Rabat


1.  La profondeur historique de la capitale 

La ville de Rabat fut fondée comme capitale politique aux alentours de 1150 par les chefs de la dynastie Almohade, originaires de la localité de Tinmel dans le Haut-Atlas occidental, sur leur chemin vers l’Andalousie ; ils y édifièrent notamment la kasbah actuelle des Oudayas ainsi que sa mosquée, et cernèrent un vaste espace par la grande muraille dite « Almohade ».
[Cette muraille, longue d’environ 5260 m, comporte les portes de Bab Laalou, Bab El Had, Bab Rouah et Babzaêr. Au début du XVIIe siècle, il y aura la construction de la muraille « Andalouse », d’environ 1 400 m de long en partant de Bab El Had jusqu’à la pointe du borj Sidi Makhlouf, clôturant ainsi la médina de la ville de Rabat. Le borj surplombe l’actuelle zone aménagée et ouverte au public du projet Bouregreg au pied de la kasbah des Oudayas.]
Ils construisirent également la mosquée Tour Hassan, symbole même de la ville, qui surplombe l’embouchure de l’oued Bouregreg versant dans l’Océan Atlantique. Mais avant l’arrivée des Almohades, Rabat actuelle abritait déjà l’ancienne ville de Chellah cernée par une muraille percée de trois portes, recelant des traces romaines (VIIIe siècle avant JC) et l’empreinte des Mérinides – nécropole et mosquée notamment – aux environs de 1339.

Le milieu du XIIIe siècle va connaître l’émergence de Fès comme capitale des Mérinides, entraînant la régression de la vitalité de Rabat ; et ce n’est qu’au début du XVIIe siècle (avec l’arrivée des réfugiés de l’Andalousie) et vers la fin de ce même siècle (avec la dynastie Alaouite) que la ville va regagner de sa vitalité, avec notamment l’activité commerciale liée au port de Rabat.

Au début du XXe siècle, en 1912 avec le Protectorat français au Maroc, Lyautey, Résident général, a fait de Rabat le siège de la Résidence générale, capitale politique et administrative du protectorat, située physiquement au point culminant de la capitale dominant alors la médina et la Kasbah des Oudayas. La population urbaine de la ville à l’époque est estimée à environ 25 000 habitants.

Depuis 1956, avec l’Indépendance du Maroc, Rabat est consacrée dans sa fonction de capitale politique et administrative et constitue, par conséquent, le siège de ces institutions politiques (Parlement ; ministères, etc.) dans un système étatique fortement centralisé ; la ville abrite par ailleurs les représentations diplomatiques des autres pays, des organisations du système des Nations-Unies, ainsi que d’organisations non gouvernementales, etc.


2.  L’urbanisation de la ville
et le poids de la géographie du lieu

D’un point de vue géographique, Rabat est marquée par le relief du lieu premier de son installation : l’urbanisation de la ville a commencé sur la pointe extrême de la rive gauche du Bouregreg (Kasbah des Oudayas et médina) ; sur la rive droite, et face à Rabat, s’est développée la médina de Salé.

Le fleuve Bouregreg – qui sépare les deux villes – offre une vallée plus ou moins large selon les endroits, pénétrant d’une quinzaine de kilomètres en amont de l’embouchure, surplombée par les plateaux de Bettana, Sala Al Jadida et de la commune rurale des Sehouls du côté de Salé  et ceux des quartiers de Hassan, Youssoufia, Nahda et Akkrach du côté de Rabat. Jusqu’à aujourd’hui, et en dehors des zones aménagées ou en cours de viabilisation dans le cadre du Projet Bouregreg, plusieurs activités font la vitalité de cette vallée. Il s’agit principalement des activités agricoles articulées autour de l’élevage bovin et des activités artisanales comme transformation des olives, la vannerie, la poterie, etc. La vallée abrite, également de nombreux entrepôts et lieux de stockage (gaz butane, etc.).

En « arrière-pays » de Rabat, la morphologie du terrain reste marquée par l’encaissement de l’oued Bouregreg sur lequel le barrage Sidi Mohamed Ben Abdallah est construit. Les caractéristiques du relief associées au couvert végétal, notamment la forêt, constituent des obstacles naturels à l’extension de l’urbanisation de masse – car dans ce paysage de verdure, de plateaux et de vallées, des résidences somptueuses se sont installées – et à la fluidité de la circulation automobile entre Rabat et Salé d’une part, et entre Rabat (et son « arrière-pays ») et Témara d’autre part.

En effet, le croisement des éléments physiques, au niveau de la conurbation, fait apparaître trois espaces bien distincts :

  • L’espace de Rabat qui s’étend sur une superficie de 118 km2, représente un territoire complétement limité par des structures physiques difficilement franchissables, en l’occurrence les vallées du Bouregreg et d’Akkrach du nord et à l’est, la forêt de Témara au sud et le littoral à l’ouest. Ces limites permettent d’accorder à la capitale le qualificatif de « cité fermée » où l’extension urbaine est devenue presque impossible. Les interventions urbanistiques s’orientent vers des opérations ponctuelles in situ : « faire la ville sur la ville ». Par ailleurs, les grandes opérations urbaines de Rabat vont se faire sur ses flancs (Salé et Témara), là où les opportunités foncières sont largement disponibles ; à titre d’exemples : Technopolis et l’Université internationale de Rabat, implantés récemment à Salé.

    Figure 1.

rabat 1Source : Google Earth, image modifiée par l’équipe Rabat.

  • L’espace de Salé qui couvre une superficie de 668 km2, soit 5,5 fois celle de Rabat. C’est un espace plus ou moins ouvert disposant d’un foncier mobilisable constitué de terres collectives. Néanmoins, il tend vers sa saturation à cause de la frénésie des extensions urbaines qui s’opèrent souvent dans l’illégalité.
  • L’espace de Témara, espace très ouvert sans contraintes physiques pour l’ouverture de nouvelles zones à l’urbanisation. Il dispose de grandes opportunités foncières formées principalement des terres relevant des domaines étatiques. C’est par excellence l’espace de grande opérations urbaines réalisées tant par les établissements publics tels que Al Omrane et la Compagnie générale immobilière que par les sociétés privées (Addoha, Alliance, etc.), surtout dans les communes rurales de Sidi Yahia des Zaërs, Aïn Aouda et El Menzeh, qui forment les marges du continuum urbain Rabat-Salé-Témara.

Le développement urbain de la capitale (dans ses limites administratives en tant que ville) s’est fait historiquement du nord vers le sud-ouest, parallèlement à l’Océan Atlantique. Ce développement permet de faire ressortir aujourd’hui trois grands ensembles d’habitats formés des quartiers suivants :

  1. La Kasbah des Oudayas, la médina et le quartier Hassan ; les quartiers de l’Océan, DiourJamaa et les Orangers ; Agdal et Akkari ; Yacoub El Mansour, Al Massira et Hay Al Fath.
    [Le quartier Agdal, dont le toponyme signifie le cœur d’un parcours où se trouve la source d’eau, occupe une position centrale dans la ville ; il abrite de nombreuses activités tertiaires (commerces de standing, écoles privées, etc.), ainsi que des couches supérieurs voire aisées de la « classe moyenne » urbaine. Il était composé de villas moyennes et son élévation ne s’est pas accompagnée de la réalisation d’un marché de légumes et de produits de consommation alimentaire domestique : le quartier voisin d’Akkari, donnant directement sur l’Océan Atlantique, abrite un marché local de légumes, le marché de gros de légumes ainsi que le marché de gros de poissons et les abattoirs de la ville. Une intense activité commerciale et artisanale (couturiers traditionnels ; fabricants de banquettes, etc.) s’y est installée alors.]
    Les principales voies de circulation urbaines viennent s’intercaler (notamment la voie de chemin de fer), ainsi que les équipements et les espaces publics qui occupent la bande centrale de la ville allant du quartier Hassan au nord à la nouvelle ville de Hay Ryad à l’ouest (ministères ; Palais royal ; Centre hospitalier universitaire ; campus universitaire, etc.).
  2. Au-delà de ces équipements, vers l’est, un deuxième ensemble urbain est formé par les quartiers de Mabella/Aviation, Youssoufia, Takkaddoum et Nahda d’une part, et par le quartier de Souissi, d’autre part.
  3. Enfin, un autre ensemble est formé par la « ville » nouvelle de Hay Ryad vers le sud-ouest de la ville.

La morphologie sociale de ces grands ensembles reste marquée globalement par une composition sociale diversifiée, avec, toutefois, des dominances (aisé, moyen, populaire) marquées ; ainsi, les couches très aisées de la population sont présentes presque exclusivement dans le quartier du Souissi (dont celui des Ambassadeurs) ; les quartiers de couches moyennes à aisées se trouvent à Hay Ryad et Agdal ; les couches moyennes et populaires se trouvent dans la plupart des autres quartiers ; les couches déshéritées se retrouvent à Takkaddoum et Youssoufia notamment, sur les berges surplombant le Bouregreg (Douars Maadid, Hajja, etc.).


3. Rabat commande d’abord
un territoire infranational large 

Quelques années après l’Indépendance du Maroc, et avec le Recensement général de la population et de l’habitat (RGPH) de 1960 (BO 2537 du 9 juin 1961), Rabat assurait un rôle de commandement administratif large : en effet, elle est en même temps « préfecture de Rabat » comprenant les communes urbaines des « villes » de Rabat et de Salé, et chef-lieu de « Province de Rabat », avec une population de 1 080 756 habitants dans 70 communes relevant des « Cercles » de Rabat-banlieue (7), Kénitra (15), Zaër (6), Zemmour (18), Souk El Arbaa du Rharb (13) et Ouezzane (11).

Tableau 1. Divisions administratives,
RGPH 1960, BO 2537 du 9 juin 1961.

Préfecture
et province
Cercle Caïdat Communes Nb. d’habitants
Préfecture
de Rabat 
    Ville de Rabat 227 445
Ville de Salé 75 799
Province
de Rabat 
 
Rabat-
banlieue
 
Arbaa
des Sehouls
CR Arbaa des Sehouls 17 277
Bouknadel CR Bouknadel 15 498
Témara CR Témara 13 734
Aïn Aouda CR Aïn El Aouda 11 291
Sidi Yahya des Zaër 9 051
Aarab Bouznika 8 926
Aarab Skhirat 9 066
Kénitra   15 communes 314 221
Zaër     Rommani 19 608
  Had Brachoua 12 152
  Moulay Idriss Aghbal 12 668
  Had Rhoualem 9 166
  Ez-Zhiliga 11 632
  Sidi Bettache 7 873
Zemmours   18 communes 198 549
Souk El Arbaa
du Rharb
  14 communes 224 520
Ouezzane   11 communes 185 524
1 384 000
  • Émergence de Touarga au sein de Rabat

En 1973 (BO 3172 du 15 août), au sein de la préfecture de « Rabat-Salé », apparaît la « municipalité de Touarga » avec 9 conseillers, aux côtés des « municipalités » de « Rabat » et de « Salé » ; et en 1975 (BO 3265 du 25 mai), Touarga apparaît de nouveau comme « centre autonome ».

  • Salé est mentionnée avec Rabat

En 1983 (BO 3679 du 4 mai), avec la publication des résultats du RGPH de 1971 et de 1982, la « Préfecture de Rabat-Salé » se trouve amputée de plusieurs « Cercles » anciens, mais continue de comprendre le Cercle dit de « Rabat-banlieue » avec les communes rurales de Larbaa des Sehoul et Bouknadel (du côté de Salé), Aïn Aouda, et Témara et Skhirate qui ont chacune un centre urbain (deux pour Témara) au sein de la commune rurale.

Tableau 2. BO 3679 du 4 mai 1983.

• Préfecture de Rabat-Salé

Population 1971 Population 1982
Municipalité de Rabat 367 260 518 616
Municipalité de Salé 155 557 289 391
Centre autonome de Touarga 7 189 7 508

• Province de Rabat

Population rurale 1971 Population rurale 1982
Arbaa des Sehouls 18 247 17 501
Bouknadel 24 963 56 288
Témara 22 233 27 900
Aïn El Aouda 8 229 8 751
Sidi Yahya des Zaër
Bouznika
Skhirat 9 801 16 519
Total 83 476 126 959

  • Rabat chef-lieu de wilaya et de la région Rabat-Salé-Zemmour-Zaër, autonomie administrative et territoriale de Salé, et « fractionnement » de ces deux villes
    en municipalités

En 1991 (BO 4086 du 20 février), un décret précise dans son article 1er que « le Royaume est divisé en 5 wilayas groupant 4 provinces, 18 préfectures et 37 autres provinces, ainsi qu’en communes urbaines et rurales » ; il précise dans l’article second que « les wilayas groupant les préfectures et les provinces visées à l’article premier ci-dessus sont : la wilaya de Rabat-Salé qui comprend la préfecture de Rabat-salé, la préfecture de Salé, la préfecture de « Skhirat-Témara », etc.

En 1992 (BO 4165 du 26 août), un autre décret subdivise la ville de Rabat, agglomération d’habitat d’un seul tenant, en plusieurs municipalités, ainsi que l’agglomération de Témara-Skhirat ; un découpage administratif qui feint d’ignorer l’essence d’une ville, et qui ne peut s’expliquer que par une logique sécuritaire.

Tableau 3. Divisions administratives, BO 4165 du 26 août 1992.

Province ou préfecture Cercle Commune urbaine ou rurale
Rabat   Agdal Ryad (municipalité)
    Rabat Hassan (Municipalité)
    Youssoufia (Municipalité)
    Yacoub El Mansour (Municipalité)
    Touarga (Municipalité)
Salé    
Skhirat-Témara   Témara (Municipalité)
    Harhoura (Municipalité)
    Skhirat (Municipalité)
    Aïn Aouda (Municipalité)
  Témara Mers El Khyr
    Aïn Atig
    Sebbah
  Aïn Aouda El Manzah

En 2003 (BO 5142 du11 septembre), une nouvelle liste relative à la division administrative du Royaume est publiée ; elle comprend « 17 wilayas contenant 49 provinces et 12 préfectures et 8 préfectures d’arrondissement […]. La wilaya de la région Rabat-Salé-Zemmour-Zaër comprend les préfectures de Rabat, Salé, Skhirat-Témara et la province de Khémisset ». La région de Rabat-Salé-Zemmour-Zaër intègre ainsi la province de Khémisset (RSZZ) ; la ville de Rabat en est le chef-lieu.

Figure 2. Organisation administrative de la région
de Rabat-Salé-Zemmour-Zaër.

Limites administrativesSource : Haut commissariat au plan.

• Retour à « l’Unité de la ville » 

Les BO 4314 (du 5 juillet 1995) et 5378 (15 décembre 2005) publient, chacun, les résultats du RGPH de 1994 et 2004. Du RGPH 1994 à celui de 2004, on note d’abord le passage des municipalités des villes de Rabat et de Salé du statut de « Municipalité » à celui « d’arrondissement » dans le cadre de l’Unité de la ville.


4. L’image de Rabat en amélioration continue

De par les multiples avantages que lui confèrent sa position géographique privilégiée, la fonction de capitale administrative de Rabat, depuis 1912, a joué un rôle décisif dans sa dynamique de la ville et la constitution de sa personnalité.

Elle bénéficie, aussi, de l’image d’une ville historique puisque abritant un patrimoine précieux devenu le symbole même de la ville : Nécropole du Chellah où se déroule le Festival de jazz et de musiques sacrées, Kasbah des Oudayas, Tour Hassan et Mausolée Mohamed V, médina et souks spécialisés, etc. Compte tenu de la diversité et l’authenticité de son patrimoine historique, Rabat a été inscrite sur la liste du patrimoine mondial par l’UNESCO en 2012.

C’est une ville dite aussi « verte » car abritant des jardins et parcs (jardin du centre-ville, jardin botanique d’Essais, parc Ibn Sina, hippodrome Souissi, ceinture verte séparant Rabat et Témara, forêt de la Maamora, etc.), et disposant sur sa limite nord de la vallée du Bouregreg où l’agriculture « urbaine » est pratiquée.

La ville dispose par ailleurs d’une plage sur l’embouchure du Bouregreg et sa population a un accès rapide à d’autres plages sur la côte vers Témara et Skhirat.

Rabat, capitale politique et administrative du Maroc, constitue un bassin d’emplois et de services le plus important après celui de Casablanca. Elle est caractérisée par la dominance de l’emploi administratif, vu son rôle en tant que centre de commandement administratif et territoire des domiciliations diplomatiques. L’esprit « fonctionnaire » est sans doute plus présent ici qu’ailleurs, dans de nombreuses pratiques urbaines.

La vocation de plateforme attractive pour les nouvelles technologies d’information et de communication (NTIC) et le commerce se confirme de plus en plus, dans la ville, avec l’implantation croissante de services, de franchises commerciales, grandes surfaces, malls, etc.

Cependant, cet attrait est réparti de manière déséquilibrée entre les différents territoires de la conurbation. Les grands équipements administratifs et commerciaux se concentrent au niveau de la ville de Rabat, notamment au niveau des quartiers aisés Hassan, Agdal et Ryad, et  s’éloignent de Salé et de Témara.

Enfin, les dernières données statistiques se rapportant aux dépenses de consommation par an et personne placent la région de Rabat-Salé-Zemmour-Zaër en tête avec une moyenne de 20 058 DH ; la ville de Rabat serait classée par ailleurs aussi en tête avec une dépense aux alentours de 26 000 DH (HCP, 2013).


5. Urbanisation accélérée sur les « marges » de Rabat, recompositions territoriales,
et fonctionnement de l’agglomération

L’urbanisation du « Grand Rabat » renvoie à toute l’agglomération d’aujourd’hui comprenant les villes de Rabat, Salé, Skhirat et Témara, Aïn Aouda et les communes rurales proches (Sidi Yahya des Zaër, Oum ‘Azza, Al Manzah ; Larb’a des Sehouls et Moulay Idriss Aghbal – une commune rurale enclavée située entre l’oued Bouregreg et l’oued Grou et le lac du barrage Sidi Mohamed Ben Abdallah – dans une moindre mesure). Dans cet ensemble, Aïn Aouda, lieu de nos observations sur les « marges », occupe une place particulière permettant l’attrait de la population urbaine de Rabat et Témara cherchant des opportunités de logement, et de « déversoir » des relogés et recasés par l’État des bidonvilles de Rabat et de Témara.

Très longtemps limitée aux deux médinas, l’urbanisation de l’embouchure du Bouregreg a connu une phase d’expansion rapide tout au long de la période coloniale, notamment sur la rive gauche du fleuve, la ville de Rabat étant devenue la capitale administrative du pays.

Avec l’Indépendance, l’extension de l’aire urbanisée de Rabat s’étend davantage, alors que Salé déborde au-delà de ses remparts pour se déverser rapidement sur les plateaux de Tabrikt et de Bettana ainsi que sur la zone des souanis (mot arabe qui signifie « jardin maraîcher ») de Sidi Moussa. Ce mouvement d’urbanisation accélérée qui lance ses extensions le long du littoral essentiellement, mais aussi de plus en plus vers l’intérieur, des deux côtés du fleuve, engendra la constitution d’une conurbation qui s’étire sur près de 51 km le long de la côte et sur une quinzaine de kilomètres vers l’intérieur.

Cette nébuleuse, compacte dans ses parties centrales, devient relativement plus lâche vers les extensions marginales, avec l’émergence de quelque centres-satellites de banlieue, plus au moins dynamiques, ainsi que la création récente de la ville nouvelle de Tamesna.

Tableau 4. Évolution de la population de la conurbation
et ses centres satellites (1 000 hab.).

1960 1971 1982 1994 2004 2012
Conurbation RST 303 523 876 1 340 1 623 1 842
Centres satellites 0 0 16 55 97 107
Total 303 523 892 1 395 1 710 1 949

Sources : RGPH 1960 à 2014.

Cet étalement, sur près de 1 000 km2, a conduit à un éclatement de l’espace urbanisé. Toutefois, le gros de la population demeure concentré dans les trois villes de Rabat, Salé et Témara, avec un peu plus de 1 840 000 habitants en 2004, date du dernier recensement de la population.

La répartition de l’effectif de population de cette conurbation a connu une évolution contrastée, dans la mesure où Rabat qui en polarisait les 75 % de la population en 1960 et encore 70 % en 1971 n’en abritait plus que 47 % en 1994 et juste 30 % actuellement.

Tableau 5. Évolution de la population des villes
de la conurbation du Bouregreg (1 000 hab.).

1960 1971 1982 1994 2004 2012*
Salé 76 155 306 580 760 900
Rabat 227 368 519 623 628 630
Témara 0 0 49 131 226 300
Harhoura  0  0 2 6 9 12
Conurbation 303 523 876 1340 1623 1842

Source : Recensements généraux de la population.  *Estimation

Inversement, le poids démographique de Salé n’a cessé d’augmenter pour passer de 25 % en 1960 à près de 50 % aujourd’hui, avec une masse de population qui tend rapidement vers le million d’âmes.

Un dynamisme démographique semblable a caractérisé l’agglomération récente de Témara qui, avec son urbanisation côtière de Harhoura, abrite aujourd’hui 17 % de la population totale de la conurbation alors que, 3 décennies plus tôt (1982), sa part était inférieure à 6 %.

Sur les marges de cette conurbation dynamique se sont développés des centres périurbains dont le plus actif est incontestablement celui de Skhirat qui profite de sa localisation sur l’axe routier et ferroviaire littoral qui joint Rabat à Casablanca, d’une part, et de sa zone maraîchère productive, d’autre part. Adossé à une station balnéaire fréquentée qui se transforme de plus en plus, avec la construction de résidences secondaires et même principales, Skhirat connaît un mouvement d’urbanisation accéléré et compterait actuellement plus de 50 000 habitants.

Figure 3. Évolution du taux d’accroissement annuel.

Taux d'accroissement

Quant au centre d’Aïn Aouda, resté longtemps stagnant, il connaît aujourd’hui un dynamisme fort palpable :
– sa fonction résidentielle pour des employés des secteurs public et privé travaillant dans la capitale se confirme de plus en plus ;
– il accueille des ménages des bidonvilles de Rabat et de sa banlieue qui ont été relogés dans ce centre par les pouvoirs publics.

L’agglomération d’Aïn Aouda (Municipalité et communes rurales environnantes d’Oum ‘Azza, El Menzah, Sidi Yahya des Zaër) formant la périphérie ou marge ou « arrière-pays » immédiat de Rabat, a déjà connu un taux d’accroissement annuel moyen de la population de 4,39 % (contre seulement 2,03 % pour toute l’agglomération de Rabat-Salé-Skhirat-Témara).

Cette vélocité élevée de la croissance de la population de l’agglomération d’Aïn Aouda est en grande partie le reflet de la sélectivité de Rabat qui « déverse » vers l’extérieur (Témara, Aïn Aouda, etc.) des populations ne pouvant supporter les charges de résider dans la capitale, mais aussi de populations de bidonvilles de la capitale « forcées » et conduites à se reloger à Aïn Aouda. Ainsi, entre 1994 et 2004, 78 000 personnes ont quitté Rabat vers d’autres destinations (HCP, Direction des statistiques, recensement 2004) ; par ailleurs, 40 % des habitants de Témara ont déjà habité Rabat (Ibid.) ; enfin, une masse importante de la population de Salé cherche des opportunités foncières à Témara, notamment suite au glissement des activités administratives vers Hay Ryad, en évitant les contraintes dues aux obstacles physiques gênant les déplacements et la circulation de Salé vers la capitale (mouvements pendulaires des fonctionnaires) (Agence urbaine, 2006).

Cette sélectivité, qui oriente les populations vers les communes périphériques de Rabat, a son origine dans le coût élevé de l’accès au logement et au foncier urbain dans la ville, et dans la tendance à l’épuisement des réserves foncières existantes dans la ville. Elle est inexorablement et fructueusement accompagnée par une promotion immobilière d’obédience publique et privée effrénée, et par la planification urbaine qui ouvre les espaces périphériques à l’urbanisation avec, dans de nombreux cas, un équipement largement différé dans le temps.

Figure 4. Extension de l’ubanisation
dans la conurbation Rabat-Salé-Témara.

Extension de l'urbanisationSource : SRAT de la région de Rabat-Salé-Zemmour-Zaër, 2010.

D’un point de vue social, les communes de la périphérie de la conurbation Rabat-Salé-Témara se caractérisent par un niveau important de leurs populations qui sont passées de 159 575 habitants en 1994 à 221819 habitants en 2004, soit une augmentation de 30 %, avec un gain annuel de 6 220 personnes.

Cette population est estimée actuellement à plus de 320 000 habitants suite au recasement de plusieurs ménages des quartiers de bidonvilles des villes de Rabat et Témara dans les communes de Mers El Kheir, Sidi Yahya des Zaër, Aïn Aouda et Sebbah, en plus de la création de la ville nouvelle de Tamesna et l’ouverture de grandes zones à l’urbanisation.

Figure 5.

Recasement des ménagesSource : Carte élaborée par l’équipe Rabat.

Les opérations afférentes à ces déplacements, du centre vers les marges, concerneront, globalement, plus de 19 000 ménages soit une population d’environ de 95 000 personnes auxquelles il faut additionner les ménages aux revenus modestes qui cherchent des opportunités foncières dans ces espaces périphériques. En l’absence d’une politique d’accompagnement social susceptible d’aider les ménages à s’intégrer facilement dans leurs territoires, les marges sont devenues des espaces de refuges où sévissent pauvreté et exclusion.


ANNEXES

 Dépenses et pauvreté

Tableau 6. Populations selon les RGPH 1960 à 2004.

  1960 1971 1982 1994 2004
Rabat Ville de Rabat 227 445 374 449 526 124 631 537 627 932
Salé Ville de Salé 75 799 155 557 289 391 579 850 760 186
Salé CR Arbaa des Sehouls 17 277 18 247 17 501 19 959 19 706
Salé CR Bouknadel 15 498 24 963 56 288 25 425 34 279
Salé Centre de Bouknadel     16 964 6 569 9 413
Témara CR Témara 13 734 22 233 27 900    
Témara Centre     48 644    
Témara Plage     2 133    
Témara MU Témara       126 303 225 497
Témara MU Harhoura       6 386 9 245
Témara CR Mers El Kheir       11 155 14 488
Témara CR Ain Attig       15 513 17 688
Témara CR Sabbah       10 011 12 912
Skhirat CR Skhirat 9 066 9 801 16 519    
Skhirat Centre Skhirat   3 748 6 203    
Skhirat MU Skhirat       29 599 43 025
Aïn Aouda CR El Manzah       4 637 5 999
Aïn Aouda CR Oumazza       8 204 10 530
Aïn Aouda CR Sidi Yahya des Zaër 9 051     19 285 28 773
Aïn Aouda CR Aïn Aouda 11 291 8 229 8 751    
Aïn Aouda Centre Aïn Aouda     3 533 13 703  
Aïn Aouda MU Aïn Aouda         25 105
    379 161 617 227 1 019 951 1 508 136 1 844 778
Tableau 7. Taux d’accroissement annuels moyens
entre 1994 et 2004.
  Population
1994
Population
2004
Taux d’acc.
1994-2004
Rabat Ville 631 537 627 932 -0,06
Salé Ville 631 803 823 584 2,69
Témara CR Témara 169 368 279 830 5,15
Skhirat CR Skhirat 29 599 43 025 3,81
Aïn Aouda CR El Manzah 45 829 70 407 4,39
    1 508 136 1 844 778 2,035

Bibliographie

Agence urbaine de Rabat-Salé, 2006, Monographie de la conurbayion Rabat-Salé-Témara.

Haut commissariat au plan (HCP), 2013 (juillet), Les comptes régionaux, produit intérieur brut et dépenses de consommation finale des ménages 2011.