Istanbul


1. Population

Avec 13,8 millions d’habitants recensés début 2013, Istanbul pèse d’un poids considérable dans l’armature urbaine de l’ancienne région de Marmara, comme dans l’armature urbaine nationale (pour ne pas parler de l’armature urbaine transnationale Balkans/Méditerranée orientale). On constate un accroissement du poids relatif d’Istanbul dans l’armature urbaine nationale depuis les années 1950.

La densité urbaine d’Istanbul, si l’on suit la base de données Geopolis, est remarquable, si on la compare à celle de Paris, Londres ou a fortiori Los Angeles. En effet, l’espace urbanisé en continu – selon Geopolis/MENAPOLIS – est de 1 560 km2 –, sur les 5 600 km2 que compte le territoire de la municipalité métropolitaine ou du département (les deux se confondent depuis juillet 2004).

Tableau 1. Population du département d’Istanbul et de la Turquie.

Istanbul-population


2. Histoire, vie politique et économique

L’histoire multiséculaire et polynucléaire [note 1] – non résumable – de la métropole turque fonde l’économie touristique et une problématique patrimoniale éminemment complexe dans un contexte d’étalement urbain, de grands projets et de transformation urbaine accélérée (une loi adoptée en mai 2012 a rendu possible une accélération des politiques de transformation urbaine, au nom du risque [sismique]).

Istanbul n’est plus capitale politique depuis octobre 1923, mais s’est affirmé à partir des années 1980 comme la capitale économique et culturelle du pays, avec des prétentions au rayonnement international qui se renforcent depuis le début des années 1990. Istanbul dispose d’une municipalité métropolitaine propre depuis juin 1984. Après l’avènement au pouvoir central du Parti de la justice et du développement (AKP) en novembre 2002, Istanbul a fait l’objet d’attentions particulières. C’est à la fois la vitrine d’un pays réconcilié avec le moment ottoman, fier de son passé impérial et le terrain privilégié des politiques identitaires des classes conservatrices émergentes.

Figure 1. Croissance historique de la nappe urbaine d’Istanbul.

croissance historique-IstanbulIbb1-min

La concentration économique stambouliote est frappante quand on considère certains secteurs d’activités (tourisme, finance, assurance, etc.), le commerce extérieur (près de la moitié du commerce extérieur turc se fait par le département d’Istanbul), la concentration de la richesse (plus de 40 % du total des comptes bancaires déposés en Turquie début 2013) les pratiques de consommation et le crédit (39,4 % du volume de crédit consenti en Turquie en juin 2013). Selon l’Institut turc des statistiques (TÜİK), le département d’Istanbul a assuré à lui-seul 26,9 % de la valeur ajoutée brute produite en 2010 par la Turquie, contre 8,7 pour Ankara et 6,5 pour Izmir. Et en 2012 le même département absorbait 12 % des investissements publics, contre 5,4 pour Ankara et 4,1 pour Diyarbakır.


3. Échelles et flux

3.1. Différentes échelles spatiales de l’agglomération

On peut distinguer au moins quatre niveaux : les centres historiques éclatés de part et d’autre du Bosphore et de la Corne d’Or pour la rive européenne, l’agglomération urbanisée en continu, le territoire de la municipalité métropolitaine ou du département et enfin la région urbaine fonctionnelle qui mord sur plusieurs départements limitrophes. À cette pluralité des échelles d’organisation et de référence, cette structure physiquement éclatée du territoire, répond une pluralité des centralités symboliques ou fonctionnelles. Centres historiques, centres des affaires, nœuds du réseau autoroutier dessinent des polarisations complexes et donc, en négatif, de nombreux potentiels de marginalité.

3.2. Flux migratoires

Istanbul n’est plus exposé aux flux migratoires intenses des décennies 1950-1990. Ainsi pour les deux années 2011 et 2012 le taux net de migration était seulement de 0,22 %. En tant que métropole Istanbul polarise des circulations denses qui ne sont pas saisies par la statistique mais qui n’en sont pas moins déterminantes pour la vie quotidienne : circulations de consommation, de famille, de plaisir, de travail, etc. qui tissent des relations permanentes avec l’ensemble du territoire comme avec un bassin de rayonnement qui comprend le champ migratoire des travailleurs turcs (de l’Europe occidentale à la Russie), comme l’espace des peuples turcophones ou du « monde musulman ». L’existence de flux migratoires internationaux doit aussi être prise en compte, qui génèrent des poches de déréliction plus ou moins transitoires, au cœur et aux marges physiques de la métropole.

D’après le recensement de 1997, moins de 30 % des habitants de l’agglomération stambouliote à cette date y étaient nés. La ville, qui est restée la véritable capitale économique, financière et culturelle du pays, recrute sa population dans l’ensemble du territoire. Elle possède toutefois ses propres bassins de recrutement, dont les origines remontent au XIXe siècle : il s’agit des départements du littoral de la mer Noire et d’Anatolie orientale (Yerasimos, 1997). Près du quart de la population stambouliote est né dans cette région. Au début des années 2000, Sivas tenait le premier rang avec plus de 375 000 Stambouliotes natifs de ce département, suivi du département de Kastamonu (264 000 personnes). Si le département de Diyarbakır, le plus peuplé de la région du Sud-Est, ne se trouvait qu’au quinzième rang (avec 80 743 personnes) en 2000, le nombre de natifs du Sud-Est ne cesse cependant d’augmenter, avec l’arrivée des Kurdes chassés de leurs villages par la guerre civile (Fleury, 2010).

Istanbul tend à devenir une plaque tournante de l’immigration clandestine en direction de l’UE, notamment des côtes grecques ou italiennes. Les deux frontières terrestres avec l’Union européenne (Grèce et Bulgarie), situées à moins de trois heures de route d’Istanbul, attirent des migrants aux origines diverses. Cinq principales filières peuvent être identifiées, en fonction des provenances et de l’encadrement (Aslan, Pérouse, 2003) : nord-irakienne (qui se décompose en filières turkmène, kurde et assyro-chaldéenne), iranienne (« gérée » par des Iraniens, des Kurdes et des Turcs, qui assure le passage d’une multitude de migrants, des Chinois aux Afghans), syro-libanaise (assurant le transit de migrants venus du Maghreb et d’Afrique sub-saharienne), russe et russo-ukrainienne et enfin caucasienne. Par ces filières transitent aussi bien des étrangers que des citoyens turcs, le plus souvent d’origine kurde. Le parcours migratoire de ces migrants illégaux peut prendre plusieurs mois, voire plusieurs années, ce qui les place souvent dans une situation d’extrême précarité (Fleury, 2010). Dans l’attente de leur départ, certains vivent dans les meublés d’Eminönü ou de Fatih (Yérasimos, 2001). Le flux migratoire le plus visible actuellement est le cas des réfugiés syriens, de plus en plus nombreux dans différents quartiers d’Istanbul.

3.3. Ségrégations spatiales et marginalité dans la ville

À Istanbul, les disparités de revenus se sont fortement aggravées depuis les années 1980. À côté des travailleurs faiblement qualifiés et peu rémunérés, travaillant dans des secteurs concurrencés par les pays à main-d’œuvre bon marché, voire dans le secteur informel, a émergé une nouvelle catégorie, hautement qualifiée et bien rémunérée, travaillant pour les activités de pointe ou le secteur tertiaire (Eraydin, 2008). Ceci a eu des répercussions sur l’espace social de la ville. De ce fait, depuis les années 1980 des périphéries situées au nord de l’axe autoroutier est-ouest, avec des logements de relative mauvaise qualité et souffrant d’un manque d’accessibilité et/ou de moyens de transport insuffisants rendant les déplacements particulièrement pénibles se sont opposés à des quartiers aisés localisés sur le littoral, plutôt bien reliés, bénéficiant d’aménités nombreuses et d’un habitat de bonne qualité. Cette très forte dualité se maintient encore aujourd’hui. Ainsi, « entre les quartiers de Ulus ou Yeniköy, où les prix de l’immobilier dépassent ceux de Paris, et les quartiers « spontanés », il y a un véritable abîme que franchissent rarement les habitants des quartiers huppés » (Pérouse, 2001, 107). Certes certains secteurs ont évolué vers plus de mixité sociale (Eraydin, 2008), mais c’est au prix d’une ségrégation plus locale qui rend les inégalités plus criantes encore, voire de processus d’exclusion. Et globalement, les processus de ségrégation socio-spatiale n’ont cessé de se renforcer, fruit de deux décennies de politiques néo-libérales (Bartu Candan, Kolluoğlu, 2008). Dans les quartiers historiques, le processus de gentrification, engagé dans les années 1980, tend à s’accélérer ces dernières années. De nombreux immeubles sont rachetés, réhabilités et revendus soit par des petits investisseurs, soit par des groupes immobiliers. Après les quartiers de Cihangir, d’Ortaköy (sur la rive européenne) et de Kuzguncuk (sur la rive asiatique), le processus s’étend aujourd’hui – dans l’arrondissement de Beyoğlu – aux quartiers de Galata et de Tophane et, plus ponctuellement, à certains quartiers de la péninsule historique comme Fener et Balat (arrondissement de Fatih). Il s’accompagne de l’installation de nouveaux types de commerces, s’adressant cette fois-ci à la population résidante. Dans cette évolution, le rôle des artistes et des intellectuels est important. Ainsi, plusieurs galeries d’art ont ouvert dans le quartier de Tophane, tandis que Péra accueille beaucoup d’artistes, notamment étrangers. Le programme dit de « transformation urbaine » (Kentsel Dönüşüm) est venu récemment amplifier le processus, non seulement dans les quartiers historiques mais aussi, de plus en plus, dans certains arrondissements périphériques. Même si des résistances populaires se font jour, cette politique s’accompagne de l’éviction des populations d’origine et des activités traditionnelles – usines et ateliers, commerces populaires et marchands ambulants (Meissonnier, 2006) – au profit de populations plus aisées et d’activités tertiaires à plus forte valeur ajoutée.

Figure 2. Les divisions socio-spatiales à Istanbul.

Istanbul-divisions socio-spatiales

Il s’agirait d’actualiser et d’affiner cette carte, notamment à partir des travaux de Murat Güvenç, en sachant la difficulté à cartographier à une échelle très fine. En effet, les marges côtoient parfois les « centres » notamment du fait de la polynucléarisation croissante. Dans certains cas, seules des études ethnographiques peuvent rendre compte de ces contrastes sociaux d’hyper proximité.


4. Structure politique

La gouvernance se partage entre la préfecture, la mairie métropolitaine (qui existe depuis 1984 ; avant cette date le préfet était en même temps maire), et 39 mairies d’arrondissement qui disposent de compétences en matière de construction. À ceci s’ajoutent les nombreuses portions de territoire dont l’aménagement et la gestion dépend directement du pouvoir central, administration du Premier ministre, ministère des Transports, ministère de la Défense ou ministère de la Culture et du Tourisme. La tension est permanente entre ces deux niveaux de la gouvernance. En ce sens Istanbul, compte tenu de son importance nationale et internationale, échappe en partie à la gouvernance des acteurs locaux, en dépit du discours officiel sur la décentralisation administrative.

Si on tient compte du rôle de différents acteurs dans l’urbanisation, on peut les situer de la manière suivante (Pérouse, 2004) : à l’échelle du seul département d’Istanbul, le représentant de l’État central est le vali. Il est en charge du contrôle des constructions. À un niveau inférieur, celui des trente-huit arrondissements (ilçe) que compte le département d’Istanbul, se trouvent les sous-préfectures (kaymakamlik), qui constituent un simple relais du pouvoir central et de ses services. Elles octroient notamment les permis de résidence. À un niveau encore inférieur, les chefs de quartier (muhtar) – même s’ils sont élus par leurs administrés – peuvent être considérés comme les ultimes représentants du pouvoir central. Face au pouvoir central, les pouvoirs locaux (yerel yönetimler) sont concentrés entre les mains de la Municipalité métropolitaine (MM) dont les pouvoirs, définis dans la loi n° 3030 de juillet 1984, semblent en voie d’élargissement. Mais la MM n’a compétence que sur une partie de l’espace réellement urbanisé, à savoir les seuls arrondissements centraux du département d’Istanbul. Elle est dirigée par un « maire métropolitain », élu au suffrage universel direct pour cinq ans, et par un conseil municipal métropolitain, formé à partir des conseils municipaux d’arrondissement. Il est à noter que les compétences de la MM ont été récemment redéfinies, en matière de construction de logements (à caractère prétendument social), comme en matière de gestion du patrimoine foncier public.

Figure 3. Limites administratives d’Istanbul.

Istanbul-limites administratives


5. Terrains de recherche

5.1. Sulukule et Quartier du 1er Mai

Figure1-Map-neighbourhoodsLe quartier de Sulukule, situé dans la partie européenne d’Istanbul, a fait l’objet de projets de transformation urbaine en 2006 et a été détruit dans sa totalité en 2009 ; les habitants ont été déplacés dans une cité nommée Tasoluk construite à 30 km d’Istanbul.

La majorité de la population de Sulukule est composée de Roms [note 2]. S’il existe d’autres quartiers à Istanbul où vivent des communautés tsiganes, Sulukule reste le plus emblématique compte tenu de la culture locale à part du quartier, liée à l’expression musicale et artistique en son sein. Certaines recherches parlent de l’installation des Roms dans ce quartier depuis plusieurs siècles (XVIe) (Kolukirik, 2009). Il est situé à l’intérieur des murailles byzantines de la ville, dans l’arrondissement de Fatih, sur la péninsule historique (la Corne d’Or). Les Roms de Sulukule, tous sédentaires, gagnent leur vie comme musiciens, danseurs, voyants, vendeurs ambulants, cireurs de cuivre ou fabricants de tamis (elek).

Alors que les Roms de Thrace jouissaient d’une certaine autonomie politique et économique sous l’Empire ottoman, ils ont progressivement perdu leur statut et ont commencé à être stigmatisés pendant la période républicaine. De ce fait, Sulukule a subi de nombreuses destructions et dispersions. À deux reprises, en 1950 et 1982, le quartier est entièrement détruit par les gouvernements en place, mais la population rom continua d’y vivre et de s’y investir.

Les tavernes musicales dans le quartier, souvent installées chez l’habitant, ont été régulièrement présentées par les médias et les acteurs publics comme des lieux de prostitution. Fermées en 1991, elles ont continué à fonctionner de manière illégale.

La raréfaction des terrains urbanisables proches des polarités historiques d’Istanbul entraîne une nouvelle géographie des chantiers qui se déplacent vers des zones péricentrales longtemps négligées et stigmatisées comme étant « de mauvaise réputation ». Ainsi, des consortiums de construction s’intéressent dorénavant à des quartiers comme Sulukule, jusque-là totalement délaissés par les investisseurs et les pouvoirs publics (Pérouse, 2007). Après la décision du Conseil des ministres en avril 2006 d’assainir les quartiers insalubres, un projet de rénovation du quartier Sulukule a été lancé. Ce projet a été entièrement terminé en 2012.

Le quartier du 1er Mai a été créé à la fin des années 1970, dans une période de polarisation politique extrême où existait un affrontement militaire intensif entre les militants d’extrême-droite et d’extrême-gauche. Auparavant aux mains de la mafia immobilière, le contrôle du terrain du futur quartier est pris en charge par les groupes d’extrême-gauche dans l’objectif de réaliser une organisation politique et sociale fidèle au socialisme à l’échelle du quartier. Celle-ci se traduit  une distribution foncière, dont le mode de sélection des destinataires favorise de fait les familles contestataires du régime politique turc. Différents services et institutions sont alors progressivement mis en place à l’échelle du gecekondu [note 3] : comité populaire, maison du peuple, espace santé, école ou encore coopératives pour l’achat de nourriture, de combustibles ou de matériaux de construction. Néanmoins, en raison de l’illégalité des constructions et du quartier (administrativement ce quartier n’existe pas), les habitants affrontent régulièrement les tentatives de destruction par les pouvoirs municipaux. Après le coup d’État militaire en 1980, de nombreuses tentatives de destruction du quartier ont également échoué. Ces affrontements ont causé des pertes humaines. En plus de la violence physique, le pouvoir politique s’est également consacré à une lutte symbolique avec le quartier en le nommant administrativement Mustafa Kemal.

Ce quartier est situé dans le grand arrondissement d’Ümraniye sur la rive asiatique d’Istanbul. Il est composé majoritairement de classes moyennes inférieures et populaires. La morphologie ethnique est diverse – en ce qui concerne les villes d’origine des habitants – mais le quartier est majoritairement peuplé par des Kurdes et/ou des Alévis. De nombreux gecekondus subsistent encore dans le quartier. Il est la cible de projets de transformation urbaine qui ne sont pas encore mis en pratique en raison des craintes d’émeutes et du risque élevé de mobilisation des habitants.

5.2. Arnavutköy et Sultanbeyli et ses alentours

Qualifiées de « banlieues de l’Islam » en 1994, lors de l’arrivée d’Erdogan à la tête des instances municipales, ces deux secteurs urbains – devenus des arrondissements – entretiennent des relations équivoques par rapport à la notion de marge. En effet, situés sur les franges d’une agglomération d’Istanbul en croissance et étalement rapides, Arnavutköy et Sultanbeyli ont été investis d’un rôle de pseudo centre socio-symbolique par le Refah puis l’AKP. Ce jeu de balancier entre centre et périphérie, tant du point de vue géographique que sociologique, confère, notamment sur ces terrains, un statut particulier à la notion de marge [note 4]. Ainsi, bien que relativement sortis du statut de périphérie, ces secteurs n’en demeurent pas moins des marges urbaines. La démarche symbolique appuyée des autorités issues de l’Islam politique masque mal les difficultés sociales de larges parties de population de ces secteurs, néanmoins en cours d’intégration à la vie économique de l’agglomération. En outre, la dimension ethnico-religieuse (Alévis et Kurdes, entre autres) participe à l’enclavement sociologique de certaines strates populationnelles, en dépit des porosités croissantes liées à l’urbanisation.

Jean-François Pérouse, Gülçin Lelandais et Yoann Morvan

Bibliographie

Aslan M., Pérouse J.-F., 2003, « Istanbul : le comptoir, le hub, le sas et l’impasse : fonctions dans le système migratoire international », REMI, volume 19, n° 3, p. 173-204.

Bartu C.A., Kolluoğlu B., 2008, « Emerging spaces of neoliberalism: a gated town and a public housing project in Istanbul », New Perspectives on Turkey, n° 39, p. 5-46.

Eraydin A., 2008, « The conditional nature of relations between competitiveness, social cohesion and spatial inequalities: the evidence from Istanbul », p. 99-115, in Ache P., Thor Andersen H., Maloutas T., Raco M., Taşan-kok T., Cities Between Competitiveness and Cohesion. Discourses, Realities and Implementation, Springer, Netherlands .

Fleury A., 2010, « Istanbul : de la mégapole à la métropole mondiale », Géoconfluences. En ligne : http://geoconfluences.enslyon.fr/ doc/ typespace/ urb1/metropscient9.htm

Kolukirik S., 2009, Dünden bugüne cingeneler. Kültür, kimlik, dil, tarih (roms d’hier à aujourd’hui [Culture, identité, langue, histoire], Istanbul, Ozan yayincilik.

Meissonnier J., 2006, « Marchands de rue à Istanbul. Présence urbaine d’une offre commerciale en perpétuelle recomposition spatiale », Les dossiers de l’IFEA, série La Turquie aujourd’hui, n° 19.

Pérouse J.-F., 2004, « Les tribulations du terme gecekondu (1947-2004) : une lente perte de substance. Pour une clarification terminologique », European Journal of Turkish Studies, n° 1. En ligne : http://ejts.revues.org/index117.html

Pérouse J.-F., 2007, « La question du logement social à Istanbul : un réajustement nécessaire », Bulletin de l’Observatoire urbain d’Istanbul, n° 31. En ligne : http://www.ifea-istanbul. net/ website/ images/ stories/oui/bulletinOUI/Electroui-31.pdf

Yerasimos S., 1997, « Istanbul, métropole inconnue », Cahiers d’études de la méditerranée orientale et du monde turco-iranien, n° 24, p. 104-121.

Yerasimos S., 2001, « Istanbul : approche géopolitique d’une mégapole », Hérodote, n° 103/4, p. 102-117.


Note 1. Les établissements urbains historiques sont au nombre de 4 : la péninsule historique et Péra, côté européen ; Kadiköy et Üsküdar, côté anatolien. La dynamique de polynucléarisation s’est fortement accentuée avec l’étalement urbain des dernières décennies.

Note 2. Si le quartier est caractérisé par la forte présence des Roms, il faut néanmoins souligner que ce n’est pas un quartier entièrement rom. Il est peuplé des communautés diverses, dont la caractéristique commune est plutôt la pauvreté et le faible capital culturel et social. Il serait erroné de le considérer comme un quartier homogène, ni dans sa totalité ni quand il s’agit des Roms.

Note 3. Le mot gecekondu peut être considéré comme bidonville en français. Il signifie littéralement « les maisons construites en une seule nuit » mais il correspond plutôt à des maisons construites sans permission officielle. Un gecekondu n’est pas forcément insalubre et il peut même réunir parfois tous le confort matériel.