Alger


1. Les dynamiques d’urbanisation
dans l’agglomération algéroise

1.1. Évolution de la structure morphologique :
contraintes du site et diversité des tissus urbains

La création de la ville d’Alger, qui remonte à l’époque punique, son développement urbain ultérieur comme petite bourgade romaine, son essor comme capitale de la Régence d’Alger sous le pouvoir ottoman à partir de 1516, son érection comme capitale de la nouvelle colonie française après la conquête de 1830, s’expliquent par la qualité de son site portuaire qui, adossé au massif de Bouzaréah culminant à 500 m d’altitude, abrite la baie des vents dominants d’ouest. Ce site géographique exceptionnel a constitué cependant, depuis les l’époque moderne jusqu’à nos jours, une des contraintes principales à l’expansion et au fonctionnement urbains.

• Contraintes physiques : barrière montagneuse à l’ouest,
ouverture vers la plaine de la Mitidja à l’est

La contrainte orographique montre que les deux zones « hyper-centre » et « centre-ville » constituent l’essentiel du tissu urbain à forte densité de peuplement. Ces espaces centraux se sont développés dans l’entonnoir formé à son sommet par la limite ouest de l’ancienne médina, la Casbah, en l’occurrence le quartier de Bab El Oued, et à sa base par le glacis qui s’ouvre sur la plaine de la Mitidja à partir de Hussein Dey.

Le noyau urbain originel, adossé au piémont du massif de Bouzaréah, est situé entre deux ravines étroites creusées par les deux oueds Kniss et Mkessel dévalant les pentes abruptes du massif. Ces ravines ont dessiné la forme du noyau urbain en triangle dont la base était constituée par l’ancien port.

Beaucoup plus tournée vers la mer que vers l’arrière-pays dont elle tirait ses ressources fiscales et vivrières, cette ville originelle avait développé un réseau de voies de communications à partir des chemins muletiers, tracés sur les crêtes dans la partie accidentée du Sahel algérois, et de quelques voies plus larges contournant les reliefs en direction de la Mitidja et de la ville de Blida.

Les premiers réseaux de voie ferrée et de routes carrossables, aménagés quelques années après la conquête française, confirmeront ce principe organisateur : les voies de chemin de fer étroites, qui desservaient l’arrière-pays algérois dans un rayon de 50 km, seront rapidement désaffectées au profit de la voie large qui contournait le massif de Bouzaréah, au même titre que les routes nationales 1, 5 et 8 desservant l’Est du pays. La route nationale 11, desservant les zones ouest de la corniche algéroise, avec la voie ferrée étroite la longeant, vite déclassée et désaffectée dans les années 1930, se distinguait par rapport aux autres routes menant vers l’est et le sud par un trafic de villégiature et de desserte des petites bourgades portuaires côtières.

• Des tissus urbains centraux hétérogènes
et à accessibilité réduite

Aux contraintes géographiques du site se rajoutent celles induites par l’extrême densification des tissus urbains dans les quartiers centraux, du fait de la fièvre immobilière spéculative que connut la ville d’Alger dans les années cinquante. Le centre-ville historique, déjà occupé par la vieille médina, ou Casbah – véritable corps urbain, compact et impénétrable, que les démolitions et percées réalisées sur une période de vingt années après la conquête coloniale permirent d’articuler au reste du tissu urbain colonial –, fut le théâtre d’un processus de densification qui atteignit son summum à la veille de l’indépendance. L’extension de la ville, à partir du noyau central colonial édifié à la fin du XIXe siècle sur la partie basse jouxtant le port, se réalisa progressivement, par l’intégration des communes de Mustapha (1904), Hussein Dey (1930) et El Harrach (1950) situées sur la bande côtière orientale. Il y a donc eu un phénomène de remplissage très dense de la partie centrale de l’agglomération et des zones de moindre pente, notamment pendant les années 1950. Les quartiers situés sur les hauteurs d’Alger (El Biar, Kouba, Bir Mourad Rais) étant déjà occupés par un habitat de faible densité (villas et pavillons), abritant la bourgeoisie européenne, et plutôt mal desservi par les grandes voies de circulation, conduisirent la ville à se déployer encore plus vers sa partie orientale, plane et plus facile d’accès.

Les différents choix d’urbanisme « fonctionnaliste », qui se succédèrent de 1931 (Plan directeur d’urbanisme dit Plan Danger-Prost-Rotival) à 1959 (Plan de Constantine et ses dérivés algérois), eurent pour effet de confirmer d’une part, l’orientation industrielle couplée de l’habitat collectif dans la zone est et d’autre part, la vocation d’habitat pavillonnaire sur les hauteurs, en particulier autour des petits centres de colonisation, tels qu’El Biar, Kouba, Chéraga, Bir Mandreis et autres Birkhadem, devenus les nouvelles portes d’entrée à la ville, avec déjà des goulots d’étranglement à la circulation routière à la veille de l’indépendance. Le Plan de Constantine de 1959 contribua à cet égard à la spécialisation fonctionnelle de la périphérie est d’Alger à vocation industrielle fortement volontariste (communes de Rouiba, Reghaïa). Ce plan de 1959 participa aussi l’essaimage, dans toute l’agglomération d’Alger, des premiers grands ensembles d’habitat collectif, avec une prédilection là aussi pour la banlieue est qui offrait plus d’espaces dégagés.

C’est cette orientation en faveur de l’habitat collectif qui fut poursuivie avec beaucoup de constance durant toute la période post-Indépendance 1966-1987, avec l’érection des grandes ZHUN (Zones d’habitat urbain nouvelles) dans toute la zone de jonction entre la zone d’activité industrielle de Rouiba-Reghaïa et El Harrach, à savoir les communes actuelles de Bab Ezzouar, Dar El Beida, El Magharia, Bachdjarrah, etc., issues du découpage territorial de 1984 qui ne fit que confirmer le basculement de la centralité démographique de l’agglomération vers l’est.

Cette forme de développement urbain présentant tantôt des continuités, avec des tissus urbains homogènes tels que sur l’axe « Centre-ville-Est de l’agglomération », tantôt des discontinuités et ruptures, comme celles observées sur les axes « Centre-ville-Sud » et « Centre-ville-Ouest », avec des espaces urbains formés par intégration progressive des petits centres coloniaux et des villages périphériques situés sur les hauteurs de la ville, contribue à structurer les mobilités résidentielle et de travail dans l’agglomération d’Alger.

1.2. Dynamiques récentes d’urbanisation : étalement urbain, fragmentation des tissus urbains, « archipélisation »

Les dynamiques d’urbanisation récentes, telles que le présentent les photographies satellites prises à treize années d’intervalle en 1987 et 2000, montrent que la tache urbaine (en rouge) s’est étendue et élargie, progressant essentiellement dans les communes de l’Est et du Sud de l’agglomération et à partir de trois axes de communication [1], ainsi qu’en direction de la zone sahélienne à l’ouest (Dely-Brahim, Chéraga) et en direction des petits centres secondaires d’El Achour, Draria et Baba Hassen sur les reliefs sahéliens du sud-ouest. On note également le processus de remplissage des communes de Mohammadia et Bordj El Kiffan qui s’étendent le long de la côte est de la baie d’Alger.

Alors que les conditions favorables d’accessibilité par les grandes voies de circulation ont contribué à favoriser l’urbanisme linéaire le long de ces axes dans la partie orientale de l’agglomération, ce sont plutôt les disponibilités foncières qui ont été à l’origine de la croissance rapide des îlots d’urbanisation que sont Chéraga, Draria et Baba Hassen au sud-ouest. La construction de la rocade de contournement du tissu urbain central dense Ben Aknoun-Dar El Beida, opérée au début des années 1980, a contribué également à favoriser l’accessibilité et partant l’urbanisation du versant sud de cette voie rapide. De voie de contournement périphérique, elle est devenue en l’espace d’une quinzaine d’années une véritable artère médiane, divisant l’espace urbanisé en deux parties relativement équivalentes en termes de poids démographique :
– en juin 1987, cette rocade divisait les 139,6 km² de superficie urbanisée de la ville d’Alger en parts inégales : les 3/4 sur son versant nord et un quart seulement pour son versant sud ;
– en 2000, cette rocade divisait les 229,12 km² de superficie urbanisée en parts relativement équivalentes : 54,3 % pour le versant nord et 45,7 % pour le versant sud ;
– en 2008, plus de 60 % des 313 km² de la superficie urbanisée se situe désormais sur le versant sud de cette rocade de « contournement ». Les mêmes tendances fortes de 3,99 % de progression annuelle des superficies urbanisées, taux supérieur au taux de croissance démographique de 1,5 % observé durant la période 1987-2008, conduisent donc à un renversement des équilibres antérieurs.

On notera donc que la superficie urbanisée de la wilaya d’Alger a été multipliée par trois entre 1987 et 2008, faisant basculer son centre de gravité circulatoire de près de 3 km vers l’intérieur des terres, au delà de la ligne de crêtes qui avait contenu son extension spatiale vers le sud jusqu’aux années 1990.

Les conditions et les formes fragmentées de cette urbanisation, la situation d’archipélisation qu’elle a produit, du fait de la mauvaise articulation des nombreux centres secondaires qu’elle a suscité dans son développement, créent des situations d’encombrement aux portes d’entrée des quartiers centraux qui demeurent les principaux gisements d’emplois à l’échelle de l’ensemble de l’agglomération.

Ce puissant déplacement de direction du front urbain se réalise de manière plus extensive qu’au cours des années précédentes :
– es surfaces bâties passent de 53,54 m² par personne en 1987 à 64,73 m² en 2000 [2]. Cette évolution correspond à l’explosion de l’habitat particulier individuel dans les nouvelles périphéries, à la suite du déverrouillage du marché foncier, après l’adoption de nouvelles lois foncières libérales à partir de 1990 ;
– le processus de desserrement résidentiel qui s’était amorcé dans les années 1980 au niveau des quartiers centraux se confirme et s’accentue. Le recensement de 2008 révèle cependant des situations contrastées selon les quatre zones d’analyse retenues.


2.  Les dynamiques de peuplement
et de croissance urbaine depuis 1987

2.1. La croissance démographique :
caractéristiques et évolutions

• La croissance urbaine

Au recensement de 2008, la population de la wilaya d’Alger comptait 2 947 446 habitants dans un territoire d’une superficie de 809,22 km².

La wilaya d’Alger comporte 57 communes regroupées en 13 circonscriptions administratives issues du découpage administratif du 2 août 1997 ayant intégré à la wilaya des circonscriptions administratives (communes) relevant antérieurement des wilayas limitrophes de Tipaza, Blida et Boumerdès, caractérisées par leur très faible densité de peuplement par rapport à celles de la wilaya d’Alger.

Tableau 1. La croissance démographique de la wilaya d’Alger
entre 1966 et 2008.

Population (recensements)
1966 1977 1987 1998 2008
Hyper-centre 342 960 641 646 373 579 324 794 235 047
Centre-ville 423 748 620 041 663 064 642 572 572 179
Première couronne 206 259 361 328 568 447 804 428 1 004 764
Deuxième couronne 6 949 19 988 523 329 790 638 1 135 456
Total
wilaya d’Alger
979 916 1 463 003 2 128 419 2 562 432 2 947 446
Taux d’accroissement, en %
1966-1977 1977-1987 1987-1998 1998-2008
Hyper-centre 2,74 – 2,09 – 1,26 – 3,2
Centre-ville 3,52 0,67 – 0,28 – 1,2
Première couronne 4,64 3,21 2,4
Deuxième couronne 10,08 38,61 3,82 3,65
Total
wilaya d’Alger
3,71 3,82 1,7 1,3
Taux d’acc. algérien 3,09 2,8 2,7 1,6

Le tableau 1 montre que la population de 979 916 habitants dénombrée au recensement de 1966 (dont 894 390 résidaient dans les 15 communes composant alors la Ville d’Alger, soit 91 % du total) s’est accrue de 1 967 530 individus, entre cette date et 2008, soit un doublement des effectifs en l’espace de 40 ans.

Toutefois, cette croissance s’est déployée selon des taux différents selon les périodes et s’est distribuée inégalement selon les zones d’analyse retenues. À l’échelle de la wilaya, les taux de croissance forts et soutenus observés dans les périodes 1966-1977 et 1977-1987, soit 3,71 % et 3,82 % par an, baissent de manière significative entre 1998 et 2008, atteignant 1,7 % et 1,3 % par an entre 1987-1998 et entre 1998-2008, traduisant l’effet de facteurs pas uniquement démographiques. Si les taux élevés observés dans les deux premières périodes, en dessus des taux de croissance naturelle d’environ 3 % traduisent un mouvement d’installation dans la wilaya d’Alger de populations habitant en dehors de la wilaya, ceux observés dans les deux dernières périodes, en dessous des taux de croissance naturelle de 2,7 % et de 1,6 % montrent un solde démographique négatif ou, du moins, un processus d’installation résidentielle d’une partie des habitants originaires de la wilaya d’Alger en dehors des limites de cette wilaya.

Cette croissance générale faible s’exprime cependant différemment selon les zones de la wilaya :
– l’hyper-centre, composé des quatre communes centrales les plus densément peuplées de la wilaya, connaît un taux de croissance négatif à partir des années 1980 ;
– ce mouvement de décroissance est relayé dix années plus tard par les 11 communes composant le centre-ville ;
– les taux de croissance des deux couronnes périphériques, après avoir connu des niveaux très élevés, commencent à fléchir à partir de 1998, tout en se situant toutefois bien au dessus du croît naturel.

Le mouvement de desserrement des quartiers centraux, amorcé dans les années 1980, s’est donc propagé progressivement vers les périphéries, connaissant une accélération à partir du début des années 1990.

Les données à l’échelle de l’ensemble de l’aire métropolitaine algéroise (wilayas d’Alger, de Blida, Tipaza et Boumerdès) montrent un vigoureux mouvement d’urbanisation dans l’arrière-pays algérois [3]. De plus, on a assisté à la multiplication du nombre d’agglomérations urbaines – selon la définition de l’ONS [4] – dans cette aire géographique, qui passent de 22 en 1987 à 90 en 1998, confirmant en cela le redéploiement hors wilaya d’Alger d’une partie de la population de cette wilaya.

• Les densités

Ce mouvement de desserrement résidentiel vers la périphérie a eu pour conséquence directe un processus de dédensification des espaces centraux de l’agglomération algéroise (zones hyper-centre et centre-ville).

Tableau 2. Densités par zones, en nb. d’hab./km2.

1987

1998

2008

Hyper-centre

60 985

46 495

33 695

Centre-ville

17 002

18 928

15 924

Première couronne

4 657

8 571

7 235

Deuxième couronne

1 162

1 723

2 587

Total Alger

2 892

3 326

3 826

Les données des recensements montrent bien un accroissement général de la densité de population, passant de 2 892 hab./km² en 1987 à 3 825,9 hab./km² en 2008, mais cette moyenne cache deux tendances contraires :
– une baisse très forte pour l’hyper-centre et un peu moins accentuée pour le centre-ville qui demeurent néanmoins les zones où les densités demeurent les plus fortes ;
– un doublement de la densité pour la première couronne entre 1987 et 1998, suivie d’un repli en 2008, et enfin une hausse continue des densités dans la deuxième couronne.

Les quartiers centraux connaissent ainsi un processus de report de leurs populations vers les zones périphériques, selon le même mode constaté pour les taux de croissance démographique.

On observe un maintien des caractéristiques relatives d’hyper densité des communes centrales de l’agglomération, mais également un nouveau phénomène de densification intéressant les communes côtières de l’est comme Mohammadia, Bordj El Kiffan, Bordj El Bahri, celles de la bande côtière ouest comme Aïn Benian, Hammamet jusqu’à Zeralda.

Finalement, l’analyse de la croissance démographique de la wilaya d’Alger montre à l’évidence la complexité des processus de mobilité résidentielle qui ont affecté la population algéroise depuis une vingtaine d’années.

On assiste en effet à un phénomène de redistribution de la population dans l’espace algérois. Ce phénomène, de par son ampleur, sa rapidité, son caractère non planifié et son contenu social, n’a pas eu d’équivalent dans l’histoire récente de la ville depuis l’indépendance du pays. Toutefois, ce qu’il faut souligner c’est le basculement des équilibres démographiques mais surtout sociologiques de la ville vers l’ouest. Certes, en termes de volume de populations, c’est toujours l’axe « Centre-ville-Est » qui demeure prépondérant, mais en termes de « poids social », sur le plan de l’équipement des ménages et de leur motorisation, c’est plutôt l’axe « Centre-ville-Ouest » qui a connu la plus forte expansion. Cependant, cette mutation importante dans les logiques et dynamiques résidentielles n’a pas été accompagnée d’un processus de déconcentration des activités et des emplois vers ces zones périphériques de l’agglomération.

2.2. La place de la ville d’Alger
dans l’armature urbaine nationale

La ville d’Alger reste la plus grosse agglomération du pays selon le document Armature urbaine 2008 de l’ONS. Mais le poids de sa population par rapport à la population totale mais surtout par rapport à la population urbaine totale du pays ont baissé entre 1966 et 2008. La capitale, qui hébergeait le quart (25 %) de la population urbaine du pays en 1966 n’en contenait plus que 10,5 % en 2008. Ce qui signifie que le phénomène urbain s’est largement diffusé à l’intérieur du pays, mais aussi, malgré le rythme de croissance soutenu de sa population, que la ville a perdu son caractère macrocéphale depuis l’indépendance du pays.

Signalons enfin une caractéristique importante : l’emballement du rythme d’urbanisation qu’a connu la wilaya d’Alger entre 1998 et 2008, malgré un taux de croissance démographique faible de 1,2 % en dessous de la moyenne nationale. Si le taux d’accroissement urbain moyen annuel de cette wilaya est en dessous des taux observés dans les autres régions du pays, son rythme d’urbanisation [5] observé entre 1998 et 2008 est sensiblement plus élevé que dans toutes les autres régions du pays. Ce qui traduit le phénomène de desserrement résidentiel suivi du processus d’étalement urbain dont nous avions parlé plus haut.

 2.3. La distribution spatiale de l’activité et de l’emploi :
évolutions et tendances

Alger est l’agglomération urbaine la plus peuplée du pays : avec ses 2 947 446 habitants, la wilaya d’Alger héberge 6,9 % des 34 229 692 Algériens dénombrés en 2008. Ce poids démographique relativement modeste, comparé à celui des grandes agglomérations du sud de la Méditerranée comme Le Caire, Tunis, Casablanca, n’exprime pas le poids économique, administratif et culturel considérable de la ville à l’échelle nationale. Alger héberge en effet le plus grand aéroport du pays, avec sa capacité de 12 millions de passagers/an, mais aussi le plus grand port du pays qui totalise 47 % de l’ensemble de l’activité portuaire du pays. Le port d’Alger traite en effet un volume de 500 000 containers par an, chiffre promis à une augmentation rapide dans les cinq prochaines années à venir, soit 800 000 containers/an, depuis la cession de son exploitation à l’entreprise internationale Dubaï Port World en novembre 2008 qui va y investir 700 millions de dollars[6]. Ce port souffre en effet d’un problème d’engorgement de ses capacités de stockage qui rejaillit directement sur la durée d’attente en rade qui est passée d’une moyenne de 1,21 à 1,85 jour, alors que le séjour moyen à quai est passé de 3,53 à 3,70 jours, entre 2007 et 2008 selon l’EPAL (Entreprise portuaire d’Alger) mais aussi sur l’engorgement de la voie rapide desservant le port du fait des files interminables de camions venant récupérer ces containers [7].

La ville d’Alger, c’est aussi et surtout le pôle d’emplois administratifs le plus important du pays, avec 23 % des effectifs totaux de l’administration. Elle constitue le siège des deux plus importantes universités du pays, avec une population estudiantine dépassant les 200 000 individus, mais c’est aussi la ville où se concentrent le plus grand nombre de centres de recherche et de laboratoires scientifiques du pays. Elle abrite enfin les zones d’activités industrielles et économiques les plus importantes à l’échelle nationale : quatre zones industrielles étalées sur 1 378 ha et 26 zones d’activités étalées sur 257,29 ha.

Ces fonctions de métropole nationale jouent un rôle certain dans la concentration des emplois liés aux rôles de commandement et de pouvoir politique et économique de la capitale, sans pour autant expliquer la distribution spatiale des emplois dans l’agglomération.

En effet, malgré le mouvement de délocalisation de certains sièges de ministères et d’administrations centrales – intervenu depuis 2005 et qui a concerné, entre autres, le ministère de l’Énergie ayant migré de la commune d’Alger-Centre vers la commune de Hydra, celui du ministère des Finances qui s’est déplacé d’Alger-Centre vers Ben Aknoun, la délocalisation du siège de la Sonatrach vers les hauts de Hydra –, l’essentiel des administrations centrales est resté localisé dans la zone hyper-centrale d’Alger, confirmant en cela les données collectées par l’ONS en 1998 et les résultats des différentes enquêtes menées par le BETUR [8] : ces enquêtes montrent l’excessive concentration des emplois dans le centre historique de la ville (zones Hyper-centre et Centre-ville).

• La population active 

En ce qui concerne la population active recensée en 1998 [9], quatre catégories de communes peuvent être dégagées, au regard du critère de densité d’actifs au km² (qu’il ne faut pas confondre avec le nombre d’emplois au km²) :
– un premier groupe de 4 communes (Bab El Oued, La Casbah, Sidi M’Hamed et Bachdjarrah) dépassait le chiffre de 10 000 actifs /km² ;
– un deuxième groupe de 6 communes (Hamma, El Annassers, Alger-Centre, Bourouba, El Madania et Oued Koriche) se situait dans la catégorie des 7 000 à 10 000 actifs/km² ;
– un troisième groupe de 4 communes (Bologhine, El Magharia, El Mouradia et El Biar) se situait dans la troisième catégorie, entre 5 000 et 7 000 actifs/km² ;
– le reste des communes ne dépasse pas le seuil inférieur.

Le point commun de l’ensemble de ces 14 communes ayant plus de 5 000 actifs/km2 réside dans le fait qu’elles appartiennent toutes aux deux zones centrales les plus fortement denses, l’hyper centre et le centre-ville. Toutefois, une analyse plus fine montre un point de divergence qui s’exprime par deux configurations socioprofessionnelles différentes :
– des communes qui constituent ce que d’aucuns ont appelé la « ceinture ouvrière » de la capitale : Bourouba, Oued Koriche, Bab El Oued, Bachdjarrah, El Magharia ;
– des communes à composante sociale plus mélangée comme Alger-Centre, Bologhine, El Mouradia, El Madania et El Biar.

Cependant, on ne dispose pas de renseignement sur la sédentarité des emplois occupés par ces actifs. En effet, les actifs peuvent occuper des emplois dans leur commune de résidence ou bien exercer leurs activités dans d’autres communes de l’agglomération. Néanmoins, les travaux réalisés par le BETUR apportent des éclairages plus précis, notamment pour ce qui a trait aux densités d’emploi dans les différentes circonscriptions.

• Les emplois 

Les dernières données sur l’emploi fournies par le BETUR pour l’année 2004 établissent un taux de croissance de 5 % des emplois entre 2002 et 2004 pour l’ensemble de l’agglomération. Partant d’un volume de 760 000 emplois dénombrés par l’ONS en 1998, qui se divisaient en 250 000 emplois dans le secondaire et 500 000 dans le tertiaire, les compilations et estimations réalisées par le BETUR ont établi les distributions suivantes :

Tableau 3. Distribution des emplois pour quelques communes.

Principales communes

(1)
Emplois/Pop. 2004

(2)
Emplois/km²

(3)
Emplois/Actifs

 

(4)
Emplois
tertiaires/km²

(5)
Emplois secondaires/km²

(6)
Ratio (5)/(4)

Alger-Centre

1,11

26 900

2,78

22 500

6 700

29,7 %

Bab El Oued

0,22

16 100

0,56

10 500

7 200

68,7 %

Casbah

0,65

26 000

1,7

23 600

4 700

19,9 %

Sidi M’Hamed

0,58

22 100

1,5

17 000

7 100

41,7 %

Belouizdad

0,52

13 300

1,31

9 300

6 100

65,6 %

Hussein Dey

0,87

9 600

2,14

7 300

3 400

46,5 %

Oued Smar

1,5

4 800

4,57

700

3 400

485,7 %

Total wilaya

0,26

1 000

0,75

700

300

42,8 %

Sources : ONS, compilations BETUR et auteurs.

Ce tableau permet de lire, entre autres constats, les vocations secondaires ou tertiaires des différentes communes et, à travers le ratio « nombre d’emplois par actif », le caractère centrifuge ou centripète en matière d’emploi des communes. À cet égard, trois exemples ressortent nettement :
– la commune d’Alger-Centre, à vocation essentiellement tertiaire, qui propose plus d’emplois qu’elle ne dispose d’actifs dans sa population (2,78 emplois par actif) ;
– la commune de Oued Smar, où se situe la plus grande zone d’activités industrielles de la wilaya, qui offre 4,57 emplois par actif (1re position devant Alger centre) ;
– la commune de Bab El Oued, nettement déficitaire en termes d’emplois, qui exporte sa population active à l’extérieur de ses limites administratives.

De manière générale, les communes de l’hyper centre et du centre-ville, hormis cette exception « centrale » de Bab El Oued, sont attractives et plutôt réceptrices qu’émettrices d’actifs provenant des autres communes.

Tableau 4. Densités d’actifs et d’emplois
pour les principales communes de la wilaya d’Alger.

(1)
Population 2004

(2)
Emplois 2004

(3) Population 2004/km²

(4)
Population active/km²

(5)
Emplois 2004/km²

(6)
Différence
(5)-(4)

Alger-Centre

89 998

99 800

24 239

9 665

26 879

+ 17 214

Bab El Oued

84 794

19 053

71 478

28 575

16 061

– 12 514

Casbah

45 076

29 310

39 951

15 306

25 997

+ 10 961

Sidi M’hamed

81 904

47 875

37 889

14 762

22 147

+ 7 385

Bachdjerrah

80 272

15 572

23 941

8 642

4 644

– 3 998

Belouizdad

54 384

28 547

25 390

10 141

13 327

+ 3 186

Bir Mourad Raïs

44 864

17 313

10 538

4 052

4 067

+ 15

Bourouba

74 500

13 949

20 855

7 551

3 905

– 3 646

El Biar

48 423

13 122

11 538

4 747

3 127

– 1 620

El Madania

46 747

7 381

21 707

8 214

3 427

– 4 787

El Magharia

32 138

9 073

20 558

7 547

5 804

– 1 743

El Mouradia

27 590

13 663

14 404

5 578

7 133

+ 1 555

Hussein Dey

45 456

40 556

10 982

4 483

9 587

– 1 803

Kouba

115 191

23 698

11 452

4 159

2 356

– 1 803

Oued Koriche

50 594

8 600

20 712

8 175

3 521

– 4 654

Sources : ONS, compilations BETUR et auteurs.

Le solde positif ou négatif des communes en matière d’emploi permet de construire le graphe ci-dessous, avec deux catégories de communes nettement différenciées :
– la première catégorie de communes affiche un solde positif. Les communes de l’hyper centre comme La Casbah, Sidi M’Hamed, Alger-Centre, Belouizdad et El Mouradia sont toutes situées dans l’ancien centre colonial hyper dense, fournissant essentiellement des emplois de type tertiaire supérieur ou tertiaire commercial ;
– la deuxième catégorie de communes, à composante sociale plus « populaire », sinon « ouvrière », comme Bab El Oued, Bachdjarrah, Bourouba, El Magharia, El Madania, Oued Koriche, etc. Ces communes se situent dans la première couronne d’habitat collectif ou colonial dégradé et elles ont le plus pâti, durant la période 1990-1998, du processus de désindustrialisation qui a frappé la ville, notamment dans le secteur public.

Si le gisement principal d’emplois se situe essentiellement dans les zones Hyper centre et Centre-ville, on constate :
– l’amorce d’un phénomène de migration des emplois vers les communes qui longent la côte algéroise vers l’Est, sorte de sous produit de la forte urbanisation illicite observée dans ce secteur de la ville ;
– un phénomène de migrations d’emplois du tertiaire supérieur vers les communes des hauteurs où se sont développés, ces dix dernières années, des pôles commerciaux et de services induits par les retombées de l’urbanisation « basse densité » ayant affecté ces quartiers.

Toutefois, à travers la comparaison entre d’une carte prismatique des densités d’emploi et d’une carte prismatique présentant les densités de peuplement, on relève l’existence de très forts contrastes entre les pôles de forte densité résidentielle observés dans la partie orientale de l’agglomération et le caractère somme toute modeste des densités d’emplois dans cette zone. La même remarque est valable pour les communes situées dans les secteurs ouest et sud de l’agglomération ; la première couronne présente des faibles densités d’emploi, en tout cas sans commune mesure avec les concentrations résidentielles dans cette zone.

L’étalement urbain observé entre 1998 et 2008 a donc été essentiellement porté par un mouvement de desserrement résidentiel du centre vers la périphérie, mais sans contrepartie égale en matière de création d’emplois dans ces nouvelles périphéries.

L’activité économique et sociale de la ville d’Alger est restée excessivement concentrée dans les zones centrales qui ont été le théâtre, au gré des migrations résidentielles favorisées par l’installation des catégories socioprofessionnelles aisées et moyennes dans les quartiers périphériques d’habitat individuel, d’un phénomène de reconversion des locaux d’habitation en locaux professionnels.

Le centre-ville a perdu une partie de ses résidents les mieux lotis économiquement au profit de nouveaux usagers professionnels (commerçants, professions libérales, employés de sociétés privées, etc.), à activités essentiellement diurnes, qui viennent travailler la journée pour repartir le soir venu, augmentant en cela les déplacements pendulaires quotidiens du centre vers la périphérie.

• L’évolution des emplois, situation actuelle et perspectives

L’indisponibilité des données sur l’emploi issues du dernier recensement de 2008 ne permet pas de saisir les évolutions chiffrées depuis 2005, évolutions dont une grande part découle des retombées urbanistiques directes de l’emballement, essentiellement spéculatif, du marché foncier et immobilier dans la première et deuxième couronne de l’agglomération.

Toutefois, des travaux universitaires réalisés sur des secteurs d’urbanisation récente permettent d’avoir une idée sur les dynamiques de création d’emploi en cours, essentiellement dans le commerce, dans les communes de Dar El Beida (quartier informel du Hamiz), Cheraga, Draria et autres espaces situés sur ce front d’urbanisation. Ces dynamiques sont, dans leur grande majorité, liées aux formes d’habitat dans ces périphéries : des maisons individuelles de plusieurs étages dont le rez-de-chaussée abrite des garages rapidement transformés, souvent avant même l’achèvement des travaux, en locaux commerciaux abritant des commerces de détail et autres activités créatrices d’emplois. Dans la commune de Hydra par exemple, le quartier du Val d’Hydra a vu la création, entre 2005 et 2008, de 600 emplois[10] dans les secteurs du commerce et des services : ce chiffre est bien au-delà de l’estimation – réalisée à partir des taux enregistrés entre 1998 et 2004 et fournie par les ALEM – de 200 emplois créés dans la commune. Notons que les ALEM n’enregistrent que les demandes et offres d’emploi « formels », émanant d’entreprises ayant pignon sur rue et dûment enregistrés.

Les estimations réalisées à partir d’extrapolations calculées par le Bureau d’études des transports urbains (BETUR) sur la base de données fournies jusqu’en 2004 par l’ONS et l’ANEM, qui ne prend en ligne de compte que les offres d’emploi « formels » enregistrés par ses services locaux (ALEM), ne prévoient un renversement de la courbe de croissance des emplois en faveur de la deuxième couronne que vers 2010 au plus tôt, alors qu’il est davantage plausible que ce renversement se soit déjà réalisé, si on inclut aux chiffres officiels l’ensemble des emplois de type informel. En effet, l’informel regroupe outre les 28 % évalués dans le secteur de la construction et de l’habitat, des milliers d’autres emplois familiaux et de proximité non enregistrés par les canaux administratifs officiels.

Ainsi, lorsqu’on tient compte des emplois induits directement par les formes d’installation résidentielle combinant le logement et la création de locaux commerciaux, on peut estimer que les volumes absolus d’emplois existants dans les première et deuxième couronnes ont dépassé, dès 2007, les volumes constatés dans les deux zones centrales de l’agglomération.

Le centre de gravité de l’activité économique, au même titre que son centre de gravité démographique, a donc sensiblement progressé des communes côtières vers les communes davantage périphériques, malgré le maintien de caractéristiques fortes de concentration des activités « formelles », essentiellement administratives, dans la zone centrale de l’agglomération.

Un exercice de prospective, tenant compte d’une part, des programmes d’investissement – industriel, immobilier, commercial – en cours et d’autre part, des perspectives de création d’emplois dans la ville nouvelle de Sidi Abdallah, permet de dresser la carte prismatique suivante qui renseigne sur la configuration des densités d’emploi de la wilaya d’Alger à l’horizon 2020.

3.3. Caractéristiques des installations résidentielles :
la périphérisation des couches moyennes
et des populations bidonvilloises

• La déportation en périphérie des couches moyennes

Ce processus de densification des communes périphériques traduit aussi des changements significatifs en termes de type d’habitat, de statuts juridiques du foncier et de contenus sociaux, ayant un impact direct sur les mobilités urbaines. En effet, le mouvement de déplacement des populations originaires des quartiers centraux ne semble pas s’être réalisé selon des conditions de respect des règles de planification urbaine au double plan de la légalité des installations et de leur conformité aux règles d’urbanisme (POS). À partir des données fournies par le MUCH, on constate l’importance de l’habitat dit illicite par rapport au total des constructions réalisées durant la période 1990-2002 dans les différentes communes algéroises. On relève la concentration de ce type d’habitat, composé essentiellement de maisons individuelles, dans les communes de l’Est algérois (Dar El Beïda, Bordj El Kiffan, Bordj El Bahri, Heuraoua), mais aussi dans la ceinture des communes « ouvrières » du sud (Baraki, Les Eucalyptus) avec un débordement vers les communes sahéliennes de Birkhadem, Draria, El Achour et Baba Hassen.

Entre 1992 et 1997, lors de l’épisode de remplacement des municipalités élues par les Délégations Exécutives Communales, les lotissements non viabilisés, bâtis sans permis de lotir et de construire, ont attiré des catégories de populations socialement diversifiées. Ils ont posé dans le passé et posent encore aujourd’hui de gros problèmes de viabilisation et de calibrage de leurs chaussées, réalisées souvent en dépit des normes techniques. Drainant des populations dont le taux de motorisation est élevé, ces constructions « illicites » – dont le nombre s’élevait à près de 59 000 unités selon le MUCH –, réalisées dans des lotissements et enclaves souvent en retrait par rapport aux grandes voies de circulation et mal desservies en transports en commun publics, ont injecté dans le réseau de voirie existante en périphérie, un surcroît de véhicules et un accroissement considérable des déplacements.

Il existe également un phénomène nouveau, apparu à partir de 1995 : le déploiement de l’habitat collectif dans les communes de l’ouest, situées dans la première couronne périphérique, épargnées jusque-là par ce type d’habitat haute densité. Les évolutions observées durant la dernière période intercensitaire 1998-2008 confirment d’ailleurs ce redéploiement de l’habitat collectif social à initiative publique dans des communes où dominait jusqu’alors l’habitat individuel. Les chiffres fournis par la direction du logement montrent un renversement net de tendance, tout en maintenant la dominante d’habitat individuel faible densité. C’est cependant au niveau des choix des sites d’implantation de programmes de location-vente (dits programmes AADL), destinés aux couches moyennes, que se situe l’innovation principale en termes d’accentuation du phénomène de déplacement de ces couches sociales vers la périphérie. Sur les 25 400 familles inscrites à ce programme, près de 60 % seront affectées dans des immeubles construits dans la deuxième couronne ; ces familles proviennent principalement des zones Hyper-centre et Centre-ville (55,2 %).

À terme, une fois le programme AADL achevé [11], on assistera à un fort mouvement de migration des couches sociales supérieures et moyennes – qui ont un taux de motorisation plus élevé que la moyenne des ménages algérois – dans la deuxième couronne, notamment dans sa partie occidentale (El Achour, Draria, Douéra, etc.) qui pose des problèmes de saturation des capacités de charge des voies de circulation routière.

• La marginalité bidonvilloise : une histoire ancienne

La marginalité sociale et urbaine se pose en des termes particuliers en Algérie et à Alger, sa capitale. Tout d’abord, le phénomène de l’habitat précaire n’est pas récent. Dans leur étude de 1954, Descloîtres et Reverdy – dans leur ouvrage L’Algérie des bidonvilles – avaient  mis en exergue l’explosion des constructions de baraques à partir de la fin de la Seconde Guerre mondiale, surtout dans les grandes villes du nord. Ces sites de baraquements précaires contenaient, à l’exemple d’Alger, près de 50 % de la population dite « musulmane », c’est-à-dire les autochtones non-européens. Une véritable ceinture de bidonvilles, à la marge de la cité, incluant des populations doublement marginalisées : socialement et ethniquement s’était constituée dans les zones et replis de la campagne algéroise. Les plus gros d’entre eux (Gorias) étaient situés sur les bords de l’Oued El Harrach.

À l’Indépendance du pays en 1962, la géographie des bidonvilles connut de profonds changements : les populations bidonvilloises quittèrent ces derniers pour s’installer dans les quartiers « musulmans » en dur mitoyens ou les quartiers européens de meilleure qualité. On assista à une rémission du phénomène entre cette date et le début des années 1980 (diminution du nombre de baraques et de la population bidonvilloise), mais suite à une vigoureuse poussée de l’exode rural vers la capitale à partir de cette date, les sites anciens rapidement saturés connurent des extensions et de nouveaux sites se créèrent, hébergeant des populations pauvres d’origine essentiellement rurale.

Le tableau 10 montre l’accroissement du phénomène aux différents recensements décennaux de la population. On y relève un accroissement de la population, mais également une dissémination des sites à travers l’ensemble des quartiers algérois. On observe également durant cette période, l’inclusion progressive dans le tissu urbain de ces sites qui perdent leur caractère périphérique, en marge de la cité pour se transformer en véritables points de fixation de l’habitat précaire au centre même de la cité.

Enfin, les enquêtes réalisées dans les années 1990 montrent une modification de la structure socio-économique et de l’origine géographique des habitants des bidonvilles : ces derniers n’hébergent plus seulement des catégories sociales démunies, mais une part de plus en plus important de petits fonctionnaires, artisans et ouvriers disposant de revenus réguliers et en grande partie natifs de la ville d’Alger même.

La crise du logement (parc immobilier destiné à la location pour les ménages de revenus modestes), mais surtout la particularité du système administré de distribution des logements faisant passer en priorité les ménages habitant dans les bidonvilles dans les différentes campagnes de relogement, expliquent cet effet de diversification sociale. Les bidonvilles ne sont plus occupés par des ménages « insolvables », ne pouvant accéder aux logements collectifs, mais des ménages solvables économiquement, et fortement insérés dans la société et l’économie locale.

L’autre caractéristique importante à signaler : le rajeunissement des populations bidonvilloises, qui s’explique par le fait que ce sont les descendants des familles relogées qui réoccupent les baraques de leurs parents ou qui érigent de nouvelles baraques, comme « tickets » gagnants d’accès au relogement par les pouvoirs publics.

Cette situation est résumée par la formule de D. Djerbal qui dit dans un article paru en 1998 que la « marge passait par le centre ».

Il y a dissémination de l’habitat précaire dans presque toutes les communes de l’agglomération algéroise. Cette réalité s’expliquant par le relâchement du contrôle de l’urbanisation par les autorités, notamment au courant de la « décennie noire » (1992 – 2002), mais aussi, depuis 2006 par l’« effet pervers » apporté par les campagnes systématiques de relogement des habitants des bidonvilles qui ont induit ce que nous appellerions, des “stratégies de précarisation” en vue du bénéfice d’un relogement.

Les données disponibles montrent en effet qu’entre 2004 et 2008, 4000 familles habitant dans les bidonvilles algérois ont été relogées, suivies entre 2009 et 2011 par plus de 11 000 autres familles, dans le cadre d’un programme quinquennal d’éradication de l’habitat précaire dans la wilaya, annoncé en 2004, devant à terme concerner 35 000 familles sur les 45 000 habitant en habitat précaire recensées en 2007.

Cette intervention massive des autorités publiques dans le cadre de l’opération d’éradication de l’habitat précaire devant toucher à terme plus de 550 000 familles à travers le territoire national, à des conditions très avantageuses (gratuité de l’accès, loyers faibles et évasion locative généralisée) a en quelque sorte aiguisé les « appétits stratégiques » des populations mal ou pas du tout logées qui délaissent les « files d’attente » officielles de logements sociaux pour la formule bidonville, beaucoup plus rapide et efficace.

3.4. Le projet de recherche : éléments principaux

• Les objectifs et questionnements scientifiques

L’équipe a pour objectif d’ensemble de développer une réflexion originale et innovante sur la manière dont les systèmes urbains algériens, et en particulier la métropole algéroise, ont contribué et contribuent encore à générer et/ou à reproduire des formes de marginalité sociales et urbaines qui leurs sont particulières. À travers un état des lieux de cette question, qui a suscité une littérature abondante dans d’autres contextes sociaux, les chercheurs versés dans le projet se proposent de vérifier une hypothèse classique : celle de la relation étroite existant entre mécanismes d’exclusion socio-économique (dues à la pauvreté, au genre, à l’appartenance à une catégorie d’âge, etc.) et les phénomènes de ségrégation et de marginalisation urbaine, mais à partir d’entrées d’analyse soulignant la spécificité des situations algérienne et algéroise.

À travers le développement d’autres hypothèses plus fines tenant compte des contextes socio-économique (politiques sociales, politiques d’habitat et autres modes d’intervention étatiques) et urbain (modes d’inscription des groupes, catégories sociales et individus dans l’espace urbain) nationaux et locaux, les différents membres de l’équipe aborderont des sujets s’inspirant de cette thématique globale.

Il s’agira d’une part de revisiter la lecture de l’évolution des politiques urbaines dans le pays et au niveau d’Alger à travers l’hypothèse qu’elles contribuent à alimenter les stratégies de précarisation et de mise en marge volontaires de certaines catégories de la population d’une part et d’analyser les pratiques de distribution informelles et clientélistes de l’urbain qui les nourrissent d’autre part.

Il s’agira aussi de s’interroger sur la manière dont certaines catégories de la population sont exclues de facto ou de jure de la ville et de ses espaces publics (femmes, jeunes, etc.) et de repérer de quelles manières ces catégories s’inscrivent dans les logiques nouvelles de construction du lien urbain dans nos grandes agglomérations.

Le but de l’exercice consiste à ancrer la réflexion sur ce qui se passe dans notre pays et dans nos villes sur les avancées les plus récentes en matière de réflexion théorique et d’analyse des faits sociaux urbains que connaît le milieu académique international. C’est donc un travail de nettoyage conceptuel et de remise à niveau que se propose cette équipe composée de chercheurs chevronnés et d’autres membres juniors préparant leurs thèses de doctorat dans le domaine des études urbaines.

Les fondements scientifiques du projet sont inspirés d’un courant novateur de travaux menés ces vingt dernières années dans le domaine des études urbaines dans le monde. Ces dernières se caractérisent principalement par leur interdisciplinarité, c’est-à-dire leur ouverture conceptuelle et méthodologique d’une part et par l’intérêt et le regard positifs qu’elles accordent aux phénomènes d’ordre micro social et micro local d’autre part.

Les travaux les plus récents dans le domaine des études urbaines montrent en effet que les barrières disciplinaires qui avaient caractérisé les analyses de l’urbain jusqu’au début des années 1980 ont largement éclaté et fait place à des approches plus intégrées dans lesquelles les différentes disciplines de l’urbain ont commencé à dialoguer et à partager leurs concepts et leurs méthodes. La sociologie urbaine s’est en effet nourrie des apports de la géographie, et les géographes ont convoqué dans leurs analyses des théories et conceptualisations forgées par les sociologues et les anthropologues de l’urbain. L’attention accordée par les chercheurs aux pratiques sociales et urbaines « ordinaires”, triviales, à l’échelle du quartier, d’espaces de vie plus petits comme les rues, les unités de voisinage et d’autres phénomènes d’ordre micro social ont effet débouché sur la consolidation d’une posture de recherche importante : celle consistant à réhabiliter les analyses par le bas (par les pratiques), au lieu et place des analyses par le haut (par les politiques).

Les acteurs « ordinaires » de l’urbanisation, leurs pratiques, leurs compétences en tant que citadins producteurs d’espaces matériels, mais aussi de sens, de substances immatérielles et symboliques, sont devenus le centre de l’analyse sociologique des faits urbains.

Dans cet esprit, l’entrée d’analyse par l’hypothèse que la marginalité urbaine est une production interactive de lien social, et non pas une situation subie, mais une forme négociée et consciente de présentation de soi aux autres est devenue une piste centrale de recherche.

Les différents membres de l’équipe travailleront sur un sujet commun : la production et la reproduction de la marginalité à travers les pratiques et les mises en situation de conflits à propos de l’usage, de l‘appropriation de l’espace, mais ils déclineront ce thème à travers des sujets particuliers comme : la place de la femme dans la cité, les stratégies de précarisation des catégories de populations insérées dans la société, le rôle du bidonville comme moyen d’affichage de la précarité résidentielle et comme tremplin au bénéfice du logement social, etc.

• Méthodologie et sites d’enquête

Il s’agit pour l’équipe d’Alger de prendre en charge en quelque sorte le problème par le gros bout de la lorgnette et non pas par le petit, c’est-à-dire de déployer une analyse de type longitudinal, ayant pour objectif de reconstituer les parcours des récits de vie et d’autres aspects encore, les parcours résidentiels et sociaux vécus par les ménages relogés. Cette reconstitution permettra à la fois de dégager les différents segments de parcours résidentiels depuis la formation des ménages, mais surtout d’essayer de trouver à partir de quel moment, et en fonction de quels types de raisonnements, mettant en balance les avantages et les inconvénients du recours ou du maintien en habitat précaire, les ménages ont affiné leurs choix de parcours : ou bien s’intégrer par le biais du marché à une condition résidentielle « normale », ou bien utiliser ses ressources et une panoplie de ruses et de tactiques particulières puisant dans le registre de l’affichage de la précarité pour embarquer dans les dispositifs mis en place par l’État, essentiellement, le relogement.

L’hypothèse de fond consiste à dire que dans le contexte algérien, les ménages opèrent des choix délibérés et conscients d’auto-marginalisation sociale, parce qu’ils considèrent que leur inscription dans les critères officiels de bénéfice de relogement constitue la voie royale d’accès au logement.

Cette hypothèse se fonde sur les résultats de plusieurs recherches de terrain menées par l’auteur depuis 1998 sur les populations en situation de relogement [12] qui ont mis en exergue l’existence « opérationnelle » pourrait-on dire, de stratégies de précarisation réussies ou inabouties.

Dans ce contexte, il s’agira à la fois de réexploiter les entretiens et autres matériaux empiriques collectés durant plus d’une dizaine d’années sur des terrains divers, mais aussi de mener des enquêtes ponctuelles de vérification des hypothèses sur de nouveaux sites (peuplés entre 2010 et 2012) de relogement en habitat collectif dans la périphérie algéroise (sites de Birtouta et Tessala El Merdja).

Madani Safar Zitoun

Cette fiche reprend l’essentiel du texte rédigé par l’auteur publié dans une étude du Plan Bleu « La mobilité urbaine dans l’agglomération d’Alger : évolution et perspectives » en 2009 et puise aussi abondamment dans les différents travaux de l’auteur. Le texte de ce document a été réécrit en fonction des consignes d’élaboration de la fiche.
Les sections 2.2., 3.3. et 3.4 sont inédites.


[1] Centre-ville-Baraki ; Centre-ville-Les Eucalyptus ; Centre-ville-Dar El Beida.
[2] World Bank, op. cit., p. 114.
[3] Les statistiques de l’ONS sur les mouvements migratoires à l’intérieur de cette aire montrent par exemple, pour 1998, que 90,6 % d’immigrants rentrant à Alger proviennent de Boumerdès et 90,70 % des sortants d’Alger vont vers Boumerdès. La wilaya de Blida constitue à cet égard un exutoire important des populations algéroises : un taux migratoire important, soit 84,70 % des entrants à Blida proviennent d’Alger contre 78,30 % des sortants de Blida qui prennent la destination d’Alger.
[4] L’ONS définit l’agglomération urbaine en 1987 de la manière suivante : « C’est un ensemble de constructions en nombre égal au moins à la centaine (100) telle qu’aucune d’entre elles ne soit séparée de la plus proche de plus de 200 mètres », in : Armature urbaine 1987, Collections statistiques n° 4, ONS, 1988.
[5] Selon l’ONS, « la mesure du rythme d’urbanisation est définie comme la différence entre les taux de croissance de la population urbaine et celui de la population rurale : Δ/ ( Δt) = ΔPu / (Pu Δt) – ΔPr / (Pr Δt) ».
[6] La mission de la nouvelle entreprise portuaire créée, qui associe l’EPAL et Dubaï Port World à 50/50 % sera de renforcer les capacités de stockage de containers et de gestion du port, afin d’en faire une plate forme non seulement de débarquement, mais aussi de transit à l’échelle de la Méditerranée centrale. Le personnel employé par l’EPAL en 2008 s’élevait à 3 023 personnes (contre 3 184 en 2007), en raison principalement du départ à la retraite de plusieurs agents permanents de toutes les catégories professionnelles confondues.
[7] La wilaya d’Alger a mis en place une réglementation spécifique pour organiser le trafic de véhicules de transport de containers entrant et sortant du port, pour désengorger l’accès est à la capitale.
[8] Le BETUR a réalisé plusieurs enquêtes ménages en 1987, 1998 et 2004. Ces enquêtes fournissent l’essentiel des données utilisées dans ce chapitre consacré à la distribution des emplois dans l’agglomération d’Alger. L’Étude d’évaluation économique et financière du projet de métro d’Alger (2002), menée par le BETUR et la RATP, de même que L’Étude de restructuration du réseau de transports collectifs urbains ont également servi à comparer et à valider certains chiffres et ordres de grandeur utilisés dans l’analyse.
[9] Les données du recensement de 2008 concernant la situation individuelle des Algérois (actifs, retraités, etc.) n’ont pas encore été publiées à la date de cette étude.
[10] Enquête de terrain réalisée en 2008 par M. Benali-Nouani, à paraître dans la revue Insaniyat.
[11] Taux de réalisation d’environ 50 %.
[12] Voir nos travaux :

• 2015. « La reconversion économique des récupérateurs de la décharge de Oued Smar (Alger) ou le dilemme communautaire », p. 101-120,  in Cirelli C., Florin B. (dir.), Sociétés urbaines et déchets. Éclairages internationaux, Tours, PUFR.

• 2013. « Les pratiques habitantes à l’épreuve de la participation. Quelques leçons d’expériences d’acclimatation algéroises », p. 203-219, in Deboulet A., Jolé M. (dir.), Les modes urbains. Le parcours engagé de Françoise Navez-Bouchanine, Paris, Karthala.

• 2012. Avec la coll. de H. Abderrahim : « L’entre-deux dans les opérations de relogement en Algérie. L’émergence problématique d’un tiers acteur urbain », p. 219-256, in Navez-Bouchanine F. (dir.), Effets sociaux des politiques urbaines, Paris/Tours/Rabat, Karthala/EMAM/CJB.

2012. « Les interventions publiques sur l’espace urbain à Alger : du bon usage de l’utopie contre la fragmentation de l’espace », Réflexions et perspectives, numéro spécial « Cinquantenaire de l’Algérie indépendante », p. 129-161.

2012. « Le logement en Algérie : programmes, enjeux et tensions », Confluences Méditerranée, n° 81, p. 135-154.

2012. « État Providence et question du logement en Algérie. Le poids encombrant de la gestion politique des rentes urbaines », Tiers Monde, n° 210, p. 89-106.

• 2011. « Les quartiers marginaux à l’épreuve du développement durable : quelques leçons sur l’expérimentation de projets dits “participatifs” dans les villes algériennes », p. 255-281, in Barthel P.-A., Zaki L. (dir.), Expérimenter la ville durable au sud de la Méditerranée. Chercheurs et professionnels en dialogue, L’Aube.

2011. « Les évolutions récentes dans la politique urbaine à Alger : la consécration de l’“urbanisme présidentiel” ? », p. 65-87,  in Zaki L. (dir.), L’action urbaine au Maghreb. Enjeux professionnels et politiques, Paris/Tunis, Karthala/IRMC.

• 2010. « Alger : de la décomposition du foncier à recomposition urbaine ? », p. 69-88, in Bendjelid A. (dir.), Villes d’Algérie. Formation, vie urbaine et aménagement, Oran, Éditions du CRASC.