Barcelone


Barcelone, par sa taille, est la deuxième ville espagnole. Elle est la capitale de la Communauté (Région) autonome de Catalogne, une parmi les 17 communautés autonomes d’Espagne.

Figure 1.

barca

Source : Badia A., Tulla A., Vera A., 2010.

Figure 2. L’Aire métropolitaine de Barcelone (AMB).

barca 2La ville de Barcelone est le centre administratif et économique de la Catalogne. C’est aussi le centre de la conurbation barcelonaise organisée administrativement comme aire métropolitaine. Sa gestion est du ressort de l’Àrea Metropolitana de Barcelona une institution politique-administrative qui coordonne les politiques territoriales et urbaines des 36 communes qui constituent la municipalité sur une surface de 636 km² où résident 3 239 337 habitants (2012) ; la densité moyenne est de 5 093 hab./km². Cette aire métropolitaine est l’une des zones européennes les plus densément habitées, et là où sont produits 63 % du PIB de l’économie de Catalogne, c’est-à-dire 19 % du PIB de l’Espagne.

L’institution Àrea Metropolitana de Barcelona agit dans les domaines suivants :

  • Aménagement du territoire : collaboration au Plan d’aménagement de la Catalogne ; élaboration et contrôle de la gestion du Plan directeur urbain métropolitain (PDUM) et du Plan d’aménagement urbain métropolitain (POUM) ; élaboration et gestion des plans de protection, des programmes concrets du paysage.
  • Urbanisme et logement : élaboration, approbation et administration des programmes d’actuation urbanistique qui concernent diverses communes ; apport d’une aide technique, juridique et économique aux communes en matière d’aménagement, projets et travaux urbains ; production de logements sociaux selon les demandes des communes.
  • Transport et mobilité : planification et gestion des réseaux publics de transports collectifs (bus, métro, taxi) ; élaboration et réalisation du Plan métropolitain de mobilité ; élaboration de politiques de transport soutenable.
  • Cycle de l’eau : approvisionnement en eau potable et régulation des tarifs ; assainissement et traitement des eaux usées et leur régénération ; coordination, planification et gestion des réseaux municipaux d’évacuation.
  • Déchets : service de collecte et coordination des systèmes de collecte communale ; recyclage et traitement des déchets municipaux.
  • Environnement : coordination et formulation d’un Plan métropolitain d’action pour la protection de l’environnement, de la santé et de la biodiversité et lutte contre le changement climatique et élaboration d’un Agenda 21 métropolitain ; participation à l’élaboration des cartes de capacité acoustique et des cartes de bruit stratégiques ; émission de rapports environnementaux ; coopération avec les municipalités dans les politiques de gestion de l’environnement ; promotion et gestion des installations d’énergie renouvelable.
  • Infrastructures d’intérêt métropolitain : réalisation et gestion des infrastructures pour la mobilité, parcs, plages, espaces naturels, équipements, installations et services techniques environnementaux et approvisionnement.
  • Développement économique et social : encouragement de l’activité économique et de l’emploi ; stimulation de la création d’entreprises dans les domaines de l’industrie, du commerce, des services et des ressources touristiques ; promotion et participation du Plan stratégique métropolitain pour la modernisation socio-économique, la recherche et l’innovation.
  • Cohésion sociale et territoriale : incitation des politiques visant la cohésion sociale et l’équilibre régional ; participation au Comité de sécurité métropolitaine.

1. La ville de Barcelone

Dans le territoire communal d’à peu près 100 km2 habitent 1 620 943 personnes (2012) ; et sa densité est de 15 985,63 hab./km².

Depuis le XIXe siècle, Barcelone est une ville industrielle qui a grandi intensivement jusqu’aux années 1970. Au cours du XXe siècle, Barcelone a reçu diverses vagues migratoires arrivant des différents régions espagnoles, spécialement celles qui se sont produites pendant les années 1950-1970, qui ont donné lieu à une très forte extension du tissu urbain et au même temps à une très forte densification. L’urbanisation de la ville a été intensive mais déficitaire en installations, en équipements et en infrastructures jusqu’à la moitié des années 1980. Depuis la moitié des années 1990, il y a eu une nouvelle vague d’immigration, cette fois ci en provenance du nord d’Afrique et d’Amérique Latine, qui a approfondi le processus de ségrégation socio-spatiale déjà existant.

Figure 3. Proportion d’étrangers sur la totalité des résidents,
par quartiers, en 2006.

barca 3

barca 4Source : Bayona, 2007.

Les zones périphériques où résidait une population ouvrière (surtout des immigrés) ont été les zones les moins équipées, mais où s’est développé un tissu social très puissant. Des groupements sociaux organisés par quartiers (barrios) ont réussi à améliorer leur cadre de vie. Toutefois, cela ne signifie pas que tous les besoins de logements, d’équipements et de services ont été résolus.


2. L’organisation administrative et territoriale
de la ville

Géographiquement, la ville est divisée en 10 districts et chacun d’eux sont subdivisés en quartiers qui regroupent chacun quelques 20 000 ou 30 000 habitants ; en tout il existe 73 quartiers (barris).

Figure 4. Les barris de Barcelone.

barca 5


3. L’administration municipale

La mairie de Barcelone est l’institution politique-administrative qui réglemente la vie quotidienne des citoyens. Elle est responsable de l’aménagement urbain, des transports collectifs, des taux municipaux, de la sécurité routière, de l’entretien des espaces publics. Elle doit construire des installations publiques (crèches, centres sportifs, bibliothèques, maisons de retraite, logements publics, centres d’accueil, etc.) même si elle ne fournit pas les services qui s’y implantent.

Le gouvernement de la ville de Barcelone est choisi par le suffrage universel lors d’élections qui se déroulent tous les quatre ans.

Le pouvoir du Conseil municipal est divisé en deux niveaux : un niveau général des pouvoirs municipaux, qui concerne le maire de Barcelone et son équipe ; un niveau de compétences d’arrondissement qui concerne des équipes de gouvernement d’arrondissement qui sont formées proportionnellement aux voix reçues par chaque parti politique dans chaque arrondissement aux élections municipales de Barcelone.


4. Différenciation socio-spatiale de la ville

Malgré le discours officiel qui depuis les années 1980 signale que le projet de ville vise la promotion économique en même temps que la cohésion sociale, il est manifeste que, depuis le début du siècle, il y a une augmentation des inégalités socio-spatiales, notamment à partir de l’éclosion de la crise en 2007 et la mise en œuvre des politiques d’austérité qui se traduisent par la privatisation ou disparition des services sociaux publics.

Les inégalités sociales ont une expression sociale très manifeste qui se répète sans cesse si on considère les différents variables socio-économiques. La plus expressive est celle de la moyenne du revenu familial disponible selon les quartiers. On peut distinguer des quartiers « riches » (Eixample, et le nouveau quartier Villa Olímpica) ou même « très riches » (Pedralbes, Sarrià Sant Gervasi) et les quartiers pauvres (Ciutat, le centre historique, et les quartiers situés dans la périphérie nord-est, notamment ceux qui font partie de l’arrondissement de Nou Barris).

Figure 5.

Barca 6

Nuria Benach & Rosa Tello