaux techniques. Ainsi, la LYDEC (opérateur privé) et le réseau d’eau, d’assainissement et d’électricité les concernent au sein du grand Casablanca, de même que les services de collectes des déchets ou la grande décharge. Ces communes périphériques ont pris une grande part dans la réponse à une demande de logement des populations anciennement résidentes dans les arrondissements de Casablanca. De même que s’y est redéployée une grande part du bâti non résidentiel (48 %).

Face à ces nombreuses sollicitations, des questions de compétences juridiques peuvent être relevées. C’est le conseil de la ville de Casablanca qui négocie avec les opérateurs privés les contrats. Lors de la mise en œuvre, nous constatons le peu de cas fait pour les organes de suivi et de contrôle (impliquant les communes périphériques) qui permettraient à ces communes d’intervenir dans la programmation des équipements et services les concernant.

Les communes périphériques sont dans un rapport d’infériorité avec le conseil de la ville, de même que leurs capacités financières et de gestion sont loin de répondre aux nouveaux besoins. Le défi de la gouvernance des zones périphériques reste entier.


3. Des recompositions territoriales récentes
3.1. Des déplacements vers la couronne externe de la ville

Les cartes suivantes illustrent clairement cette tendance de recompositions territoriales entre les quartiers centraux et les périphéries urbaines.

 Carte 1

La carte ci-dessus montre la localisation des bidonvilles concernés par le relogement, selon le programme de relogement du ministère de l’Habitat vers la fin des années 1980, et leurs lieux de déplacement. Nous remarquons des opérations qui occupent la deuxième couronne mais restent cantonnées dans l’actuel périmètre urbain avec Nassim (sud-ouest) et Tacharouk (sud-est).

Carte 2 

Pour la période allant de 2005 à 2012, nous remarquons que le peu d’opérations de relogement qui concernent les bidonvillois de Casablanca ont été localisées dans la troisième couronne de la ville, au-delà de la rocade. Ainsi, trois grandes zones ont été aménagées dans la troisième couronne de la ville, l’opération Lahraouiyine, celle d’Errahma et celle d’Essalam.

 Carte 3

La dernière période, s’étalant de 2012 à 2014, montre une profusion d’opérations (correspondant à un projet de relogement initié en haut lieu après les manifestations du 20 février 2011) allant bien au-delà delà rocade sud et touchant majoritairement les communes rurales périphériques. La plupart de ces programmes de relogement sont en cours.

3.2. La ZUN Lahraouiyine : une nouvelle marge ?

La ZUN de Lahraouiyine s’inscrit dans le cadre des grands projets de mise à niveau de la métropole casablancaise, entamés en 2008 suite à des directives royales. En effet, trois grands projets concernant les zones de Lahraouiyine, Sidi Moumen et des Carrières Centrales ont été lancés dans ce sens. Les conditions et les modalités de réalisation de ces projets sont définies dans le cadre d’une convention engageant les acteurs du développement urbain, que sont la wilaya de la Région du Grand Casablanca, le Conseil de la commune urbaine de Casablanca, l’Agence urbaine de Casablanca (AUC), désignée comme maître d’ouvrage, et le Fonds Hassan II, à travers l’octroi d’une contribution financière.

Le lancement de ces projets s’est confirmé avec les orientations royales préconisant la réalisation d’une « ville dite intégrée » sur une parcelle de 100 ha dans le territoire de ce qu’allait devenir la nouvelle commune urbaine de Lahraouiyine en 2009. Cette opération s’inscrit dans le projet de relogement des ménages issus des bidonvilles des Carrières Centrales de Hay Mohammadi, le plus ancien bidonville de Casablanca.

Le projet était prévu pour accueillir 6 000 ménages sur 3 000 parcelles de 80 m² construites en auto-construction sur trois étages par les bénéficiaires.

 Carte 4

L’étude des mobilisations des populations de cette périphérie urbaine (Lahraouiyine) encore marquée par l’habitat non réglementaire a déjà fait l’objet de travaux antérieurs (Wafae Belarbi). Le développement actuel de la ZUN a modifié aussi bien les structures administratives de gestion (nouvelle commune de statut urbain), que la composante démographique de ce territoire (anciennes populations bidonvilloises de Casablanca). L’étude des pratiques et représentations de cette nouvelle population (au passé urbain et militant confirmé) et leurs relations à la ville de Casablanca peut nous donner à voir une situation particulière marquée par « des populations urbaines ayant des pratiques et un fond politique qui intègrent un territoire qualifié de marge urbaine à la ville».


[1] Les trames sanitaires améliorées sont des reproductions de la trame d’Écochard, avec une superficie inférieure, soit 48 m² au lieu de 64 m².
[2] À partir de 1983, le ministère de l’Habitat a réalisé presque 9 000 logements pour la résorption du bidonville de Ben Msik.
[3] Rapport Résorption de l’Habitat insalubre. Bilan quantitatif, mars 2000. Ministère de l’Aménagement du territoire, de l’Environnement, de l’Urbanisme et de l’Habitat.
[4] Voir article A. Iraki et M. Tamim, « La région, bilan économique » in Echogéo.