Fès

Occupant une position sur le plateau de Saïs à la croisée des chemins au nord du Maroc, Fès représente, par son passé urbain et ses dynamiques contemporaines, un modèle de référence dans la géographie des « Marges » et de la « marginalisation ». De l’ancienne capitale politique et économique du royaume, Fès était reléguée durant le XXe siècle à un simple foyer régional. Aujourd’hui, par ailleurs, cette cité cherche à se positionner parmi les villes mondiales du troisième millénaire.


1. Un modèle du « cosmopolitisme historique »

Fès est l’une des cités-carrefours des anciennes routes caravanières ayant relié, durant le moyen âge, trois ensembles géographiques : l’Afrique subsaharienne, l’Orient arabo-musulman et le nord de la Méditerranée. Une lecture de la carte toponymique de Fès vers le XXe siècle montre clairement que l’histoire du peuplement de cette ville est celle de migrations plurielles. Originellement, la population de Fès était berbère. Mais, au fil du temps, cette population s’est composée également de familles d’origine arabe venues de l’Andalousie, de Kairouan, de Tlemcene et d’autres pays musulmans. Selon la légende, le christianisme se répandait dans la région à partir du IIIe siècle. Des Hébreux seraient venus à  Fès dès le Xe siècle. À partir du XVIe siècle, ce peublement fut enrichi par l’arrivée de populations originaires des pays africains subsahariens. Par ce peuplement, Fès devient un centre culturel tant pour l’Islam que pour le judaïsme et le christianisme. Durant des siècles de vie citadine, le brassage fréquent entre ces différents éléments ont façonné, aux yeux de plusieurs écrivains, non seulement les caractéristiques de la citadinité fassie, mais aussi l’image d’une ville à dimension cosmopolite.


2. Historiquement un système spatial,
social et linguistique dualiste

Cette histoire urbaine de Fès traduit en même temps l’aspect « fragmenté » de la ville. La dualité berbère/arabe a constitué l’ossature de son système urbain qui à l’origine fut fractionnée entre deux « villes » : « Madinat Fâs », le noyau primitif (aujourd’hui « Rive Andalouse » sur la rive droite de l’oued Boukhrareb), construite dans un premier temps à la mode berbère, puis andalouse, et « Fâs el-’Aliya » (« Fès la haute » sur la rive gauche de l’oued -topologiquement plus haute que madinat Fâs) fondée et occupée principalement par des arabes venus de Kairouan. Cette division spatiale sous-tendait aussi une division sociale à base ethnique qui n’a pas cessé de constituer l’ossature du système social imaginé de la ville. « Un seul fait est certain, écrit Le Tourneau, c’est que la ville el-‘Aliya, a mordu sur la rive droite de l’oued, affirmant ainsi sa prééminence » (Le Tourneau, 1949, 41). Le mot el-‘Aliya n’était pas une simple désignation topologique, mais aussi une désignation métaphorique fortement connotée.

Au XIIIe siècle, cette division socio-spatiale entre les deux villes de Fès fut renforcée avec la construction, par les Mérinides, d’une Cité-Makhzen abritant le Mellah des juifs, Fâs Jdid (Fès-la nouvelle), ainsi dénommée par opposition à Fâs el-Bali (Fès-le vieux, qui désormais regroupe Fâs el-’Aliya et Madinat Fâs). La discontinuité sociale et spatiale entre ces deux villes est bien marquée.


3. Un processus de marginalisation

Avec la pénétration coloniale, en 1912, on assiste à des mutations profondes, dont les principales manifestations en furent le déplacement du centre de gravité économique et politique du Maroc de Fès vers les villes littorales, Casablanca et Rabat en particulier. Ce choix s’inscrit dans une politique de reconfiguration de l’armature urbaine du pays instaurée par Lyautey qui dès son installation considère que « Fès est une erreur géographique comme capitale ». En parallèle, Lyautey créa ex-nihilo une ville nouvelle (Jelidi, 2012) située à l’écart de la cité prècoloniale pour servir à l’accueil des colons et des services nés du Protectorat. Puis, il a procédé à la substitution aux anciennes institutions de gestion urbaine (Les Habous, en particulier) d’autres nouvelles.

À la division traditionnelle de Fès se surajoute une division nouvelle entre médina et villeneuve (Berque). La dévastation de Fès Jdid a amorcé le processus de départ des juifs. Fès va perdre ainsi plusieurs aspects de sa centralité et son rayonnement. En conséquence, la cité précoloniale va subir une dévaluation symbolique de son signifié et de son usage. Jadis Cité par excellence, elle ne désigne plus, dans le nouveau dispositif urbain, qu’un simple secteur de la ville, objet d’un processus de dégradation et de paupérisation. Aspirant à un nouveau mode de vie, les Fassis aisés quittent Fès pour les villes côtières. Les vides laissés par ces départs sont aussitôt remplis par des migrants ruraux, pauvres dans leur majorité. La colonisation a également affaibli le lien entre la ville et ses réseaux. L’implantation de l’industrie a créé l´ouvrier industriel, dont les traits culturels diffèrent de ceux de l’artisan, désormais marginalisé. Ce processus a donné lieu à l’apparition des bidonvilles.

Sur le plan économique, Fès a progressivement été marginalisée au profit des grands centres urbains du littoral. En terme de grandeurs industrielles, son positionnement a enregistré un recul, en passant de la troisième position durant les années 1980 à la septième aujourd’hui.


4. Une croissance démographique
conjuguée à un processus de paupérisation

La marginalisation économique et politique de Fès n’a pas empêché cependant une croissance démographique ascendante de la ville. Aujourd’hui, Fès occupe la troisième position après Casablanca et Rabat-Salé en matière de pression démographique.

Cette croissance démographique est due en grande partie à l’exode des populations rurales à majorité pauvre. La part de l’immigration d’origine urbaine est très modeste. Tandis que l’émigration touche surtout des populations aisées et d’origine citadine. Ce mouvement migratoire qui affecte doublement Fès donne lieu à une déformation de la pyramide sociale de la ville, sous l’effet du déclin des couches moyennes et aisées et de l’élargissement des couches inférieures.


5. Un étalement urbain remarquable
conjugué à une Obsession du foncier

Résultante d’une pression démographique plus que d’une dynamique socio-économique interne, la croissance de Fès s’est accompagnée d’un étalement urbain remarquable. L’évolution de l’aire urbanisée de Fès est passée de 3.878 ha en 1960 à environ 13 000 ha aujourd’hui, après l’ouverture récente à l’urbanisation des terres de la réforme agraire et la décision d’étendre le périmètre d’aménagement sur certains secteurs périurbains. Par ailleurs, durant les années de forte croissance démographique de la ville (1970-1990) le rythme de l’offre foncière était faible. La complexité du régime foncier avait bloqué la mobilisation des réserves foncières de la ville. Cette Obsession du foncier (Ameur, 1993) a constitué l’un des facteurs majeurs de la faible réalisation des prévisions des documents d’urbanisme élaborés depuis les années 1980, notamment en matière de requalification urbaine, d’équipements de base et des structures d’accueil de l’investissement. Elle a contribué au processus de prolifération des secteurs d’habitat insalubre et de l’urbanisme dérogatoire. La ville est ainsi éclatée en plusieurs sous entités urbaines avec un débordement sur les périphéries.


6. Une ville « plurielle »  

Les mécanismes qui ont engendré, depuis la fin des années 1950, la croissance rapide de la population de Fès (crise des campagnes avoisinantes et attractivité de la ville en crise) ont généré -à l’instar des grandes agglomérations du pays- plusieurs configurations d’urbanisation dont la combinaison a donné lieu à la formation d’une ville plurielle, composée de fragments hétérogènes aussi bien en termes de type d’habitat, du contenu social et d’équipements, qu’en termes d’urbanités et de sens (Ameur, 1993 ; Fejjal, 1994 ; Idrissi Janati, 2001). Cette hétérogénéité recouvre une division sociale de l’espace  ayant bouleversé le modèle de ville précédant la conquête coloniale, où les distances spatiales ne se traduisaient pas nécessairement par des distances sociales. En parallèle, depuis les années 2000, le centre « moderne » de la ville (ex-ville « coloniale ») est l’objet d’un processus de reconfiguration ayant substitué les ex-villas coloniales par des immeubles. En somme, Fès se présente aujourd’hui comme une mosaïque d’entités urbaines à forme et fonctionnalité hétéroclites. Les discontinuités spatiales ne cessent de s’y affirmer – au regard des territorialités et du système de représentations sociales des habitants (Idrissi Janati, 2001) – et les temporalités sociales ne cessent se recomposer en permanence, notamment avec les mobilités résidentielles.


7. Un processus de « périphérisation »

La médina étant surdensifiée, ce sont les périphéries de la ville qui jouent, désormais, le rôle de captation des nouveaux venus. Depuis, ces périphéries constituent les fronts d’urbanisation les plus dynamiques, donnant lieu à des territoires hybrides où se juxtaposent un « urbanisme de fait » et des aménagements planifiés (tant publics que privés), comportant des espaces résidentiels de haut et moyen standing et des équipements urbains (Cattedra, Catusse, Idrissi Janati, 2005). Dans ce phénomène d’extension, la part dominante revient aux quartiers d’habitat sous intégré (Naciri, 1980) qui présentent des conditions d’insalubrité et un déficit important en matière d’équipement et de services de proximité. En 2010 ces quartiers abritent environ 60 % de la population totale de la ville, contre seulement 13,6 % en 1971 à 41,7 % en 1990 (Fejjal, 1994, 110). Par ces chiffres, Fès est en deuxième position après la ville de Salé. « Paupérisation » et « périphérisation » constituent, ainsi, les deux éléments majeurs des dynamiques de Fès depuis les années 1960.


8. Un laboratoire d’expériences
de gouvernement urbain

En termes de politique de gestion urbaine, Fès est l’une des villes où ont été expérimentées différentes formes de découpage du territoire politique et de contrôle de l’espace. Avant le protectorat, la gestion des affaires d’intérêt collectif relevait du ressort des habous, de certaines corporations et de la Jemaa (assemblée de notables de quartiers). En 1912, Lyautey créa à Fès la première organisation municipale au Maroc : Majlis Al Baladi (Conseil de ville) musulman, dont le territoire correspondait aux limites de Fès el Bali. Placé sous la présidence du Pacha de Fès, ce Conseil comprend sept membres de droit, représentant en même temps le personnel municipal et huit membres élus parmi les notables de quartiers. C’était là une originalité de Fès par rapport aux autres instances municipales du Maroc où tous les membres étaient désignés par l’administration du protectorat. En 1917, un arrêté viziriel dota la « ville » des juifs (le Mellah à Fès Jdid) d’une cellule municipale israélite élue. En 1919, la ville européenne fut dotée d’une cellule municipale française désignée par l’administration. Malgré la refonte municipale de 1949, suite à laquelle les villes marocaines ont été gérées par un seul Conseil municipal « mixte », Fès avait gardé un statut particulier avec trois cellules municipales distinctes.

Au lendemain de l’Indépendance du Maroc (1956), Fès – et à l’instar des autres villes marocaines – était doté d’un seul Conseil municipal, dont le territoire correspondait aux limites du périmètre urbain de la ville, et ce selon le dispositif du découpage territorial de 1959 ayant substitué au découpage colonial. Cette réalité communale s’est entretenue lors des élections communales de 1963, 1976 et 1982.

Par ailleurs, au lendemain des émeutes de 1990, le territoire politique de Fès s’est vu découpé en cinq communes chapotées par une Communauté urbaine et encadrées administrativement par trois Préfectures (avec une wilaya de région). Par ce nouveau découpage, le nombre des élus locaux s’est multiplié par trois, puisqu’on est passé de 51 circonscriptions électorales locales à 155.

En 2002, par contre, et en vertu des prescriptions de la  nouvelle charte communale relatives à la concrétisation du principe de l’unité de la ville, Fès est devenue une seule province (avec toujours une wilaya de région), doté d’un seul Conseil de ville qui regroupe 81 élus issus de six arrondissements communaux regroupant 199 conseillers. À cette structure s’ajoute la municipalité de Méchouar (siège du Palais royal) qui constitue une commune à part compte tenu de son statut particulier. Selon ce nouveau découpage communal, deux arrondissements communaux ont été créés de toutes pièces après la subdivision de deux communes. Il s’agit de l’arrondissement Jnane Al-Ward, regroupant les quartiers périphériques extra-muros à l’Est de la médina (dont Sahrij Gnaoua) et qui relevaient depuis 1992 du territoire de l’ex-commune Fès-médina, et l’arrondissement El Mariniyine, regroupant les quartiers de la périphérie nord qui relevaient de l’ex-commune Zouagha-Moulay Yacoub. Chacune des quartes grandes périphéries de Fès est ainsi gérée par un arrondissement communal. Ce nouveau découpage a été accompagné par une extension du périmètre urbain de Fès ayant annexé une partie du ressort territorial de certaines communes rurales avoisinantes de la ville.

Ces arrondissements communaux sont, par ailleurs, de dimensions différentes, aussi bien en termes de superficie qu’en termes de densité de la population. Les disparités en termes d’équipements et de potentialités économiques est également flagrant entre ces arrondissements.

Sur le plan administratif, le décret du 10 septembre 2003 a introduit à Fès une nouvelle organisation administrative qui semble s’adapter au principe de l’unicité de la ville à l’échelle communale. Ainsi, les trois préfectures existantes, depuis 1992, ont été unifiées pour donner lieu à une seule préfecture : Fès-Dar-Dbibegh, dont le périmètre regroupe celui de la Commune de Fès et de trois communes rurales en périurbain et dont le siège est placé dans celui de la wilaya, puisque le wali de la région Fès-Boulemane est en même temps le gouverneur de la préfecture Fès-Dar-Dbibegh. Toutefois, cette unification du territoire politique de la ville sous une seule préfecture et une collectivité communale unique est accompagnée par la multiplication des petits échelons déconcentrés ayant un grand rôle de contrôle : les « annexes administratifs » (ex-« arrondissements administratifs ») administrés par des agents d’autorité locale (Caïds). Aujourd’hui, le découpage politique de la ville de Fès est comme suit.


9. Une recomposition des figures politiques locales

Durant les trois premiers mandats électoraux (1960-1963, 1963-1976 et 1976-1982), le militantisme politique des fassis (artisans et commerçants dans leur majorité) était canalisé vers le premier parti marocain, l’Istiqlal (l’Indépendance) fondé à Fès dans les années 1940. Lors des élections 1982, le champ politique local a vu l’entrée en scène de l’Union Socialiste des Forces Populaires (l’USFP) et le phénomène classique d’« héritage politique » lié à l’Istiqlal ne s’est pas reproduit. Constituée pour la plupart d’enseignants, de professionnels libéraux et de lotisseurs, la nouvelle équipe municipale fut composée en grande majorité d’élus d’USFP. Les conditions d’habitat en médina et dans les quartiers périphériques illégaux ont constitué un enjeu électoral capital dans le processus d’émergence et d’affirmation de cette nouvelle élite politique.

En 1992, l’intégration des marges semi-urbaines dans le territoire de Fès -conjuguée d’une atomisation politique suite à la création de la part du pouvoir central de nouveaux partis qui lui sont inféodés- a permis de compenser la fluidité de l’électorat urbain avec la discipline de vote des masses rurales contrôlées par l’apparat administratif (Sehimi, 1991). Elle répondait, à Fès, à un souci sécuritaire d’une double portée : éviter la répétition des émeutes sanglantes de 1990 et en finir avec l’idée que l’ancienne capitale est acquise aux partis issus du mouvement national (l’Istiqlal et l’USFP). Corollaire d’un découpage électoral microscopique, la carte politique de Fès des années 1990 fut polychrome. Dans ce contexte, les figures traditionnelles de l’Istiqlal et de l’USFP perdent leur poids.

Avec l’augmentation du chômage – conjuguée à une fluctuation des valeurs traditionnelles –, on assiste à l’émergence d’une représentation qui réduit la politique à une « affaire ». C’est la logique qui a sous-tendu le désir de plusieurs jeunes en chômage ayant réussi à investir le pouvoir communal de Fès sous des nouvelles couleurs politiques. Ce processus a permis l’émergence de la figure de oueld l-hawma (fils du quartier) qui fut largement votée lors des élections de 1992 et 1997. Ces nouveaux élus, diversement que les élus traditionnels, avaient construit leur légitimité politique plutôt sur une référence territoriale, c’est-à-dire sur l’idée d’asseoir leur action sociale en l’inscrivant dans le présent contemporain du quartier, et non sur une appartenance lignagère à la ville. Ainsi l’échelle territoriale locale traditionnelle – le quartier – semblait avoir retrouvé une dimension politique, mais sous un autre registre. Ce dépassement du modèle traditionnel de la représentation politique n’était pas, par ailleurs, sans comporter de nombreux changements dans les modalités d’exercice du pouvoir politique local (Idrissi Janati, Cattedra, 2002).

Adopté à partir d’une division antérieure -celle de 1992, le découpage communal de 2002 a été établi dans un contexte politique national et local caractérisé particulièrement par la montée en puissance sur la scène locale des islamistes, représentés par le Parti Justice et Développement (PJD), dont la référence à la « proximité » constitue un élément central de son répertoire de représentation politique (Catusse, Cattadra, Idrissi Janati, 2005). En effet, le paysage politique de Fès a été marqué par l’émergence de ce Parti, lequel s’est appuyé sur un réseau associatif éparpillé, bénéficiant ainsi d’un grand potentiel électoral dans la médina et les quartiers populaires, dont Sahrij Gnaoua.


10. Patrimonialisation et cosmopolitisme

En 1981, l’UNESCO inscrit la médina de Fès sur la liste du « Patrimoine mondial de l’Humanité ». On peut lire par cette patrimonialisation à la fois une sorte de reconnaissance et de retour dans un processus de « cosmopolitisation » de la ville. Mais l’écart est resté grand entre discours et actions mises en œuvre par les pouvoirs publics. La patrimonialisation n’a pas eu d’effets décisifs ni sur les registres culturels et identitaires, ni encore sur la centralité urbaine et les pratiques territoriales. Délaissée par ses élites et marginalisée par les pouvoirs politiques, la Cité d’hier de Fès continue de souffrir d’un fort processus de dégradation et de « désenchantement ».

Il a fallu attendre la fin des années 1990 pour qu’un Projet de réhabilitation de la médina de Fès voit le jour avec, cette fois-ci, le concours de la Banque mondiale. Ce projet va mobiliser le registre de l’Unesco mais en associant le « Patrimoine » au « Tourisme ». Le projet a ainsi préconisé l’ouverture de la médina à l’investissement privé, national et international. Dans un contexte d’internationalisation des économies, Fès va se trouver confrontée à un jeu de compétition économique. Elle tente de se donner un rôle qui dépasse son rang régional, pour se positionner parmi les villes-monde du 3e millénaire, à travers la restructuration de son tissu économique par le lancement de nouveaux projets tournés essentiellement vers le tourisme et les nouvelles technologies.

Ayant coïncidé avec les accords du partenariat Euromed institués en 1995, cette mondialisation de Fès par l’économique est renforcée par la mise en place de l’Université euro-méditerranéenne (privée) de Fès (l’UEMF) et l’organisation d’activités culturelles qui se veulent universelles, à l’image du festival des musiques sacrées du monde ou le Congrès international sur « L’Union pour la Méditerranée ». Va être ainsi véhiculée – notamment par le monde scientifique et politique – l’idée de « Fès, ville méditerranéenne ». Cette nouvelle image médiatisée de Fès est l’une des raisons qui a poussé plusieurs occidentaux à choisir la Médina de Fès pour s’installer et s’investir (Berriane, Idrissi Janati, 2010). Porteur, théoriquement, d’une dimension « cosmopolite », ce phénomène migratoire a permis l´émergence de nouveaux entrepreneurs, de sociétés « mixtes » et des figures de la diaspora qui ne s’inscrivent pas dans une logique territoriale, mais plutôt celle de réseaux. On assiste ainsi à une reconfiguration du modèle de la ville cosmopolite à partir de nouveaux registres économiques et culturalo-politiques. Par ailleurs ce cosmopolitisme reflète la montée de la logique économique comme mode hégémonique de la régulation urbaine qui redessine les lignes de la fracture socio-spatiale de la ville.



11. Le terrain d’étude :

SAHRIJ GNAOUA

Situé au-delà du grand cimetière de Fès, en bordure Est de la médina, à environ 2 km de celle-ci et 8 km du centre-ville moderne, Sahrij Gnaoua (bassin des Gnaoua) est l’une des marges de Fès les plus emblématiques, de par la sensibilité de son site, son histoire urbaine et sa « géographie symbolique ». Cette marge occupe l’une des collines qui surmontent la Médina. De topographie accidentée, à forte pente, ces collines rocheuses ont été considérées par le Protectorat français comme une Zone de protection de l’environnement de la Médina. Elles délimitaient le périmètre du terrain soumis au règlement non aedificandi, circonscrit dans le 1er Plan d’aménagement de Fès réalisé en 1916. Les recommandations des Schémas directeurs de 1980 et 1991 se sont inscrites dans ce même choix. Par ailleurs l’évolution réelle de la ville s’est produite complètement à l’opposé de ces prévisions pour de multiples raisons, dont notamment celles inhérentes aux enjeux des spéculateurs fonciers.

À partir des années 1940, le site de Sahrij Gnaoua avait constitué un point de fixation de population rurale, donnant lieu au noyau d’un petit douar composé d’habitat précaire et semi-rural lié notamment aux activités agricoles qui se pratiquaient sur le secteur. À partir des années 1960, par ailleurs, Sahrij Gnaoua s’est vu substituer à la médina – alors surdensifiée – en matière d’offre de logement aux couches sociales défavorisées. Ainsi se sont développés, dans un premier temps, des poches de bidonvilles, puis – à partir des années 1970 – des lotissements de l’habitat en dur non réglementaire, suite à l’arrivée massive de nouveaux migrants d’origine rurale. Les propriétaires fonciers ont tiré profit de cette demande en logement en procédant à la parcellisation de leurs terrains.

D’une superficie atteignant 6 ha pour une population estimée à 3 000 habitants en 1960,  Sahrij  Gnaoua s’étend aujourd’hui sur une superficie d’environ 550 ha (soit presque le double de la superficie de la Médian), accueillant environ 79 000 habitants.

Le quartier a connu deux tentatives de restructuration et de démarginalisation ayant mobilisé plusieurs acteur : la première en 1985, la seconde en 1997. Par ailleurs, ces deux projets n’ont pas abouti à une réelle restructuration et intégration du quartier à la ville.

Aujourd’hui, Sahrij Gnaoua est un secteur très hétérogène, composé de plusieurs sous-unités. Le paysage est fortement altéré. Plusieurs types d’habitat s’y entremêlent mettant en évidence les divisions sociales de cette marge. Les constructions suivent la topographie du sol et se situent parfois sur des pentes très inquiétantes. Une partie non négligeable de l’habitat est menaçant ruine.

Le quartier est à la marge des flux du transport en commun. Il compte cinq voies d’accès, dont trois traversent le cimetière. Ce sont les accès les plus fréquentées étant données qu’ils lient la partie la plus densifiée du quartier (le noyau primitif) à son entrée principale à l’ouest (une porte inventée au niveau du mur qui enceinte le cimetière).

Sahrij Gnaoua enregistre les taux de pauvreté et de vulnérabilité les plus élevés à Fès comme il est marqué par une stigmatisation.

11.1. La perspective des politiques publiques

Le quartier a toujours son aspect « emblème », au sens où il est de nouveau objet d’expérimentation de la part des acteurs publics de nombreux projets de mise à niveau urbaine et de Développement Humain qui se superposent -à  l’instar de l’ensemble des marges de Fès et du Maroc urbain frappées par la précarité et l’exclusion. Parmi ces projets, nous citons comme exemple : L’Initiative Nationale de Développement Humain (INDH) dont l’objectif consiste à la lutte contre la pauvreté, la vulnérabilité, la précarité et l’exclusion sociale[1] en milieu urbain et rural ; le Programme de mise à niveau urbaine de la ville (2013-2015) qui vise, à l’échelle de Sahrij Gnaoua, l’amélioration de l’accessibilité et du cadre urbain du quartier ; le Programme Ville Sans Bidonvilles (VSB) dont l’objectif consiste à l’éradication les poches de bidonvilles existantes et le relogement de la population ; le Programme de lutte contre l’habitat menaçant ruine.

11.2. Problématique

Outre l’analyse du processus de marginalisation de Sahrij Gnaoua, sa configuration sociale et territoriale et les formes ancienne et nouvelles de ses rapports à la ville, la perspective de notre contribution à cette recherche s’articule autour des aspects suivants :

  1. D’une manière plus générale, nous considérons que Sahrij Gnaoua reflète la déclinaison locale parfaites des méthodes et des dispositifs mis en œuvre de plusieurs projets de développement local et de l’intégration à la ville. Ces projets se superposent et combinent plusieurs logiques et approches. D’où l’intérêt de s’interroger sur l’usage politique de ces projets. Il s’agit de décrire, en particulier, les regards, les registres et le degré d’implication et d’appropriation des différents acteurs impliqués dans ce processus, dont les élus.
  2. Le quartier a connu une prolifération d’associations et d’amicales de quartier, notamment après le lancement de l’INDH en 2005. Sous cet angle, il serait intéressant de voir les logiques de ces formes de mobilisations sociales et de médiation, leurs stratégies, les réponses qu’elles apportent aux situations de la marginalité du quartier et les dynamiques induites par leurs actions en matière de la reconfiguration urbaine du quartier et de ses élites locales.
  3. Enfin, le travail s’interrogera sur les dynamiques induites par ces projets  ainsi que sur l’usage social de ce processus qui portera sur les regards et l’appropriation de la population.

M’hammed Idrissi Janati

 Bibliographie

Ameur M., 1993, Fès où l’obsession du foncier, Fascicule de Recherches, n° 25, Tours, URBAMA.

Berque B., 1974, « Médinas, villeneuves et bidonvilles », Maghreb histoire et sociétés, p. 118-161.

Catusse M., Cattedra R., Idrissi Janati M., « Municipaliser les villes ? Le gouvernement des villes marocaines à l’épreuve  du politique et du territoire », p. 313-361, in Le Miras C. (dir.), Intégration à la ville et services urbains au Maroc, Paris/Rabat, IRD/INAU.

Fejjal A., 1993, Fès : héritage et dynamiques urbaines actuelles, Thèse de Doctorat, Université de Tours.

Idrissi Janati M., 2001, Les jeunes des quartiers populaires à Fès : représentations sociales et territorialités urbains. Thèse de Doctorat, Université de Tours.

Jelidi C., 2012, Fès, la fabrication d’une ville nouvelle. 1912-1956, Paris, ENS Éditions.

Le Tourneau, 1949, Fès avant le protectorat, Casablanca, Société marocaine de librairie et d’édition.

Royaume du Maroc, CERED, 1991, Famille à Fès. Changement ou continuité ?

Sehimi M., 1991, « Les élus locaux, entre “tribalisme” et makhzen », p. 127-135, in Sedjari A. (dir.), État, espace et pouvoir local, Rabat, Guessous.