Grenade

1.  La place de la ville dans l’armature régionale
et nationale, son étendue, son poids démographique,
sa densité spatiale, etc.

La ville de Grenade est située dans la Communauté autonome d’Andalousie, au sud de l’Espagne. L’Andalousie est composée de huit provinces. Grenade est la capitale de la province du même nom (Grenade). Elle occupe la quatrième position dans la Communauté autonome andalouse quant au nombre d’habitants, et la dix-huitième position dans l’ensemble de l’état espagnol. À l’heure actuelle, Grenade compte 239 017 habitants, répartis sur une surface de 88 km2.

Traditionnellement, l’Andalousie est divisée en deux parties : l’Andalousie occidentale (Baja Andalucía) et l’Andalousie orientale (Alta Andalucía). Cette division a été projetée surtout à partir des années 1970 dans les descriptions de la région avec, d’une part, « l’Andalousie riche du Guadalquivir » et, d’autre part, « l’Andalousie pauvre et montagneuse, orientale ». La ville de Grenade a commencé à jouer un rôle central dans l’Andalousie orientale (provinces de Grenade et Almería) à partir de la création du royaume de Grenade au XIIIe siècle.

1.1. Évolution de la ville de Grenade

Jusqu’au XIXe siècle, la structure urbaine de Grenade connait peu de changements. Le début du XXe siècle marque une nouvelle étape avec le dépassement des limites urbaines historiques grâce à l’influence, tardive en Espagne, de la révolution industrielle.

La construction des premiers quartiers périphériques, avec de mauvaises conditions d’habitation, a commencé dans les années 1940, après la guerre civile espagnole. Ces quartiers ont été projetés par l’Institut du logement, qui a adopté le modèle de maison rurale indépendante, mais de petite taille et avec d’importantes déficiences dans la construction.

Un autre changement significatif a lieu au milieu du XXe siècle avec l’arrivée d’importants flux migratoires originaires du milieu rural. Le volume de la population double entre 1950 à 1981 ; la population passe de 154 378 habitants à 262 182. La surface urbanisée est elle aussi multipliée par deux. À partir des années 1960, la demande de nouveaux logements est forte. C’est alors l’initiative privée qui se développe pour loger un très grand nombre de personnes. C’est la période de la création de grands blocs de logements dans les districts périphériques (Chana, Zaidín et Norte), lesquels sont de mauvaise qualité et sont mal connectés avec le centre-ville.

Les années 1980 se caractérisent pour une nouvelle vague d’interventions publiques. Des infrastructures urbaines sont créées à partir d’un nouveau projet de ville dessiné après l’arrivée de la démocratie en 1978. Parmi leurs objectifs : rééquiper les quartiers périphériques et poursuivre un urbanisme plus social.

Toutefois, dans les années 1990, dans le but de relancer l’économie, une série de reformulations législatives sont faites afin de rendre flexible le marché immobilier et de favoriser l’initiative privée. Comme dans la majeure partie du territoire espagnol, cette vague de flexibilisation s’est traduite à Grenade par une occupation démesurée de terrains proches à la ville.

1.2. Activité économique

Bosque Maurel et Ferrer Rodríguez (1999) définissent la capitale grenadine comme le « plus grand marché de l’Andalousie orientale ». En effet, le secteur tertiaire constitue le principal moteur de l’économie de Grenade. Selon le recensement de 2001, 83 % de la population active travaillent dans ce secteur d’activité (soit six points de plus que lors du recensement précédent en 1991). La consultation des inscriptions à la sécurité sociale permet la confirmation de cette distribution, depuis plusieurs années. Ainsi, en décembre 2007, la plus grande partie des inscrits à la sécurité sociale travaillent dans les services (85,1 %). Le reste des inscrits sont répartis de la manière suivante : 7,31 % dans la construction, 4 % dans l’industrie et 3,6 % dans l’agriculture (ministère du Travail et de l’Immigration, Trésorerie générale de la Sécurité sociale). Les trois principales activités sont : le commerce, le tourisme et les activités liées à l’Université.


2. Différentes échelles spatiales de l’agglomération, flux migratoires, organisation spatiale

2.1. Échelles spatiales

La ville de Grenade est administrée par la mairie de Grenade. Elle est composée de 8 districts, coordonnés par les Juntas de Distrito, qui à leur tour sont subdivisés en 36 quartiers. Les Juntas de Distrito sont des organes politico-administratifs de gestion dépendant du Conseil municipal, créés avec l’objectif de faciliter la participation citoyenne à la vie locale et de rapprocher l’administration des habitants pour tenter d’améliorer l’efficacité des services publics. À un niveau plus concret, ils organisent diverses commissions de travail, sortes d’organes complémentaires et consultatifs.

Figure 1. Les huit districts de Grenade.

Distritos_de_Granada

• Albaicín
Il s’agit du district le plus étendu, mais aussi le moins peuplé. Il est situé dans le secteur oriental de la ville et est composé de 5 quartiers : Albaicín, El Fargue, Haza Grenade, Sacromonte et San Ildefonso.

• Beiro
Situé dans le secteur central de la ville, il est composé de 5 quartiers : Cercado Bajo de Cartuja, La Cruz, Pajaritos, Plaza de Toros-Doctores-San Lázaro et San Francisco Javier.

• Centro
District situé au centre de la ville. Il est composé de 2 quartiers : Centro-Sagrario et Realejo-San Matias. Dans ce district, sont situés les lieux plus emblématiques de la ville comme L’Alhambra ou la Cathédrale. Il s’agit aussi de la zone plus commerciale de la ville.

• Chana
District situé dans la zone nord-occidentale de la ville. Il est composé de 8 quartiers : Angustias, Chana, La Encina, Las Torres, Las Perlas, Las Brisas, Bobadilla et el Cerrillo de Maracena.

• Genil
District situé dans le secteur sud-oriental de la ville. Il est composé de 6 quartiers : Bola de Oro, Camino de los Neveros, Carretera de la Sierra, Castaño-Mirasierra, Cervantes y Lancha del Genil.

• Norte
District situé dans la partie septentrionale de la ville. Il est composé de 8 quartiers : Almajáyar, Campo Verde, Cartuja, Casería de Montijo, Joaquina Eguaras, Parque Nueva Grenade, La Paz et Rey Badis.

• Ronda
District situé dans le secteur occidental de la ville. Il est composé de 3 quartiers : Camino de Ronda, Figares et Rosaleda. Il s’agit du district le plus peuplé de la ville.

• Zaidín
District situé dans le secteur sud de la ville. En son sein est situé le quartier plus peuplé de Grenade : Zaidín-Vergeles, ainsi que Casillas Bajas et Santa Adela.

2.2. Population et flux migratoires

La ville de Grenade et sa périphérie ont subi au cours des dernières décennies d´importantes transformations qui révèlent un changement de tendance : si longtemps Grenade a présenté un taux de croissance assez élevé, ce sont désormais les municipalités limitrophes qui voient augmenter leur population.

La population étrangère dans la ville de Grenade est passée de 2 % en 2002 à 7,1 % en 2012. L’éventail des origines géographiques de l’immigration est très grand ; en 2012, 25,4 % venaient de l’Union européenne, 28,7 % d’Amérique et 32 % d’Afrique. La nationalité qui a un poids le plus élevé est, sans doute, la marocaine (22,4 %). Les autres nationalités ont un poids plus similaire les unes par rapport aux autres : Roumanie (7,6 %), Bolivie (6 %), Chine (5,3 %), Italie (5 %), Équateur (4,5 %), Colombie (4,1 %) et Argentine (3,7 %), lesquelles représentent, avec la population marocaine, 44 % de la population étrangère de Grenade.

2.3. Différences socio-économiques dans la ville de Grenade

Les contrastes socio-économiques à l’intérieur de la ville de Grenade sont assez significatifs. Mais en faire une étude actualisée et détaillée n’est pas une tâche simple à cause des difficultés d’accès aux sources (nous sommes notamment dans l’attente de la publication des résultats du dernier recensement de population réalisé en Espagne en 2011). Pour le moment, nous présentons les résultats d’études réalisées par les chercheurs de Grenade à partir de l’exploitation des sources disponibles (particulièrement le recensement de 2001) et d’enquêtes de terrain sur la perception des habitants des différents quartiers de la ville.

Egea et Nieto (2009) ont fait une exploitation exhaustive des données du recensement de population de 2001 pour établir des indices de niveaux de vulnérabilité, par rapport au niveau social (données socio-économiques et éducatives), à la situation démographique et familiale et aux conditions du logement et de l’espace de résidence. À partir de ces indicateurs, les auteurs ont distingués les quartiers qui ont une meilleure situation socio-économique (districts La Ronde et Genil). Et ils ont identifiés les quartiers de Grenade qui présentent un état de plus grande vulnérabilité (Rey Badis, Joaquina Eguaras, Cartuja et Almanjáyar dans le district Nord ; Casillas Bajas et Santa Adela dans le district Zaidin ; Angustias dans le distict Chana ; Haza Grande, San Idelfonso et Plaza Nueva dans le District Albayzín). Le district Nord apparait dans l’imaginaire collectif comme le plus problématique et provoque un grand rejet social, sans qu’il soit fait distinction entre les différents quartiers qui le composent (Bosque Maurel et al., 1991 ; Conde, 1999 ; Fernández Gutierrez et Jiménez Bautista, 2000). Le centre de la ville apparaît dans une position intermédiaire, où le principal problème est celui du vieillissement de la population.


3. Structure politique, différentes collectivités
locales, modes de gouvernance

Grenade est la capitale de la province du même nom, et à ce titre la ville regroupe des structures administratives qui dépendent tant du gouvernement autonome de l’Andalousie que de l’État central.

Son administration politique se fait grâce à un conseil municipal, dont les composants sont choisis tous les quatre ans. Le Conseil municipal regroupe 27 élus. Les organes de gouvernement sont la réunion plénière, l’Assemblée de gouvernement de la Ville et les Assemblées municipales de districts.

• À la réunion plénière, on discute et on vote les questions les plus importantes (budgets, ordonnances municipales, etc.). Après les dernières élections municipales de 2011, la Réunion plénière du Conseil municipal de Grenade est composée de 16 conseillers du Parti politique espagnol de droite – 2 de plus que la majorité absolue établie à 14 –, 8 conseillers du Parti socialiste ouvrier espagnol, 2 conseillers de la Gauche unie et 1 d’Union Progrès et la Démocratie.

• L’Assemblée de gouvernement de Grenade est chargée d’administrer les impôts municipaux. Elle est présidée par le Maire.

• Les Assemblées municipales de districts sont chargées du gouvernement d’une manière beaucoup plus locale. Elles élaborent des études sur les besoins des districts ; informent sur l’activité municipale, et contribuent à la coordination entre les différentes composantes du Conseil municipal.


4. Description de l’espace marginalisé étudié :

LE DISTRICT NORD

Le District Nord est composé de huit quartiers, lesquels couvrent les 22 sections du recensement. Il occupe presque un quart de la surface communale et 15 % de la population de Grenade y habite, répartie dans les quartiers de La Paz, Cartuja, Almanjáyar, Campo Verde, Rey Badis, Parque de Nueva Grenade, Casería de Montijo et Joaquina Eguaras.

Au début du XXIe siècle, le District Nord de Grenade constitue dans l’imaginaire collectif l’une des zones les plus défavorisées de l’Andalousie. Et bien que les opérations urbaines menées plus récemment dans le District Nord aient corrigé partiellement certaines insuffisances, de nombreux problèmes spécifiques perdurent.

Figure 2. Le District Nord de Grenade et ses quartiers.

Grenade V2Cartographie : A. Lama & F. Troin • CITERES 2013

Nous pouvons distinguer quelques moments décisifs de son évolution.

• Le District Nord, dont le développement a été engagé dans les années 1960, a été conçu comme une zone d’expansion de la ville avec la mise en place d’un ambitieux « Plan d’aménagement urbain ». L’intense exode rural à partir des années 1960 a rendu nécessaire la construction de nouveaux logements dans la ville. Les premiers quartiers, La Paz et Cartuja, ont été promus par l’Administration centrale de l’État franquiste, afin de pallier la demande pressante de logements dans le territoire communal. La proportion de gitans était assez significative : 30 % de la population installée (Fernández, 1999).

• Dans la première moitié des années 1970, encore sous la dictature de Franco, la zone d’Almanjáyar, limitrophe des deux premiers quartiers, est progressivement urbanisée. Beaucoup de ces logements manquent de confort élémentaire, comme l’électricité ou l’approvisionnement en eau. Ils sont occupés par des familles aux revenus très faibles, notamment des gitans originaires d’autres quartiers de la ville. Les interventions urbaines sur Almanjáyar dans les années 1970 ont renforcé le caractère de marge du District Nord, contrairement aux objectifs du projet initial.

• Parallèlement aux différentes initiatives publiques, entre les années 1970 et 1980, d’autres formes de promotions de logements subventionnés par l’État mais d’initiative privée sont mises en œuvre, à destination de familles ouvrières. Il s’agit des quartiers de Casería de Montijo et Parque de Nueva Grenade dont l’urbanisation s’est faite dans de meilleures conditions. Dans un premier temps le quartier a été occupé par des jeunes ménages de classe ouvrière et par des immigrants originaires des communes rurales proches. La détérioration de ces logements au fil des ans, ainsi que leurs faibles superficies, ont provoqué le départ de nombreuses familles. En effet, dans la période de l’expansion et de la croissance économique de l’Espagne, des familles, dont le niveau de vie s’est amélioré, ont acheté une nouvelle maison dans l’aire métropolitaine urbaine. Le départ de cette population a permis l’arrivée d’immigrés. Ainsi, le quartier Casería de Montijo est devenu une des zones de la ville où la présence de l’immigration étrangère, aux origines très variées, est la plus importante.

• Au cours des années 1990, l’image négative et dégradée du District Nord a conduit la mairie de Grenade, avec la collaboration de la Junta de Andalucía (gouvernement de la région), à mener une politique de requalification. Le District Nord est alors devenu un important récepteur de fonds publics. C’est le moment d’expansion du quartier de Joaquina Eguaras, occupé par de jeunes familles de classe moyenne et dans une meilleure situation économique, et aussi le moment où sont installés différents services administratifs et la nouvelle station d’autobus de Grenade.

En résumé, le District Nord est passé d’une marge globalisée à différentes entités, dont les unes apparaissent intégrées à la ville, pendant que les autres sombrent davantage dans la marginalité.

Alberto Capote Lama