Publication finale

Nora Semmoud & Pierre Signoles (dir.), 2020, Exister et résister dans les marges urbaines. Villes du Bassin méditerranéen, Éditions de l’Université de Bruxelles, collection « Territoires, Environnement, Sociétés », 320 p., ISBN : 978-2-8004-1749-3

Auteurs
• Chapitre 1 : R. Cattedra, M. Idrissi Janati & M. Memoli
• Chapitre 2 : A. Madoeuf,  N. Semmoud & F. Troin
• Chapitre 3 : M. Safar Zitoun & N. Semmoud
• Chapitre 4 : G. Erdi, B. Florin & R. Stadnicki
• Chapitre 5 : A. Iraki, O. Legros & F. Maccaglia

Ouvrage essentiel pour celles et ceux qui questionnent la dimension politique du creusement des inégalités sociales et spatiales. Basé sur un travail de terrain approfondi, il livre une analyse fine des mécanismes de marginalisation, de leurs effets et des résistances des habitants, dans des quartiers populaires de villes du Bassin méditerranéen.
Au Sud comme au Nord, la mondialisation induit une mise aux
normes des villes plus ou moins inspirée de logiques néolibérales
qui exacerbent et complexifient les inégalités socio-spatiales dont ce
livre rend compte. Les analyses portent sur des quartiers populaires,
directement ou indirectement confrontés aux transformations
urbaines dans plusieurs villes du bassin méditerranéen. L’ouvrage
décrypte d’abord les rapports de forces que révèlent les représentations et la stigmatisation qui participent de la construction de ces territoires. Ensuite, ces derniers apparaissent plus que jamais comme de véritables territoires-ressources édifiés autour des réseaux de sociabilités et des constructions identitaires et mémorielles. Ils sont souvent en tension entre déstructuration et cohésion, sous l’effet de politiques qui se préoccupent plus de valorisation foncière que de l’intégration des populations. Divers socialement, traversés par des conflits et espaces de mobilités et migrations, ils représentent néanmoins un lieu d’ancrage et d’appartenance à un « nous », un groupe de reconnaissance partageant les conditions d’existence propres à ce territoire et l’intérêt à agir pour revendiquer le droit aux services et à la reconnaissance. Enfin, les résistances des populations pèsent sur les rapports avec les pouvoirs publics et participent d’une construction identitaire où s’affirment les capacités individuelles et collectives favorables à l’autonomie et au pouvoir d’agir.

Voir en ligne : http://www.editions-ulb.be/fr/book/?gcoi=74530100658650

Commander : https://shop.pub-ulb.be/cart/show/3718924

Photo de couverture de l’ouvrage :
Nihad El Bari (13 ans), collège Allal Ben Abdallah (Blida), Fès 2015



Citer ce billet
Florence Troin (2021, 8 mars). Publication finale. Marges & Villes. Consulté le 26 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/r8p2

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.