Le projet

Carte Les Marges

Le projet MARGES & VILLES
– financé par l’Agence nationale de la recherche –
porte sur les inégalités socio-spatiales en Méditerranée.
Il s’inscrit dans le troisième axe thématique du programme INEG : « Espaces et lieux des inégalités ».

Au cours de ces dernières décennies, les différentes formes d’inégalités sociales (revenus, emploi, éducation, santé, environnement, accès aux services, au logement, etc.) se sont davantage inscrites et cristallisées dans l’espace, devenu l’une de leurs expressions la plus manifeste. Robert Castel, en 1995, avait déjà souligné le déplacement de la question sociale vers la question urbaine. Le territoire – et le lieu de résidence en particulier – révèlent une exacerbation et un renouvellement des formes de ségrégations socio-spatiales, analysées par des chercheurs sur le Nord comme des tendances à la « sécession urbaine » (Donzelot, Jaillet, 2001) et, sur le Sud comme relevant de fragmentation urbaine (Navez-Bouchanine, 2006). Dans tous les cas, les inégalités socio-spatiales actuelles suscitent l’inquiétude quant à une  « guerre sociale de faible intensité » (Davis, 2003) et sont à l’origine de débats sur la dégradation de la cohésion sociale et sur comment « vivre ensemble » et « faire société ».

La mondialisation actuelle, en plaçant les villes et leurs territoires au cœur des compétitions économiques internationales et de la division internationale du travail, en a fait les lieux par excellence des nouvelles formes d’échanges et d’accumulation du capital (tourisme, patrimoine, éco-urbanisme, etc.). Elles connaissent alors des reconfigurations territoriales témoignant d’une aggravation des processus de marginalisation socio-spatiale qui accentuent le caractère de marge d’espaces résidentiels ou le développent sur d’autres. La crise actuelle exacerbe sans doute ces processus et en permet un éclairage particulièrement aiguisé. Dans cette recherche fondamentale, l’objectif est d’analyser les rapports subtils entre, les processus de marginalisation portés par les pratiques et les représentations des acteurs urbains dominants de l’aménagement des villes, leurs politiques de traitement des marges urbaines et les stratégies d’intégration urbaine et de résistances des populations. Placer la focale sur les marges urbaines, c’est saisir comment l’adaptation de la ville aux besoins actuels de l’économie néolibérale redessine les lignes de fracture socio-spatiale en reconquérant des territoires marginalisés et en marginalisant de nouveaux et, dans tous les cas, en mettant à mal le droit à la ville de nombreuses populations.

Les représentations de stigmatisation, comme les mots qui les accompagnent, portent simultanément sur un espace urbain et ses habitants, « en leur assignant une identité comme concentrée en un vocable » (Depaule, 2006). Conçus ainsi, la marge urbaine ou la marge socio-spatiale, ou encore le territoire marginalisé, recouvrent une population et son espace de vie désignés et représentés comme tels par les acteurs dominants. Située là où les pratiques et les représentations de stigmatisation ont construit historiquement son enclavement symbolique, la marge urbaine peut se trouver dans les centres, les péricentres et dans les périphéries. Socialement parlant, contrairement à la pensée hiérarchisante et globalisante de la stigmatisation, les marges urbaines abritent des populations diverses allant des plus pauvres aux couches sociales aux revenus moyens. Autrement dit, les marges urbaines sont des lieux mis à l’écart par les représentations et les pratiques des acteurs dominants ; des lieux qui peuvent correspondre à des situations plus ou moins stabilisées d’intégration ou d’exclusion sociales. Les marges urbaines, considérées ici comme révélatrices du fonctionnement sociétal et politique plus général, ont du sens par rapport à la capacité intégratrice et/ou exclusive de la ville.

LES AXES DE RECHERCHE

1. Action publique et processus de marginalisation socio-spatiale

Quelles sont les politiques de traitement des territoires marginalisés et les discours de légitimation ? Quelles sont les logiques sociales et politiques des actions menées ? Comment s’y gèrent les tensions entre des intérêts économiques de plus en plus globalisés et la cohésion sociale de ces villes ? Quels sont les effets socio-spatiaux sur les marges et la ville ?

2. Les stratégies d’intégration des populations des marges urbaines

Comment se traduit la volonté des habitants d’intégrer leur quartier à la ville et de valoriser son image ? À l’épreuve de l’action publique urbaine, comment leurs potentialités et les initiatives se transforment-elles en formes de résistance ? Quels sont alors les modes formels ou informels de l’organisation collective, ses revendications et ses réajustements ? Comment les situations conflictuelles sont-elles négociées ? Quels sont les « contre-projets » et/ou les modes de rectifications/ajustements/adaptations mis en œuvre par les populations des marges urbaines ?

3. Les interdépendances des territoires marginalisés avec la ville

L’exploration des dimensions spatiales et sociales de situations – où différents mondes sociaux se frottent, tentent de dialoguer, de négocier ou entrent en conflit – se fera selon cinq pistes : les activités économiques formelles et informelles, les relations employeur/employé, les pratiques culturelles et de promotion des arts populaires, les solidarités sociales et politiques et enfin, les mobilités des populations des territoires marginalisés dans la ville.

Photo d’en-tête :
Activité(s) soutenue(s) du côté de El Harrach,
sur la route de Chérarba, périphérie est d’Alger.
Crédit Photo : Florence Troin, 2009.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *