Turin

Turin est la ville capitale de la région Piémont qui se situe dans le nord-ouest de l’Italie, aux pieds des Alpes et à côté de la frontière française. Selon les derniers recensements officiels, la municipalité compte 911 823 habitants (31/12/2012 [1]), mais si l’on considère l’aire métropolitaine avec ses 38 communes on arrive à un total d’environ 1 600 000 habitants [2].


1. Système politique et administratif

En Italie, le système de gouvernement est structuré en trois niveaux : les régions, les provinces et les municipalités. De plus, à partir de 1976, les villes avec une population supérieure à 40 000 habitants ont adopté un système de gouvernement local organisé en conseils de quartier (Circoscrizione). Le territoire de Turin est ainsi divisé en 10 Circoscrizioni, qui sont conçus comme un service décentralisé de la municipalité et également comme la forme de gouvernement la plus proche des citoyens.

Malgré le caractère centralisé de l’État, en 2001 une réforme de la Constitution a accordé un certain niveau d’autonomie aux gouvernements locaux avec une augmentation du pouvoir des régions, alors que les municipalités gardent des fonctions plutôt administratives.

Tous les niveaux de gouvernement sont organisés en deux organismes avec une division des pouvoirs : le législatif est exercé par le Conseil et l’exécutif par la Giunta. En ce qui concerne le niveau local, c’est donc le conseil municipal qui trace les lignes directrices des politiques et est chargé de voter les décisions, d’approuver le budget et de surveiller le travail de la Giunta. Celle-ci définit et propose les politiques qui seront votées après. La Giunta est choisie et nommée directement par le maire, qui est à son tour élu avec un système de majorité absolue (avec un second tour si aucun candidat n’arrive à l’obtenir).

Les décisions des autorités municipales sont contrôlées par le préfet, qui relève directement de l’État. La région garde, par rapport aux politiques municipales, un rôle consultatif.

Figure 1. Turin et son aire métropolitaine.

fig_1Source : Torino Strategica, 2013.

Figure 2. Turin et ses Circoscrizioni.

fig_2

À Turin, si l’orientation politique au niveau des Circoscrizioni a changé plusieurs fois au cours des dernières années, le gouvernement de la municipalité est à gauche depuis 1993.


2. Caractères structurants

La configuration actuelle du territoire métropolitain est caractérisée par une urbanisation assez dense dans sa partie centrale (Turin-ville) et dans la première couronne de communes, où l’on retrouve une forte concentration des zones résidentielles ainsi que productives, économiques et de service. La deuxième et la troisième couronnes, à caractère périurbain, ont une densité plus faible, avec une urbanisation concentrée en correspondance des centres historiques et que devient plus dispersée le long des voies routières qui relient les différents communes (Regione Piemonte, 2011). L’expansion des résidences et des activités productives dans ces couronnes est en cours depuis quelques temps, avec également la délocalisation de certains services et fonctions métropolitaines (transports, industries, traitement des déchets, services d’excellence, etc.).

Le système des collines qui entourent la ville dans sa partie sud (notamment le sud-est) a limité la densification de l’habitat en cette direction ; l’urbanisation s’est ainsi développée dans la partie occidentale, avec des concentrations majeures le long des voies routières qui lient la ville centrale aux autres communes alentours.

Le patrimoine architectural de la ville et de son territoire est assez riche, ainsi que son patrimoine naturel (eau, sol, agriculture), qui comprend un système de zones naturelles protégées. L’aménagement et la valorisation de ces ressources et du patrimoine culturel et paysager sont l’objet de différents programmes, dont le projet Corona Verde [Couronne verte], qui envisage l’intégration des différentes zones rurales, fluviales, des parcs et des résidences historiques qui entourent la ville.

L’économie de la ville repose essentiellement sur l’industrie manufacturière,  composée de plusieurs secteurs ou cluster, notamment celui des moyens de transport (automobile, aérospatial, nautique) ; les secteurs électronique et électrotechnique ; les ICT, avec une spécialisation dans la téléphonie mobile ; le design et le packaging ; la biotechnologie et la bio-ingénierie.

Le secteur de la culture caractérise également l’économie de la ville et de son territoire métropolitaine, développé à partir des biens matériaux et historiques (monuments, architectures, musées, bibliothèques, etc.) et des dotations spécifiques du milieu urbain (cinéma, musique, radio-TV, art et artisanat, etc.). La vocation touristique est plus récente et liée davantage aux ressources patrimoniales et environnementales (y compris la proximité avec les Alpes) et, d’auprès la visibilité acquise grâce aux Jeux Olympiques d’Hiver en 2006, la ville est présente dans les circuits touristiques nationaux et internationaux, malgré son image encore liée à l’histoire industrielle.


3. Place de la ville dans le système supra-local

L’importance que l’aire métropolitaine de Turin recouvre au niveau régional et supra-régional s’explique à plusieurs niveaux, par : le rôle administratif, politique et économique qu’elle recouvre en tant que siège des gouvernements régional et provincial, avec toutes les fonctions qui y sont liées ; le pouvoir économique que certaines entreprises localisées sur le territoire métropolitain exercent sur d’autres unités locales de la région ; les flux de déplacement domicile-travail surtout vers les provinces du sud de la région ; une offre de services rares à l’échelle métropolitaine dont l’attractivité s’étend vers le nord jusqu’à la vallée d’Aoste, vers le sud jusqu’à la partie occidentale de la Liguria, et qui entre également en compétition avec Milan et Gênes pour la partie sud-orientale ; l’importance du système de transport qui, grâce à la configuration radiale des voies de communication (routes, autoroutes, chemins de fer), fait que le niveau d’accessibilité du territoire métropolitain soit le plus haut de la région ; l’importance logistique liée (surtout) à la réalisation de la ligne de grande vitesse Italie-France, ce qui permettra à la ville de se placer sur les axes stratégiques européens.

Au-delà des limites régionales, le territoire métropolitain garde des relations importantes avec Milan et  Gênes, des relations économiques et politiques qui se développent à travers plusieurs initiatives et projets publics et privés. Avec d’autres territoires plus lointains il y a le même type de relations, y compris les provinces du nord-est d’Italie ; les régions transalpines de PACA, Rhône-Alpes, Genève, Vaud, Valais ; l’Eurorégion Alpes Méditerranée, etc.

Au niveau national, la ville joue également un rôle fondamental lié à sa place dans le système de transports européen et aussi en tant que siège de la RAI-TV (la télévision nationale) et de La Stampa, un quotidien à diffusion nationale.

Enfin, la ville et son aire métropolitaine ont une certaine importance à un niveau international, due à plusieurs facteurs, y compris : la participation de certains communes, de la province et de la région à plusieurs projets européens (notamment l’Interreg IIIA Alcotra avec la Savoie et les Alpes maritimes et l’Interreg IIIA Italie-Suisse avec le Canton Ticino et Valles) ; la participation d’autres institutions locales (l’Université, le Polytechnique, etc.) aux réseaux européens et internationaux ; les projets de marketing territorial et les événements à caractère international (Torino World Design Capital en 2008 ; le Congrès mondial des Architectes en 2008 ; l’European Sciences Open Forum en 2010 ; l’anniversaire des 150 ans de l’Unité d’Italie en 2011 ; etc.) ; la présence de services de transport et logistiques ; le rôle de hub-city dans le réseau télématique (Regione Piemonte, 2011).


4. Le ville et l’industrie

Ancienne ville industrielle, Turin est aujourd’hui en train de se redéfinir en tant que ville post-industrielle. Cela implique des transformations profondes, matérielles et immatérielles, qui sont en cours depuis (au moins) 20 ans. La configuration urbaine actuelle est héritée du XIXe siècle, quand la ville s’élargit vers le nord-est (vers Novara et Milan) en suivant la direction du chemin de fer. Les usines, suivies de près par le développement résidentiel, se sont installées le long de cet axe qui constitue au final une vraie coupure dans la ville, en la traversant du nord au sud et en déterminant d’importantes différences de part et d’autre.

Bien que la proto-industrialisation de la ville soit liée au secteur textile, favorisée par la disponibilité en eau et en énergie, par l’accumulation du capital et par des politiques progressistes, l’histoire industrielle de Turin commence au début du XXe siècle (en 1939) avec la fondation de la Fiat, l’industrie d’automobiles italienne, et l’établissement de Mirafiori dans la partie sud de la ville. Les changements démographiques qui suivent l’installation de la Fiat sont importants et liés aux flux migratoires qui investissent la ville : on estime qu’entre 1951 et 1961, 351 085 personnes sont arrivées à Turin pour travailler dans la grande usine (Trevis, 1976). À partir de là, la localisation des nouveaux quartiers ouvriers, des nouvelles résidences, ainsi que l’installation des industries satellites dans la partie nord-est (près du chemin de fer et des ressources fluviales) sont à la base des processus d’urbanisation qui intéressent la ville à l’époque et ce jusqu’aux années 1970. Plusieurs éléments caractérisent cette expansion et les conditions de logement à l’époque (années  1950) : la construction de bidonvilles dans les marges physiques de la ville ; la concentration des personnes qui venaient des bidonvilles dans des bâtiments publics inutilisés et qui n’avaient pas une destination résidentielle ; la condition de précarité des personnes qui habitaient dans les mansardes des vieux bâtiments du XIXe siècle (De Luca, Lancione, 2010). Toutes ces formes d’habitation se retrouvent là où la Fiat et les autres usines étaient localisées, notamment à Mirafiori sud et dans les quartiers nord. La réalisation de logements publics est également liée à la grande industrie : c’est en effet la Fiat qui construit, au cours des années 1950, plus de 4 000 logements sociaux, pour la plupart près des établissements industriels turinois, mais aussi dans les communes de la première couronne. La ville se développe ainsi dans les périphéries urbaines avec des quartiers caractérisés par une seule classe sociale, une seule fonction et une mauvaise qualité du bâti. C’est dans ces quartiers que la Municipalité mettra en place à partir des années 1990 une politique de régénération et de réhabilitation : le Progetto Speciale Periferie [Projet Spécial Périphéries].

Il faudra ensuite attendre la crise économique des années 1970 pour que d’autres importantes transformations investissent la ville, suite aux changements dans les systèmes productifs, notamment l’emploi de robots et l’externalisation des fournitures. Après la crise que subit la production d’acier au niveau national, de nombreuses usines sont obligées de réduire le nombre d’ouvriers, voire de fermer. En conséquence, le chemin de fer qui avait servi les usines perd son importance, puis, progressivement, les friches industrielles et les bâtiments abandonnés sont investis.

Après une période de profonds débats, dans la deuxième partie des années 1980, le développement de la ville devient objet d’importantes réflexions politiques, ce qui amènera à la rédaction d’un nouveau Plan d’aménagement (terminé en 1995), avec une attention particulière portée aux aires industrielles désaffectées et au destin du chemin de fer. Le Plan prévoit des nombreuses zones de transformation et de restructuration urbaines, la plus importante étant la réalisation de la Spina Centrale, un axe qui traverse la ville du nord au sud en suivant le trajet du chemin de fer. De là, presque 3 millions de m2 sont récupérés et la construction d’un tunnel de 13 km pour la mise en sous-sol du chemin de fer permet la réalisation d’un grand boulevard pour reconnecter les deux parties de la ville (ces interventions sont aujourd’hui presque terminées).

La crise économique de la fin des années 1970, la délocalisation et la fermeture des usines sont parmi les changements les plus importants lors du processus de transition de la ville fordiste vers le post fordisme. Cette transition n’est évidemment pas limitée aux caractères économiques et productifs, il s’agit également d’importants changements au niveau politique, social, culturel, spatial. Mais c’est surtout au cours des années 1990 qu’on peut observer les transformations majeures qui investissent la ville et sa population, voir le processus de transition vers la ville post industrielle. Ce sont notamment les élections administratives de 1993 qui ouvrent la définition d’un nouvel agenda politique avec l’objectif de faire de la culture et de la technologie les moteurs de toute transformation. Le Plan stratégique, rédigé en 2000, représente ainsi la première synthèse de ce programme qui sera consolidé et redéfini en 2006 par le deuxième Plan stratégique. Les deux documents, avec le Plan d’aménagement, définissent les directions stratégiques de transformation de la ville que l’on peut résumer en trois points principaux : la « ville polycentrique » ; la « ville polytechnique » ; la « ville pyrotechnique » (Belligni, Ravazzi, 2013).

Figure 3. La Spina Centrale.

fig_3Sources : Regione Piemonte et IRES, 2012.

Figure 4. Les interventions du Progetto Speciale Periferie.

fig_4Source : Comune di Torino.

• Polycentrique : les transformations principales sont liées aux politiques de logement et d’infrastructures. Les Jeux Olympiques d’Hiver de 2006 permettent d’enrichir et d’actualiser, voire de déformer, les lignes-guides des deux Plans stratégiques. Parmi les interventions les plus importantes on peut noter : le renouvellement du chemin de fer, la restauration d’une des gares et la construction d’une nouvelle gare ; la construction de nouveaux logements au lieu des usines et des sites industriels désaffectés ; l’expansion des centres universitaires (Université et Polytechnique) ; les programmes et projets de régénération urbaine des quartiers défavorisés (le Progetto Speciale Periferie).

• Polytechnique : le but de faire de la ville un cluster high-tech, une ville de la connaissance, s’impose également dans l’agenda politique, pour favoriser le rencontre entre les compétences techniques innovantes et la connaissance développées dans les deux institutions académiques et dans les centres de recherche. Dans ce cadre, l’Université et le Polytechnique mettent en place d’importants plans d’expansion (on passe de 7 centres de recherche dans les années 1990 à 24 en 2010).

• Pyrotechnique : la culture devient un instrument de croissance économique. Il s’agit de générer des creative districts en s’appuyant sur le marché du divertissement adressé aux intellectuels et aux résidents des quartiers en voie de gentrification. Typiquement, l’organisation de « grands événements » devient la stratégie dominante des politiques culturelles. Les Jeux Olympiques d’Hiver sont, dans ce cadre, l’exemple majeur, auquel il faut ajouter toutes sortes de manifestation culturelle (ayant comme sujet la littérature, la nourriture, les spectacles de musique, etc.).

Des acteurs différents (publics, privés, mixtes) participent à la définition et à la mise en place de ces programmes, chacun avec son propre rôle et sa spécificité : la municipalité ; la Fiat ; l’Association des constructeurs ; la société de chemin de fer ; l’Université et le Polytechnique ; les Fondations bancaires ; la Région Piémont. Une grande quantité de ressources, à la fois matérielles et immatérielles, sont également mobilisée, y compris une stabilité politique (grâce au système d’élection directe du Maire et au consensus accordé au deuxième Maire, celui qui avait géré les Jeux Olympiques avec succès).


5. Caractères des migrations

La Turin d’aujourd’hui est le résultat de plusieurs processus de transformation de la ville à des époques différentes, qui ont induit des changements profonds au niveau matériel et immatériel, y compris de nouvelles inégalités socio-spatiales qui se sont ajoutés à celles déjà existantes. Pour mieux comprendre ces processus, il faut remonter aux origines de la ville industrielle et relire le développement urbain dans sa relation avec le développement industriel.

Comme on a vu, c’est à partir de l’époque industrielle que la ville a connu d’importants mouvements migratoires. À partir du XIXe siècle, avec le développement de l’industrie textile, et surtout dans les premières décennies du XXe siècle, avec l’installation de la Fiat, les travailleurs employés dans les usines viennent s’installer dans la ville. Les hommes sont les premiers qui arrivent, à la recherche d’un emploi et d’un logement, suivis après du reste de la famille. La nouvelle population se concentre surtout dans les parties centrales de la ville, ainsi qu’au nord et à sud-ouest, selon une partition qui reflète les origines migratoires : les gens du sud de l’Italie (dits les meridionali) vont au centre-ville, tandis qu’au nord et au sud on trouve les migrants du Piémont et en général ceux des régions du nord.

Pendant les années 1970, quand les pays du nord de l’Europe commencent à limiter l’accès aux étrangers (notamment la France et l’Allemagne), Turin connaît deux nouvelles vagues migratoires (Davico et al., 1998) :
– les étudiants et demandeurs d’asile originaires d’Afrique (Sénégal, Nigeria, Érythrée et Somalie), d’Extrême-Orient (Irak, Kurdistan, Iran et Palestine), d’Amérique du Sud (Chili et Argentine) ;
– les travailleurs domestiques, surtout des femmes, de Somalie et d’Erythrée, puis du Cap-Vert et des Philippines.
Ces premières vagues de migration non-européenne concernaient un petit nombre de personnes, qui arrivaient à Turin pour des raisons très diverses et toujours avec un projet migratoire à caractère temporaire. Cependant, les conditions politiques et économiques des pays d’origine finissaient pour déterminer une période de migration bien supérieure à celle initialement prévue.

Entre les années 1970 et 1980 les migrations deviennent de plus en plus nombreuses, les premiers migrants sont suivis par leurs familles et les motivations à la base du choix d’émigrer se  diversifient. À cause des fréquentes conditions d’illégalité qui caractérisent ces migrations il est très difficile de déterminer le nombre de personnes qui sont arrivées à l’époque. Il s’agissait de migrants originaires du Maroc, de Tunisie et d’Égypte, mais aussi des pays d’Afrique noire (Sénégal, Ghana, Côte-d’Ivoire et Zaïre) et d’Asie (Chine, Philippines).

Les enregistrements faits au moment des légalisations des migrants sans-papiers (il y en a eu plusieurs à partir de 1986) permettent toutefois d’observer certains changements dans la composition des flux. Au cours des années 1990, Turin a accueilli surtout des ressortissants roumains et albanais. Entre 1991 et 1999, on a eu aussi beaucoup d’arrivées de Nigérians, Albanais, Bosniaques, Péruviens, Ghanéens. Cette nouvelle vague s’est caractérisée par une présence de femmes et de mineurs plus forte qu’auparavant, ce qu’on peut expliquer à partir des regroupements familiaux.

Entre 1990 et 2010, la population étrangère a augmenté d’environ 100 000 personnes (il faut en tout cas se rappeler l’importance des lois de régularisation des immigrés, surtout de celle de 2007). Turin est aujourd’hui une ville multiethnique, avec un pourcentage d’étrangers qui est passé de 1,4 % en 1990 à 14,2 % en 2010 et 14,4 % en 2011. Les personnes qui arrivent sont, pour une grande partie, en âge de travailler, mais il faut ajouter le nombre des mineurs (0 à 9 ans), nés à Turin ou qui y sont arrivés très jeunes, et qui, donc, pourront devenir des citoyens italiens à part entière. Un autre élément intéressant est lié à la présence des femmes qui, en 2010, a dépassé celle des hommes.


6. Configuration socio-spatiale
de la ville d’aujourd’hui

On peut avoir une première image de la configuration socio-spatiale de la ville à partir de la distribution spatiale de certains facteurs sociaux considérés problématiques à l’heure actuelle, notamment la concentration de personnes âgées (70 ans ou plus) ; de personnes jeunes (entre 0 et 14 ans) ; de personnes non occupées ou à la recherche d’un premier emploi ; d’employés avec un bas niveau professionnel ; de personnes avec aucun ou un bas niveau de scolarité (Mela, Conforti, 2008). À partir d’une base de données concernant la période 2000-2006, le résultat est une ville où les concentrations majeures de facteurs problématiques ne sont pas disposées selon un schéma à bandes concentriques mais plutôt de manière axiale. Près du centre-ville, il y a surtout deux zones défavorisées et localisées de part et d’autre de la Dora. En s’éloignant du centre, les éléments problématiques sont concentrés dans certaines zones de l’ancien système de périphéries industrielles et notamment dans la partie nord de la ville. Plus extérieurement, ce sont les quartiers de logements sociaux qui représentent la majeure concentration de facteurs problématiques, au nord comme au sud. Cette configuration a une nature « structurelle » car on la retrouve de manière presque identique dans de nombreuses analyses de géographie sociale du territoire turinois (pour un cadre général de ces analyses : Mela et al., 2000). Il s’agit donc d’une géographie des problèmes sociaux de longue durée (Mela, Conforti, 2008).

En ce qui concerne la condition des migrants, ils se concentrent aujourd’hui dans les parties les plus pauvres de la ville : l’ancien centre historique (Porta Palazzo) ; le quartier Aurora, dans la partie est ; et à San Salvario, le quartier du XIXe près de la gare de Porta Nuova. Dans tous ces cas, les conditions d’habitat sont très précaires car il s’agit de vielles habitations délabrées dans lesquelles il manque souvent la salle de bain et/ou des toilettes intérieures (il y avait des toilettes communes au fond des jardins ; aujourd’hui, après de nombreux programmes de réhabilitation, cette situation n’est plus aussi fréquente, bien que certains facteurs sont toujours présents, à savoir le surpeuplement, l’insuffisance des installations, etc.).

Le nombre de demandes de logements sociaux présentées par des citoyens non européens était en 1995 de 1 870, sur un total de 10 930 ; l’année suivante, ce rapport était quasiment identique. Toutefois, à cause de la manque de logements publics qui a toujours caractérisée la situation italienne et par conséquence aussi celle de Turin, très peu de logements sont assignés aux immigrés.

Il faut ensuite remarquer un mouvement de la population étrangère vers la périphérie de la ville, ou dans les communes de la région métropolitaine les plus proches à la ville. Le choix de partir du centre-ville vient, souvent du fait qu’une fois que le projet migratoire est stabilisé, se pose la question du regroupement familial.

À tout cela, il faut enfin ajouter les personnes qui se trouvent en condition d’irrégularité administrative ou d’illégalité – c’est le cas pour la plupart des immigrés [3] ; parmi ceux-ci il y a notamment les nomadi, des populations Roms arrivées à Turin à partir des années 1990 depuis l’ex-Yougoslavie et, plus récemment, des pays de l’Europe de l’Est, notamment de Roumanie. Les conditions d’habitat de ces personnes en situation d’irrégularité sont caractérisées par le surpeuplement, le squat et les campi nomadi. La localisation des deux premières est aujourd’hui encore liée aux quartiers du centre historique, les mêmes aires défavorisées de la ville fordiste, Porta Nuova et Porta Palazzo. Les campi nomadi, de même que les bidonvilles illégaux, sont localisés dans la partie nord, près de la Stura di Lanzo.


7. La marginalité socio-spatiale du Lungo Stura

Le territoire dit Lungo Stura se situe dans la partie nord-est de la ville ; son nom vient de la Stura, une des trois rivières qui traversent la ville et qui est devenue, au cours des dernières décennies, un dépotoir. C’est là que l’on retrouve des dynamiques de marginalisation socio-spatiale qu’on peut qualifier d’« extrêmes », des processus qu’on ne trouve pas ailleurs, pas, en tout cas, avec ce niveau de visibilité et de sédimentation dans l’espace et dans le temps. Ce sont des dynamiques qui durent depuis une dizaine d’années, qui finalement sont bien ancrées au territoire et montrent une certaine solidité.

Figure 5. Le Lungo Stura.

fig_5Source : Auteur, d’après Torino Internazionale.

Figure 6. Le campement illégal du Lungo Stura.

fig_6Source : Google Maps.

Ce qu’on appelle communément le Lungo Stura est un territoire qui s’étend sur 540 ha le long du dernier tronçon de la rivière Stura et qui se trouve entre les limites administratives des villes de Turin, Venaria, Borgaro et Settimo. C’est là qu’au cours des années la ville a installé toutes les activités qu’elle ne voulait pas garder dans le centre : la décharge pour le traitement des déchets, le chenil municipal et les campements d’accueil pour les Roms, officiellement appelés campi nomadi. Ces sont les berges d’une rivière qui, au siècle dernier, étaient un « côté-arrière », un entrepôt d’activités d’écart où ont trouvé leur place des activités informelles (voir illégales) – dépôts sauvages de déchets, jardins potagers, bidonvilles – ainsi que des individus marginalisés, les migrants Roms originaires de la Roumanie et arrivés à Turin après 2007.

Le Plan d’aménagement de la ville prévoit pour ce territoire des transformations lesquelles, grâce à la restauration des sites contaminés, devraient permettre la création de deux parcs urbains. Dans ce but, le Plan de récupération environnementale a été approuvé en 2003 mais les retards dans la fermeture de la décharge municipale (prévue au départ pour la fin 2003, finalement 2009), ont décalé toute opération de récupération du site. En attendant, d’autres projets ont été mis en place avec le même but : un Master Plan pour une route verte ; la récupération des berges par la ville de Venaria ; la création d’un parc intercommunal par les villes de Settimo et Borgaro ; le projet Turin Ville d’Eaux. En outre, le site de traitement des déchets est compris dans le Système des zones protégées du fleuve Po – dont le plan d’aménagement prévoit la mise en place de programmes de requalification et de récupération environnementale, pour notamment la création d’un parc public. Cependant, en attendant ces transformations lesquelles, pour l’instant, ne sont que de projets, d’autres dynamiques suivent leur propre cours. À tout cela, il faut ajouter les quelques transformations qui ont intéressé une partie de la ville au-delà de la Stura : le Plan de rénovation urbaine (PRU – Programma di recupero urbano) de Via Ivrea, un quartier dont le développement remonte aux années 1950 et 1970 et où l’on trouve des logements sociaux construits dans les années 1980, avec une population d’environ 3 000 personnes. Avec un investissement public de 37 millions d’euros, la récupération des berges de la Stura faisait partie des actions prévues ; mais c’est finalement le seul point inachevé du programme. Quant à l’engagement des investisseurs privés, le « Borgo dei Lavandai » est un projet immobilier signé par Nexity, une société immobilière internationale qui va construire un ensemble résidentiel à la confluence entre la Stura et le fleuve Po. De toute évidence, il ne s’agit pas de grands projets d’aménagement, ni d’opérations d’investissements privées très importantes ; cependant il est tout aussi intéressant de noter que cette rivière et ses berges ne sont jamais touchées, ils n’ont aucune attractivité par rapport aux intérêts publics et privés.

Références

Bellini S., Ravazzi S., 2013, « Policy changes without metamorphosis. The 1993-2011 urban regime in Turin », Métropoles. En ligne : http://metropoles.revues.org/4642

Conforti L., Mela A., 2008, La configurazione sociale dei diversi ambiti spaziali della città di Torino e i processi di mobilità residenziale, IRES Piemonte, Torino.

De Luca A., Lancione M., 2010, « La nuova questione abitative : disagio, politiche e territorio urbano », in Santangelo, Vanolo (dir.), Di capitale importanza, Carocci, Roma.

Davico L., Pastore F., Ronca G., 1998, Torino, città di immigrazione. Le politiche possibili, Comitato Giorgio Rota, Torino.

Governa F., Saccomani S., 2009, « Housing And Urban Regeneration Experiences And Critical Remarks Dealing With Turin », European Journal of Housing Policy, 9 : 4, p. 391-410.

Mela A., Davico L., Conforti L., 2000, La città, una e molte : Torino e le sue dimensioni spaziali, Liguori, Napoli.

Regione Piemonte, 2011, Piano Territoriale Regionale approvato con DCR n. 122-29783 del 21 luglio 2011. Relazione.

Regione Piemonte e IRES Piemonte, 2012, Metamorfosi della città. Torino e la Spina 3, Torino.

Torino Strategica, a cura di, 2013, Mappatura delle trasformazioni metropolitane.

Trevis A., 1976, Le migrazioni interne nell’Italia fascista, Torino.


[1] Source : Archive du Registre de la Ville de Turin.

[2] L’aire métropolitaine de Turin n’a pas une définition institutionnelle qui correspond à une unité administrative prédéfinie ; le nombre étant variable, ici on se réfère à l’ensemble des communes considérées dans un récent rapport de Torino Strategica (2013).

[3] Les personnes comprises dans ce groupe ne sont pas toutes en condition d’irrégularité (c’est-à-dire sans permis de séjour) ; il y en a quand même beaucoup – comme les Roms qui habitent les campi nomadi ou les bidonvilles illégaux – qui sont citoyens de l’Union européenne (Roms de Roumanie) ou des personnes qui ont le droit d’asile (réfugiés du Darfour).