Le Caire

(Version provisoire)

Dans un cadre bordé de part et d’autre par les déserts libyque et arabique et limité à l’est par la chaîne montagneuse du Moqattam, la capitale égyptienne est installée au bord du fleuve, à la jonction du delta et de la vallée du Nil, entre Haute et Basse-Égypte. Le Caire (en arabe al-Qahira, la victorieuse) a été fondé par les Fatimides en 969 sur ce site-clé, depuis longtemps convoité et occupé, où se sont implantés successivement Memphis et Héliopolis, capitales antiques, la byzantine Babylone, puis Fostat, première des fondations arabes.


Centralités d’une ville capitale

Aujourd’hui, celle que les Égyptiens appellent Oum al-Dounia (la mère du monde), est la plus grande ville d’Afrique et du monde arabe. La région urbaine du Grand-Caire (qui se déploie sur trois gouvernorats, Le Caire, Giza et Qalyoubia) compte environ 16 429 000 habitants (2012). Cette métropole, capitale d’un État centralisé, concentre la moitié des emplois du pays et les deux-tiers de ses fonctionnaires ; elle produit plus de la moitié du produit industriel national et est bénéficiaire de l’essentiel des investissements étrangers dans le pays. Nombre d’infrastructures y sont également concentrées, notamment dans le domaine des transports ; la ville s’est dotée d’un métro qui compte trois lignes. La plupart des journaux, banques et syndicats y ont leur siège, une large gamme des formations de l’enseignement supérieur y est proposée et la capitale regroupe également la majorité des équipements culturels. Le paysage économique et politique national est dominé par la métropole, celle-ci est aussi le premier espace concerné par l’accélération de l’ouverture économique induite par la signature, en 1991, d’un programme de réformes économiques et d’ajustement structurel qui a ouvert le territoire à la mondialisation.

En parallèle, c’est aussi au Caire qu’a émergé le mouvement de contestation du régime du président Moubarak, Kefaya [ça suffit], et c’est aussi l’occupation de la place Tahrir, au centre de la capitale, qui s’est imposée comme emblème de la révolution qui a vu la chute de son régime en 2011.

Même si la cité a perdu de sa superbe au niveau régional, elle abrite toujours le siège de la Ligue arabe et reste une référence symbolique de l’arabité. Son rayonnement culturel est certain, en particulier dans le domaine des lettres dont la figure emblématique était le prix Nobel de littérature, Naguib Mahfouz, auteur médiatique dont l’œuvre était intimement liée à la ville, notamment à ses quartiers historiques, par ailleurs inscrits sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO en 1979. Dans un autre registre, la réputation de l’université millénaire d’al-Azhar, située au cœur de la cité, continue d’attirer des étudiants venus de l’ensemble du monde arabo-musulman.


Desserrement et étalement de la métropole

Durant les années 1990, alors que la croissance démographique de la ville diminuait par rapport aux décennies précédentes, sa surface bâtie a alors doublé.

Sous un ciel souvent voilé par la pollution, ceinturée par une autoroute périphérique de plus de 80 km, l’agglomération continue de s’étendre selon des logiques diverses. L’extension des faubourgs populaires, issus d’une urbanisation non réglementaire dynamique, produit des quartiers d’habitation compacts, selon une trame répétitive d’immeubles à structure de béton de cinq ou six étages. Cependant, les transformations les plus spectaculaires de la capitale sont celles qui l’ont projetée dans de nouvelles dimensions, dans le désert, hors de son cadre géographique initial. À l’est, au-delà d’Héliopolis, ville nouvelle du début du XXe siècle, et à l’ouest, au-delà des Pyramides de Giza, des villes nouvelles et des lotissements, planifiés par l’État, aux succès mitigés lors de leur lancement, ont vu le jour à partir des années 1980.

Désormais, ce sont des compounds, cités résidentielles privées, qui sont construites, en chantier ou en projet. Destinées à une clientèle aisée, ces opérations urbaines d’envergure, aux appellations aguicheuses (Dreamland, Utopia, Beverly Hills, etc.) s’édifient sur des terres désertiques vendues par l’État. Là est proposé de l’habitat haut de gamme, dont une majorité de villas, mais aussi un univers privilégié où l’on trouve centres commerciaux, écoles, universités, hôpitaux, jardins, parcs de loisirs, etc. Autre qualité de vie et autre qualité de ville : ces formules ont séduit les Cairotes favorisés.

La question de l’habitat reflète aussi la perversité du système : dans une ville en chantier, des centaines de milliers de logements inoccupés, produits par l’inadéquation entre l’offre et la demande, le surinvestissement dans l’immobilier et la spéculation, narguent autant de mal logés : habitants de logements précaires, familles entassées, ou encore jeunes couples en attente d’un toit et d’un avenir.

Anna Madoeuf, d’après la notice (actualisée)
publiée in Bost F. et al. (dir.), Images économiques du monde, 2007, Paris, Armand Colin.