Webdoc Tunis

• Décembre 2011 | Démarrage de la recherche
• Mars-Avril 2013 | Terrain
• Décemnre 2013 | Mise en ligne

Au centre de Tunis.
Géographies de l’espace public
après une révolution

webdoc

Une web-recherche de Raffaele Cattedra, Francesca Governa,
Maurizio Memoli, Matteo Puttilli, Web & Design Prospekt.
Photographies : Rosi Giua


SOMMAIRE


LE PROJET

• Le thème de la web-recherche : pourquoi Tunis et la Révolution ?

• L’espace de l’enquête : au centre de Tunis

• La méthode : expériences et expérimentations

• Délais, fonds et bailleurs de fonds

• Instruments, équipements
et quelques « dispositifs » de la sensibilité


WEB-RECHERCHE

• Compte-rendu d’une première fois

• Hybrider

• Une narration géographique multimédia


L’ÉQUIPE

• Groupe de recherche : Raffaele Cattedra, Francesca Governa, Maurizio Memoli, Matteo Puttilli

• Photographie : Rosi Giua

• Vidéo : Bruno Chiaravalloti, Arianna Cocchi, Claudio Jampaglia, Alessandra Mainini

• Web : Antonino Calabro, Francesco Merlini

• Musiques : Imed Alibi, Luca Canali, Alia Sellami

• Traduction & Sous-titrages : Corinne Milani, Alternative Traduction

• Autres contributeurs

Nous remercions tous ceux qui ont eu la courtoisie et la gentillesse de répondre à nos questions et qui n’apparaissent peut-être pas sur notre site : les étudiantes et les étudiants de la Manouba, les chauffeurs de taxi, les femmes gendarmes, les barmans, les commerçants, les caissières et les caissiers, les passants, les serveurs et serveuses, les mendiants, les manifestants, etc.
Nous remercions aussi tous ceux qui nous ont aidés dans notre travail : en nous indiquant une adresse, en nous offrant un thé ou en nous déposant quelque part, en collaborant avec nous, en préparant un gâteau, en nous fournissant une explication même si nous n’avions rien demandé. Nous ne pouvons pas tous les citer, car un grand nombre d’entre eux ne nous ont pas donné leur nom ou, plus probablement et même involontairement, parce que nous l’avons oublié.
Nous remercions aussi les quelques personnes qui ne nous ont pas aidées et dont nous avons apprécié la franchise.
Enfin, nous remercions la Révolution tunisienne c’est-à-dire ces femmes et ces hommes qui l’ont faite et la ville de Tunis :  à la fois belle et incertaine, pleine de lumière et d’avenir.


AVANT

• Quelques dates
24 mars 2013
14 janvier 2011
Avant le 14 janvier
Après le 14 janvier

• Bibliographie

  1. Bettaïeb V., 2011, Dégage. La révolution tunisienne, 17 décembre 2010 – 14 janvier 2011, Paris, Éditions du Layeur.
  2. Chouikha L., Gobe E., 2009, “La Tunisie entre la révolte du bassin minier de Gafsa et l’échéance électorale de 2009”, L’Année du Maghreb, n° V, p. 387-420.
  3. Gobe E. (éd.), 2012, “Dossier : Un printemps arabe ?”, L’Année du Maghreb, n° VIII.
  4. Mihoub S., 2011, “Le cyberactivisme à l’heure de la révolution tunisienne”, Archivio Antropologico Mediterraneo, n° XII/XIII, 13, 2, p. 17-32.
  5. Puchot P., 2012, La Révolution confisquée : enquête sur la transition démocratique en Tunisie, Arles, Sindbad.
  6. Saïdi H., 2011, La Tunisie réinvente l’histoire : récits d’une révolution. Un passé troublé et un présent sous pression, Paris, L’Harmattan.
  7. Soussi S., 2011, “Comment faire la révolution à l’heure d’internet ? Regard sur le rôle des médias sociaux dans la révolution tunisienne”, Archivio Antropologico Mediterraneo, n° XII/XIII, 13, 2, p. 33-40.
  8. Valeriani A., 2011, “Bridges of the Revolution. Linking people, sharing information, and remixing practices”, Sociologica, n° 3.
  9. Weslati S., 2011, Démocratie ou guerre civile : chronologie de la révolution tunisienne, Tunis, Nirvana.

• Glossaire

Bab : porte. Dans notre webdoc, vous rencontrerez souvent Bab Bahr (la porte de la Mer), renommée porte de France pendant les Français, et certaines portes de la Médina.

Bardo : quartier de Tunis qui prend le nom du palais royal du XVe siècle, demeure des princes Hafsides qui transférèrent sur cette colline le lieu du pouvoir de la ville de la Kasbah/Médina. Aujourd’hui, les palais du Bardo abritent le plus ancien musée national (qui date de 1888), qui est aussi le plus important du pays et qui retrace toute l’histoire de la civilisation tunisienne et de l’Assemblée constituante, née lors des élections d’octobre 2011.

Belaïd Chokri (1964-2013) : avocat tunisien et politique de gauche, militant des droits de l’homme et protagoniste de la révolution de 2011. Son assassinat, le 6 février 2013, a marqué une rupture du mouvement révolutionnaire et a provoqué de violentes manifestations et une grave crise du gouvernement. On ne connaît pas encore ses assassins et, depuis toujours, la famille et les amis accusent les extrémistes des mouvements islamiques.

Ben Alí Zine El-Abidine (1936-) : militaire et homme politique, déjà ministre de l’Intérieur et président du Conseil sous la présidence de Habib Bourguiba. Il a été le second président de la République de la Tunisie suite au coup d’État non sanglant du 7 novembre 1987. Son mandat, renouvelé pendant plusieurs législatures, s’est conclu le 14 janvier 2011 après 23 ans de pouvoir, lorsqu’il a été « chassé » par la Révolution du Jasmin.

Bourguiba Habib (1903-2000) : homme politique d’orientation progressiste, leader de la lutte pour l’indépendance, fondateur de la Tunisie moderne et premier président de la République, dont le mandat a duré du 25 juillet 1957 au 7 novembre 1987 sans interruption. Il a prononcé un discours sur la laïcité en plein Ramadan qu’il l’a rendu célèbre.

Chéchia : bonnet typique en laine trempée, traditionnellement de couleur bordeaux, porté par les gentlemen tunisiens. La Médina de Tunis comprend un souk des chéchias, où l’on trouve les producteurs traditionnels de ce couvre-chef, qui comptait à une époque parmi les produits d’exportation de pointe de l’économie nationale vers l’Afrique du Nord et le Moyen-Orient.

Ennahda (ou Parti de la Renaissance) : parti politique religieux qui a remporté les premières élections de l’après-révolution de 2011 (avec 89 sièges sur 217 à l’assemblée constituante et la majorité dans les différents gouvernements qui se sont succédé jusqu’en novembre 2013). Né des cendres du Mouvement de la tendance islamique (MTI) du début des années 1980 et interdit durant le règne de Ben Ali, ce mouvement professe une « voie tunisienne vers l’islamisme » qui mélange multipartisme, libéralisme économique et valeurs islamiques.

Front populaire : coalition politique qui se bat pour la réalisation des objectifs de la Révolution, et qui regroupe 12 partis et associations de gauche, en plus de nombreux intellectuels. Il a été fondé en 2012 pour pallier la fragmentation de la gauche du pays.

La Goulette : quartier de Tunis et avant-poste défensif historique sur la mer (à 10 km du centre-ville), qui s’est développé à la moitié du XIXe siècle grâce à l’émigration sicilienne et maltaise . Ce quartier a été pendant longtemps le lieu symbolique du multiculturalisme de la ville avec une forte présence d’Espagnols, de Français et de différentes religions cohabitant sur le territoire. C’est aujourd’hui à nouveau un quartier à majorité tunisienne et musulmane depuis la confiscation des biens aux étrangers, décrétée par Bourguiba en 1964.

Hurriyya : Liberté. Un des mots d’ordre de la révolution.

Nidaa Tounes (Appel de la Tunisie) : parti d’orientation centriste et libérale, fondé en 2012 par Béji Caïd Essebsi, qui siège à l’assemblée constituante avec environ 20 % des consentements. Il est accusé de reprendre l’héritage du RCD.

PSD Parti socialiste destourien : le Parti socialiste destourien (ou constitutionnel) est fondé en 1963 comme parti unique d’inspiration socialiste, successeur du Néo-Destour qui avait guidé la lutte pour l’indépendance du pays avec Habib Bourguiba.

RCD Rassemblement constitutionnel démocratique : parti politique fondé par Ben Ali pour succéder au PSD après le coup d’État de 1987. Il a été membre de l’Internationale socialiste et a été dissous en 2011 après la révolution. Ses militants étaient appelés « Errecidiste ».

Salafiti : la « salafiyya » ou salafisme est une école de pensée sunnite qui prend le nom du mot arabe salaf al-salihin (« les prédécesseurs ») qui désigne les trois premières générations de musulmans, considérés comme des modèles exemplaires de la vertu religieuse. Bien que les premiers salafistes furent considérés comme des « réformistes islamiques », le mouvement salafiste qui s’était affirmé au début du XXe siècle depuis l’Égypte voulait recréer les conditions pour faire vivre et agir le prophète Mahomet et ses fidèles compagnes. D’une façon générale, il est considéré comme synonyme du wahhabisme qui désigne, lui, des courants réformateurs de l’islam politique, associés aujourd’hui par exemple en Arabie Saoudite à des comportements conservateurs dans le domaine sociopolitique.

TGM : ligne ferroviaire suburbaine qui relie le centre de Tunis aux banlieues du bord de mer, La Goulette et La Marsa (d’où le sigle TGM), empruntée par des centaines de milliers de pendulaires tous les jours.

Thawra : Révolution. Avec le mot Liberté, c’est le mot le plus utilisé pour définir la révolution tunisienne et pour en parler.

UGTT Union générale tunisienne du travail : principal syndicat du pays, fondé en 1946. Il a toujours été l’allié des partis au pouvoir, d’abord celui de Bourguiba, puis celui de Ben Ali, tout en représentant, à différents moments, l’unique opposition au régime (surtout depuis 2008).


AU-DELÀ | À LIRE

Non-representational Tunis ?
Espace, lieux, pratiques

au_dela

par Francesca Governa