Cagliari


1. Place de la ville
dans l’armature régionale et nationale

Étendue, poids démographique, densité spatiale
et données issues de l’histoire
et de la vie politique et économique

Centre directionnel et de la vie politique régionale, du commerce et de la finance, des activités culturelles, touristiques et des télécommunications (siège de la société Tiscali), Cagliari, avec 160 000 habitants, est le chef-lieu administratif de la Regione Autonoma della Sardegna (RAS). Son aire métropolitaine (16 communes) définie Area Vasta, en compte 350 000, mais l’agglomération urbaine constitue un espace de gravitation assez large, touchant environ 486 000 habitants (presque un tiers de la population régionale) (Fig. 1).

La ville de Cagliari garde sa vocation de centre ordinateur et directionnel à l’échelle de la province et à l‘échelle régionale de la Sardaigne. Ce rôle lui est donné par sa dotation de pouvoir politique et de gestion, par le poids du tertiaire de rang supérieur, et surtout en raison de son statut de chef-lieu régional.

Au cours des dernières années, on enregistre une diversification de la structure économique urbaine de plus en plus orientée vers le secteur touristique et les activités culturelles ; éléments que se rajoutent aux fonctions productives (industrielles et portuaires) traditionnelles. Après deux longues décennies de crise générale, a émergé dernièrement une forte tension vers la relance de l’identité locale de la ville qui a investi à la fois ses prérogatives anciennes et une nouvelle attitude à se re-positionner au niveau international, notamment, par le biais du tourisme.

Du point du vue démographique, la commune de Cagliari perd des habitants à l’avantage des communes voisines et montre un fort vieillissement de sa population, ainsi que l’augmentation de familles avec des revenus de plus en plus hautes et/ou moyennes.

Cela s’explique en raison de l’évolution de sa structure sociale, dont on peut retenir entre autres : une tendance à « l’expulsion » progressive des jeunes appartenant aux couches populaires et moyennes vers la couronne urbaine extérieure à la ville-centre ; une recomposition  socio-urbaine axée sur un accroissement de la distance économique entre les « secteurs bourgeois » (entrepreneurs, cadres) et le sous-prolétariat, ce dernier étant concentré notamment dans des zones très densifiées, périphériques et populaires, dont la moyenne des revenus est très faibles, et qui sont caractérisée par des taux de chômage élevé et dont on enregistre une croissance de la présence de certaines communautés immigrées (dont des Marocains, Sénégalais et Chinois).

Figure 1.

Fig1


2. Présentation des différentes échelles spatiales
de l’agglomération

Flux migratoires et organisation spatiale : centralités,
espaces résidentiels et économiques, ségrégations socio-
spatiales
et place des marges urbaines

En ce que concerne le développement de l’habitat, l’agglomération de Cagliari a vu une expansion qui a suivi la structure en rayon de son système urbain : à l’est, en direction de la commune de Quartu Sant’Elena (la troisième ville de la Sardaigne en termes démographiques), autour du centre-ville proprement dit, par la l’édification de quartiers résidentiels et populaires et, enfin, dans la première couronne urbaine, autour des petits municipalités très proches du chef-lieu (Quartucciu, Selargius, Monserrato, Elmas). Dans la deuxième ceinture, l’expansion a suivi les axes des routes nationales 130 et 131 (vers l’ouest et le nord-ouest) et a pris corps avec un habitat compact, dont on relève la vocation industrielle et artisanale (municipalités de Sestu, Decimomannu, Uta, Assemini et la commune, plus isolée, de Capoterra). On peut relever une dernière expansion de l’urbanisation dans les municipalités de Maracalagonis, Sinnai e Settimo S. Pietro, vers la plaine du Campidano, aux limites de l’aire métropolitaine.

Sur le plan de l’analyse spatiale et politique un double phénomène  peut être observé : si d’une part Cagliari manifeste une forme d’évolution vers une croissance ou une maturité spatiale, dans le même espace s’opère une « scission » de l’unicité du corpus urbain par le biais d’une « compartimentation » spatiale en fragments. D’un côté on a une ville qui produit une valeur ajoutée sur le plan économique (dans les secteurs industriel, du bâtiment, du commerce et le tertiaire de service) et qui compte au niveau politique ; de l’autre, une ville qui vit, qui se rencontre, échange, se montre. Ainsi, des morceaux composites et résiduels de la ville, non encore « acquis » aux logiques du capital, font l’objet d’un nouvel intérêt  – de discours et de rentabilité – qui se manifeste par le lancement d’opérations d’envergure et d’image, en tant que déclinaison localisée de projets concernant la ville dans sa globalité (« projets de ville »).

Cela nous conduit à poser un questionnement sur la relation entre planification urbaine, la politique et reconfiguration sociétale, avec l’hypothèse que le dépassement des logiques des anciens schémas directeurs (Piani Regolatori) induit un processus d’entropie à l’aune de reconfigurations apparemment plus « liquides » des espaces, mais ces dernières montrent aussi une nature plus fonctionnelle, car elles s’avèrent organiques au corpus urbain et, surtout, réceptives aux sollicitations du capital économique traditionnel.

Figures 2.

Fig2Fig3

Figures 3. L’expansion physique de la ville.
Schémas des systèmes territoriaux de Cagliari :
3.1. Général
3.2. Touristique
3.3. Rural-Industriel
3.4. Tertiaire
3.5. Du cadre environnemental

fig4

fig5fig6fig7fig7 fig8


3. Structure politique,
différentes collectivités locales
et leur niveau hiérarchique, modes de gouvernance

Administration et structure politique

Région : Regione Autonoma Sardegna (RAS).

Province : Cagliari (mais rappelons qu’en Italie est en cours depuis quelques années une réforme visant la suppression et/ou la réorganisation de cet échelon des collectivités territoriales qui devrait comporter la création des « Città metropolitane » dans les zones proches des plus importantes agglomérations urbaines)

Municipalité : Comune di Cagliari

Circoscrizioni (éliminées.)

Parcs et aires naturelles : système des plages (Poetto, Cala Mosca, Giorgino) ; zones humides salées (lagunes et étangs  de Moletanrgius et de Santa Gilla qui constituent un Parc Régional) ; cols  (San Michele e Monte Urpinu qui accueillent deux parcs urbains avec une volonté de préservation de la flore et de la faune), des parcs mineurs (Terramaini,  Ex Vetreria).

Ports : Autorité portuaire

Zones militaires

Zones industrielles

Zone du domaine d’État

Zones de résidences populaires (S. Elia, CEP…) dont le parc immobilier est gérées en grande par une agence régionale dénommée AREA.

Zone franche urbaine : Sant’Elia (projet suspendu).

Politique du territoire et territoire du politique :
de quelques effets de la planification stratégique

En mai 2007, l’ancien maire de Cagliari organise une conférence citadine pour présenter les lignes fondamentales d’un Piano Strategico qui concerne la ville de Cagliari mais qui est destiné à prendre en compte les communes métropolitaines de l’Area Vasta, et qui se propose de lancer « un nouveau modèle de développement urbanistique, économique et social ». La méthodologie adoptée pour l’élaboration du plan a suivi les principales séquences désormais « classiques », définies dans ce genre d’instrument et de politiques  adoptés en Europe et ailleurs :

  • conférence de présentation de l’initiative de planification stratégique ;
  • formulation et communication d’une stratégie collective (se voulant participative) pour le gouvernement de la ville ;
  • exhibition d’optimisme projectuel et de volonté de changement dans l’approche à la gouvernance locale ;
  • mis en avant du protagonisme ou, bien, sollicitation au protagonisme des acteurs locaux (municipalité, zone métropolitaine, région), centré surtout par la mise en place de « tables thématiques » de consultation.

Cela constitue, en Sardaigne et à Cagliari, une nouveauté relative par rapport à l’Italie et à l’Europe dans l’approche aux politiques publiques et urbaines, qui comporte l’adoption d’un cadre élargi d’interventions dites « stratégiques », qui est présenté comme nécessaire, surtout en considération des évolutions des scenarios et des recompositions politiques locales (en réalité contradictoires et caractérisées par le spontanéisme) et globales (économiques, spatiales, environnementales et sociales) de la zone métropolitaine de Cagliari :

  • formation d’un continuum édifié de plus en plus vaste, suite au phénomène intensif de sub-urbanisation (qui agrège presque 500 000 hab.) ;
  • diffusion de services tertiaires aux familles dans plusieurs communes de l’Area Vasta, y compris les communes les plus petites ;
  • reconfiguration des centralités de la ville-centre de Cagliari, au sens des fonctions administratives, du tertiaire dont une partie tend à évoluer vers le quaternaire.

Sur un plan plus général, on reconnaît une stratégie générale valable pour la l’Area Vasta (16 communes) visant, d’un coté, l’amélioration des conditions de vie par l’intégration équipements et des services collectifs et, de l’autre, une orientation stratégique vers l’extérieur (soit à l’échelle régionale que à celle internationale, représentée notamment par le rôle que Cagliari et son aire métropolitaine pourraient jouer dans le bassin méditerranéen).

Les attentes majeures se concentrent dans le processus d’élaboration stratégique concernant la ville de Cagliari. Et cela pourrait se lire dans une approche contradictoire : une dimension positive se situant dans la contribution que la ville-centre peut promouvoir en termes de cohésion et d’intégration territoriale avec les périphéries les plus proches ; à l’opposée, une dimension négative, par la réitération des conditions de dépendance économique, fonctionnelle, politique, naturellement liées au primat territorial de la ville-centre de Cagliari (Lee, 2000).

Il en ressort une multiplicité d’intérêts, de projectualités, de stratégies de mobilisation proposées par un panel d’acteurs acteurs publics ou privés. Il s’agit, dans le discours public, de cultiver en même temps l’ambition d’institutionnaliser, ou mieux de codifier, les diverses visions que coexistent à l’intérieur d’une scène urbaine complexe et dense en potentialités, et de définir une « stratégie commune », « partagée » par les acteurs participant à la confrontation et à la négociation des choix du développement urbain et territorial local et métropolitain.

Au fond des principales pistes repérées dans le plan stratégique, et qui nous paraissent les plus intéressantes pour notre problématique de recherche, émerge la reconfiguration ce certains espaces symboliques, connotées par une forte valeur territoriale, sur lesquels des projets d’ampleur variable (publics et/ou privés) ont été lancés ou programmés. Ce processus de reterritorialisation concerne plus particulièrement des lieux-marges et résiduels de la ville autours desquels se concentre le capital/le foncier, les discours, les rapports de force (politico-économiques). Dans cette dynamique à connotation néolibérale que connaît actuellement la ville de Cagliari nous pouvons repérer divers espaces-enjeux et projets que l’on peut saisir pour leur caractère particulier de « fragments globalisés » :

  • Le quartier de logements sociaux de Sant’Elia, localisé le long de la cote, à l’est du centre ;
  • Le vieux port,  de plus en plus caractérisé par une « portualité de loisir » ;
  • Le centre historique, caractérisé par une complexité de mixité sociale et investi par un processus (voire de véritables d’opérations) de gentrification ;
  • Les mornes centrales de Tuvixeddu-Tuvumanno, où est localisée une nécropole phénico-punique, un espace investi de manière spéculative par un grand projet privé d’habitat destiné aux classes moyennes et supérieures (500 000 m2).


4. Description de l’espace marginalisé étudié :

SANT’ELIA

Place dans la ville, histoire, processus de sa production
et caractéristiques sociales et spatiales

Sant’Elia constitue un cas emblématique de « quartier marginal » de la ville de Cagliari. Bien qu’il ne compte que moins de 9 000 habitants (et bien qu’il soit erroné de considérer ses habitants comme un bloc homogène) Sant’Elia est dès son origine un quartier à problèmes, et plus que d’autres un quartier « emblème » : il a été, depuis sa naissance dans les années 1950, et reste objet d’attentions, de discours et d’expérimentation de la part des acteurs publics et politiques.

Pseudo « village » métropolitain satellitaire de Cagliari, il peut être considérée comme une enclave « sensible », caractérisée par la superposition d’une triple forme « classique » de marginalité : spatiale, sociale et symbolique.

Situé en bordure de la côte (à environ 2 km au sud-est du cœur de ville), ce n’est pas tant la distance qu’en fait une marge urbaine, mais plutôt son isolément relationnel. Localisé entre les pentes du col de Sant’Ignazio à l’est, la mer au sud et à l’ouest, entouré d’établissements militaires et de casernes, séparé du reste du tissus urbain, vers le nord-ouest, par des équipements publics de grand impact et, au nord par une voie rapide, le quartier ne compte que deux voies d’accès. Fort est le contraste entre son cadre paysager et la dégradation des logements et du contexte urbanistique local. Sant’Elia est également (à Cagliari et en Sardaigne) synonyme de criminalité et de trafic de drogue. Complètent le cadre, pénurie de services de tout genre (commerces, éducatifs, sanitaires, loisirs), abandon et dégradation du parc de logements public (type HLM), dont est en grande partie composé le quartier.

Sa marginalité sociale est évidente : chômage élevé (39,3 % contre 19,4 % de Cagliari), économie informelle rependue, pauvreté, population peu qualifiée au niveau scolaire, très jeune et avec un indice de dépendance juvénile plus élevé de la moyenne de Cagliari. Il s’agit d’un « contre-lieu » (Foucault, 1994), où s’impose une importante « marge » d’autonomie normative, voire un subvertissement, des pratiques sociales et économiques ordinaires, à la limite du licite, considérées dans le discours urbain dominant comme plus ou moins déviantes.

Le processus chronologique de la territorialisation du quartier nous amène à identifier trois phases principales : la fondation, la structuration et la requalification. En considérant ces trois phases, nous faisons l’hypothèse que ce cas montre une correspondance emblématique entre les dispositifs politiques d’aménagement urbain nationaux (visant l’habitat populaire et les périphéries) et les diverses actions mis en œuvre localement. On peut ainsi observer le passage d’une approche inscrite initialement dans une planification que nous appelons « pré-moderne », puis fonctionnaliste (phases de Fondation et de Restructuration) qui s’étale au cours de la période 1950-2000, vers une approche de type « projet urbain » qui voit le jour après les années 2000.

• Fondation
Entre 1951 et 1956, la construction du premier noyau d’habitation au Borgo Sant’Elia, (rebaptisé ensuite Borgo Vecchio), est due à la nécessité de résoudre la question des populations qui habitent la bâtisse du Lazzaretto (espèce de ghetto périphérique), mais elle s’inscrit aussi dans le cadre de la loi nationale de 1949 INA-CASA. Dans les 512 logements des 85 petites résidences du Borgo Vecchio sont logées 470 familles (environ 2 350 personnes), assignées dans une zone semi-abandonnée, déficitaire en équipements, sans structures éducatives, sans voies de circulation ni jardins, dépourvue de connexions adéquates avec le reste de la ville.

• Structuration
Entre la fin des années 1960 et le début des années 1970, Sant’Elia devient un référent majeur des luttes urbaines et des mobilisations locales contre les opérations de rénovation urbaine impliquant la démolition du bâti existant et, par conséquent, le déplacement des habitants. L’intérêt grandissant de l’opinion publique pour le quartier est d’ailleurs confirmé par la visite du Pape Paul VI en 1970. Ainsi dans ce quartier surgissent de nouveaux logements sous forme de barres (de type HLM), avec le complexe dénommé Favero (du nom de l’entreprise de construction), édifié entre 1975 et 1978 grâce aux financements des lois 167 de 1962 et 865 de 1971. En 1979, les 1 256 logements gérés par l’Istituto autonomo case popolari (IACP) sont attribués à des ménages de divers horizons : les jeunes couples du Borgo Vecchio (environ 1 200 personnes), les derniers occupants du bâtiment du Lazzaretto, et les nouveaux arrivants dans le quartier. La réalisation de l’ensemble de logements collectifs du Favero est à l’origine d’une transformation radicale du quartier que l’on peut résumer par trois aspects : l’éloignement ; le délitement de la communauté de voisinage ; la discontinuité du modèle architectural et d’habitation. Au cours des deux décennies suivantes, le quartier connaît une phase d’extension et de consolidation, avec l’édification de 1 500 nouveaux logements destinés à accueillir une population de 6 000 habitants. Les logements sont répartis entre les ensembles d’habitat dénommés le Lame (édifiés entre 1984 et 1988, avec un total de 433 logements), le Torri (1980-1999, 460 logements) et Gli Anelli (1984-2000, 343 logements). Cette troisième phase d’extension s’accompagne d’une forte croissance démographique, le quartier passant de 3000 à 9000 habitants.

Pour les habitants de Sant’Elia, chacun de ces « blocs » représente un espace en soi se caractérisant par des distinctions fonctionnelles et sociales. Par ailleurs, les pouvoirs publics prévoient de loger dans les nouveaux bâtiments des agents des forces de l’ordre afin de renforcer le contrôle social local. En l’absence d’un commissariat de police, c’est donc sur la mise en place d’une sorte de « mixité de contrôle » que semblent miser les pouvoirs en place.

• Requalification (1996-2013)
La phase d’extension et de consolidation de Sant’Elia se poursuit jusqu’au début des années 2000, mais, dès la deuxième moitié de la décennie 1990, l’élaboration et la mise en œuvre de nouveaux programmes nationaux et d’autres initiatives vont modifier l’approche des acteurs publics quant aux opérations à mener. Il s’agit d’une mutation qui traduit aussi l’évolution des modalités d’action sur les périphéries et sur l’habitat populaire en Italie et qui a des conséquences sur Sant’Elia, notamment dans une perspective de désenclavement, de ré-articulation, voire « d’inclusion » du quartier à la ville. Initiés en 1997, les « Contrats de quartier » veulent encourager des interventions de type expérimental dans des quartiers d’habitat populaire. Mais, dans le cas de Sant’Elia, parallèlement à ces initiatives, une série d’opérations ponctuelles, des projets de moyenne ou grande envergure, vont participer et même se superposer, impliquant une multiplication et une complexification de l’action et des acteurs concernés (municipalité, ministères, IACP, puis AREA qui a pris la relève de ce dernier en 2006, Région, privés…). Il est possible de schématiser l’articulation de ces initiatives par sept principaux cadres d’intervention, qui illustrent paradoxalement la continuité, l’évolution ou même la « rupture » des approches.

Figure 4.

Fig9

• Perspectives
En 60 ans, la « géo-histoire » de Sant’Elia montre une cyclicité de projets paradoxaux. Si sa fondation se lie à l’impératif de résoudre un « problème » de (toute) la ville (offrir un logement décent aux plus démunis), le quartier ne perdra jamais sa nature problématique et son caractère extra-ordinaire. Chaque phase de territorialisation — fondation, structuration/extension, requalification — est liée à un moment de discussion, plus ou moins conflictuelle, sur la façon de résoudre les problèmes posés par Sant’Elia et se conclut par la décision d’y intervenir ultérieurement avec des opérations d’« urbanisme positif », c’est-à-dire d’y rajouter des logements, des habitants, des équipements et même des fonctions urbaines.

Après les luttes urbaines des années 1970, cela se traduit, par la grande opération du Favero ; puis, lors du débat autour des conditions de marginalité sociale du quartier des années 1980, par son extension et son achèvement (densification résidentielle) au cours des années 1990 ; enfin, lors des débats sur la régénération au cours des années 2000, par le démarrage d’une phase « d’urbanisme participatif expérimental » (les Contrats de quartier) et par le lancement du projet pharaonique, puis abandonné, du Betile (concours d’architecture internationale dont le lauréat est le cabinet de Zaha Hadid), suivi par le Master Plan. Cette cyclicité est favorisée par plusieurs facteurs : la faiblesse générale de la réglementation, l’état de conflit, presque perpétuel, entre les acteurs institutionnels de la mairie et de la RAS (qui subit, de temps à autre, l’opposition de quelques acteurs politiques ou sociaux plus forts), la circulation et la proposition récurrente de quelques idées-clefs dans les divers projets et, enfin, les interventions sur le quartier.

Ces dernières sont par ailleurs influencées par les paradigmes opératoires, voire réglementaires, forgés à l’échelle nationale et sont, de plus en plus, liés au caractère néolibéral de la globalisation. Le tout est contrebalancé par un processus de dépolitisation progressive de la communauté locale de Sant’Elia. Ces initiatives sont aussi l’occasion d’observer la confrontation, voire les conflits de nature politique, idéologique ou sociale entre les acteurs institutionnels, mais aussi entre ces derniers et une partie des habitants du quartier. Ainsi, à partir de la fin des années 1990, dans ce quartier-marge se dessine une géographie contradictoire, générée par la succession des opérations de réhabilitation.

Comme n’importe quel autre quartier dit « sensible », Sant’Elia est l’objet de nombreux discours, projets et programmes qui visent le développement économique et fonctionnel en privilégiant une ou plusieurs thérapies. Ces dernières peuvent préconiser un urbanisme « social » à caractère participatif, la requalification des structures architecturales et urbanistiques, ou bien encore la régénération fonctionnaliste de style Urban Design post-moderniste. Dans le fond, il s’agit d’un débat assez ancien entre, d’un côté, l’idée de traiter le quartier comme un « cas » isolé et exceptionnel — un village dans la ville, habité et vécu comme tel par une communauté spécifique — et, de l’autre, l’assimilation du quartier à un espace organique qu’il s’agit d’intégrer au « projet de ville » ou d’agglomération.

On note ici un double paradoxe qui trouve son fondement dans l’instrumentalisation de la « fragilité » de Sant’Elia et de son caractère marginal. S’appuyant sur l’objectif de loger les plus démunies et d’améliorer leurs conditions de vie, les projets sont l’occasion d’expérimentation (de méthodes et de dispositifs) où tout acteur urbain se sent légitime pour proposer sa propre vision et intervention. Dans la même perspective, il n’est évidemment pas neutre de choisir un quartier à urbanité marginale pour localiser une « opération-phare » (voire pharaonique), à haute valeur symbolique, d’intérêt urbain, voire même régional ou international, auquel est sous-jacent un processus de reconquête foncière.

Dans les discours architecturaux-urbanistiques, comme dans le projet urbain, la restauration esthético-structurelle apparaît ainsi comme le « cheval de Troie » de la requalification urbaine. Cette démarche, sous-tendue par les intérêts communs des acteurs publics, politiques et privés, occulte les aspects les plus socialement sensibles et épineux des marges, et ouvre le quartier aux intérêts néolibéraux, à l’investissement de capitaux nationaux (et internationaux ?) et à la spéculation foncière. Sant’Elia constitue assurément la cible de nombreux discours et de nombreux projets d’aménagement, ce qui confère à ce quartier une place particulière dans la rhétorique des pouvoirs publics. D’une certaine manière, Sant’Elia fonctionne comme une « synecdoque négative » qui permet d’évoquer les marges urbaines sans jamais résoudre les problèmes à l’œuvre dans la stigmatisation des espaces en question et, parallèlement de ne jamais vraiment agir sur la ville tout en donnant l’impression de le faire.

• Quelques hypothèses méthodologiques de la recherche

À partir du post-structuralisme dans la recherche en sciences sociales, la nécessité d’une attention de plus en plus explicite vers la pluralité des « points de vue » et des représentations  s’est affirmée, ainsi que la nécessité de capter et d’impliquer directement dans les recherches les populations observées ou étudiées. Une riche littérature propose ce type orientation méthodologique et problématique « déconstructiviste », et s’interroge sur l’adoption dans les SHS de la « subjectivité du regard » du chercheur et du participant, afin de proposer des « regards et des interprétations le plus souvent oubliées dans les représentations techniques de la réalité » (E. Bignante, 2011, Geografia e ricerca visuale), et tenter d’adopter des modalités complémentaires pour observer, décrire et interpréter les phénomènes de société et de territoire. D’un autre point de vue, il s’agit d’adopter une approche participative reposant sur l’hypothèse que la production de la connaissance soit un processus bilatéral et relationnel entre le chercheur et l’habitant (dans notre cas) et, vice-versa, entre  celui-ci et l’observateur (D. Ciaffi & A. Mela, 2006, La partecipazione. Dimensioni, spazi e strumenti).

Or, les données que l’on a rapidement évoquées nous confirment le caractère marginal de Sant’Elia, un quartier qui a d’ailleurs été terrain de « vocation » pour bon nombre de chercheurs et d’observateurs et artistes : sociologues, anthropologues, journalistes, urbanistes, architectes, photographes, comédiens, cinéastes, associations, partis politiques et institutions.

Tous attirés par Sant’Elia, au cours des deux dernières décennies, par le biais d’enquêtes, d’interview, de documentaires, de reportages, de films ou d’initiatives  culturelles, parfois « participatives », ces acteurs externes ont interrogé le quartier (et se sont interrogés sur ce dernier), ses populations, ses spécificités, ses formes pauvretés, les aspects liées à la criminalités, ses potentialités et ont proposé ou réalisé divers types de projets. Il s’agit d’une attention qui dénonce, une fois de plus, le caractère sensible du quartier, mais qui nous invite aussi à réfléchir sur notre propre « positionnement » de chercheurs vis-à-vis du quartier et de ses habitants. Tout en tenant compte des approches d’analyse « classiques » pour appréhender les processus de marginalisation et de dé-marginalisation du quartier, nous nous proposons d’adopter des modalités autant que l’ont peut différentes et expérimentales, fondées sur une approche qui puisse prendre en compte les formes d’auto-représentation des habitants, dans la finalité de :

  • déconstruire les  représentations dominantes de la marginalisation et de la stigmatisation de Sant’Elia qui s’opèrent à partir du dehors du quartier (dans et par les discours, la presse, les politiques, les opérations urbanistiques etc.) ;
  • reconstruire les origines et les « fondements » du sentiment de marginalité que les habitants de Sant’Elia ont acquis (ou non) dans le temps ;
  • faire ressortir les formes locales de dénomination et de représentation de Sant’Elia ;
  • faire ressortir la complexité du quartier (en termes spatiales, sociales, économique etc.) vis-à-vis d’une idée dominante d’homogénéisation de cet espace et de sa stigmatisation ;
  • approcher cette recherche comme une opportunité pour créer un dialogue entre les diverses représentations et significations du quartier (complémentaires, concurrentes ou opposés), et qui  apparaît de l’extérieur comme une réalité fortement définie et cloisonnée dans l’espace, dans le temps, ainsi que sur le plan sociologique, politique, économique.

Notre idée de fond est donc celle de produire un échange entre le projet de recherche et un certain nombre d’habitants susceptibles d’y participer, et ce afin de :

– d’un part, tenter de leur « donner la parole » adoptant un approche participative par le biais de laquelle fournir aux participants une connaissance et une compétence relative concernant notre recherche, et plus particulièrement sur les pratiques liées à la spatialité, à travers l’adoption de techniques de la production vidéo ;

– de l’autre, stimuler et collecter une production originelle, inédite et auto-représentative, qui puisse offrir des formes de narration (i.e. : de récit) de l’espace et de la spatialité de Sant’Elia. À partir du regard des participants les informations collectées devraient de notre point de vue pouvoir montrer une façon « autre » de représenter le quartier.

• Participation et image

Dans une telle perspective, les images (vidéos, photographies, cartes, plans…), jouent, à leur tour, un rôle essentiel dans les approches dites participatives :
– soit quand elles sont proposées aux destinataires des entretiens (sous formes d’interviewes ou de questionnaires), en tant que dispositif de stimulation/incitation/provocation susceptibles de faire émerger des souvenirs, de fait de mémoire, ou susceptibles de provoquer des réponses inhabituelles ou subconscientes, qui ne coïncident peuvent  pas avec les réponses écrites ;
– soit quand les images sont produites par les habitants eux-mêmes, et sont à saisir comme des dispositifs aptes à analyser et à synthétiser des souvenirs, et/ou à provoquer des représentations originaires capables de montrer de manière plus « décontractée » la façon dont le territoire est perçu, utilisé, pratiqué et vécu (ibidem).

Même si encore au niveau expérimental, l’hypothèse de pouvoir établir un parcours d’observation participante et, en même temps, de géographie active reste un de nos objectifs, à travers divers méthodes (Techniques d’usage des images dans l’enquête, élicitation de photos ou de vidéos, soumission d’images aux habitants qui sont sollicités fournir leurs propres points de vue, production d’images subjectives de la part des habitants, production originelle d’images de la part des habitants qui choisissent librement les espaces à filmer ou photographier)

Méthodologies de recherche

Fig10fig11

Raffaele Cattedra & Maurizio Memoli